Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Miracle aux Arts & Métiers : une terrasse qui régresse ! | Accueil | Nouvelle visite guidée : l'histoire des Compagnons du Devoir et du Tour de France »

18 octobre 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Comment peut on laisser une des plus belles villes du monde, par son architecture devenir une ville de beuverie, laisser dégrader nos immeubles, laisser une jeunesse se détruire par les abus d'alcool, et de drogue.Nos constructions n'ont pas été adaptés, à la venue de boites de nuit, et de bars, pourquoi les riverains doivent ils subir dans leur habitation des nuisances sonores, mettant en danger leur santé et celle des enfants.
La vie serait plus agréable, avec toutes sortes de commerce, y compris des bars, mais en quantité modéré, les lieux culturels.
Je souhaite vivement une amélioration, pour pouvoir vivre à PARIS, une des plus belles villes du monde.
Une parisienne dans l'âme
Dominique

J'ai envie d'ajouter mon grain de sel à cette succession de commentaires dont la richesse témoigne de l'intérêt du sujet.
Un petit clin d'oeil déjà pour "l'indépendant du 4ème" à propos du "berliner". Que dire si JFK s'était trouvé à Hambourg ? Aurait-il eu la maladresse de se qualifier de "hamburger" ?
Personne ne rappelle ce qu'a été Berlin jusqu'au 9 novembre 1989 et pendant 28 années : une ville coupée en deux, une ville plus précisément où subsistait un îlot de liberté dans un océan du totalitarisme le plus dur d'Europe de l'Est. Pour compenser le poids de son isolement, la population a vécu dans l'exubérance d'un mode de vie et d'une créativité débridés.
On ne trouve plus aujourd'hui que la trace du mur dans le dessin des pavés mais l'esprit de la ville et son génie gardent la mémoire de ce passé récent.
Gérard Simonet

A l'attention de nos lecteurs,

Il est rare que nous supprimions un commentaire. Nous ne résistons pas, toutefois, au plaisir d'épingler celle/celui qui se cache sous le pseudonyme ludovic ou anthony. C'est la même personne.
Nous n'aurons pas la cruauté de dire qu'elle s'est trahie par ses fautes d'orthographe.
Il était plus facile de la confondre avec son adresse "IP" : 193.52.24.125 dans les deux cas.
Il ne nous reste plus qu'à pousser nos investigations pour révéler le commanditaire de ces commentaires qui prônent la fête à tout prix.
Vivre le Marais !

Une réponse à marie-véronique:

Qui conseille aux riverains d'aller ce cloitrer dans des "Parcs", et pourquoi pas tant que vous y êtes dans des "cages"? Les lieux de vie pour les habitants du quartier s'ils sont a des kilomètres en banlieu n'ont plus rien de conviviaux et festifs. Nous ne voulons pas que nos rues soient mortes dès 18h. L'animation fait parti intégrante de la ville...

"zone résidentielle" ?? a bon ? que je sache Paris n'est pas réservé ni faites qu'aux habitations dortoirs.. et heureusement. il faudrait presque selon certain ce résigner aux métro, boulot, dodo et tais toi. Non merci pas pour moi cette sinistre vie que l'on veux nous imposer.

Merci pour cet article

Je connais Berlin et trouve que Paris c'est déjà suffisant!

Que les Bobos aillent faire du bruit dans nos parcs hors zone résidentielle
avec des consignes de propreté pour la nature !
marie-véronique

En tant que jeune je tenais à dire que je péfére bien plus l'animation & les divertissements qui sont proposés à Berlin, au coeur de Londres ou Barcelone. Les ados ont beaucoups plus le choix contrairement à Paris. Je ne me vois vraiment pas prendre le métro en pleine nuit pour aller en Banlieu et passer une soirée entre amies.. Je reste donc dans mon quartier (4em) pour sortir tant qu'il est encore temps et de couvre feu a l'ordre du jour.

Une réponse à Brice...
Je n'ai pas trop envie de dire "Ich bin ein Berliner" car quand JFK a fait cette affirmation en 1963 cela a fait rire sous les manteaux en Allemagne. Le "berliner" est le nom que l'on donne au beignet en allemand et donc en gros, on pouvait comprendre l'affirmation du président US comme un équivalent de "je suis une gaufre"...

Une petite anectdote berlinoise pour détendre l'atmosphère !

Musée ou pas, Paris est une ville internationale, et nous devons avoir les infrastructures dignes pour le rester, nous ne pouvons pas rester figé, noyé dans du formol en ayant peur de tout changement. Comme toutes les autres capitales du monde notre ville doit rester animé, vivante et conviviale.

Mario devrait savoir qu'une "ville musée" c'est une ville qui a fait fuir tous ses habitants traditionnel et qui est livrée au commerce de souvenirs, aux fast foods et appartements meublés loués à la semaine ou à la nuit pour des gens qui viennent faire la java.On a d'autres ambitions pour Paris.
Gina

Donc pour résumer une ville musée attire les touristes, les touristes transforme la ville, la ville à besoin des touristes, certains utopiste ne veulent d'aucune changement.. c'est le serpent qui ce mord la queue!

Si les lieux qui accueil le public parisien et les touristes dans notre quartier sont insonorisés, pourquoi pas, même je trouve ça plutôt agréable de voir nos rues animées, commerces et bars vivant plutôt que des rues sombre et morte.

Lucie 75004

Retour d'un proche qui avait "fait Amsterdam" pour marquer ses 18 ans:
"Oui, je me suis bien éclaté, il y a des brars autant qu'on veut et on y trouve tout ce qu'on veut toute la nuit si on veut. Remarque, c'est beau aussi et j'ai visité un peu. Mais alors, pas la peine de chercher à parler à un amsterdamois, même pour demander ton chemin. Parait qu'ils ne peuvent plus supporter les touristes. Alors ils leur font la gueule. Remarque, ça peut se comprendre, si j'étais à leur place, je sais pas."
Et à Barcelone, Prague, Rome, Londres etc... ? Même chose pour Paris.

A l'indépendant du 4ème:
Si vous alliez vous installer à Berlin, vous diriez "ich bin ein berliner" et vous ne supporteriez peut-être plus ceux qui viendraient chez vous vous déranger de jour comme de nuit.
Brice

Excellent article ! La veille de "vivre le marais" est toujours efficace.
Merci.

À transmettre de toute urgence à Mao Peninou et consorts, participants et organisateurs des États Généraux de la Nuit

Heureusement, Paris n'en n'est pas encore tout à fait au stade de Berlin, mais l'évolution est inquiétante... Nous voyons déjà dans le Marais de nombreux immeubles ou studios transformés en chambres louées à la semaine. Les parisiens, du fait des prix élevés, ne peuvent plus se loger dans le centre, et le cercle vicieux se forme, dont l'ultime étape est la mort du centre ville... Espérons que la municipalité va le comprendre.

On peut ajouter que Bertrand Delanoë devrait surtout prendre pour modèle la propreté de Berlin et des autres villes allemandes !

Personnellement j'adore Berlin. Je réfléchis parfois à aller m'y établir ! Après Londres, c'est la ville d'Europe où je me sens le mieux avec bien sûr Paris.
Par rapport à Paris les logements ne sont vraiment pas chers là-bas et le tissus urbain est beaucoup moins dense. On se sent respirer dans cette ville.
De plus globalement, les Berlinois sont plutôt moins stressés que les Parisiens.

On constate le même raz le bol chez les habitants de Barcelone.Ils sont pourtant moins gênés car les établissements festifs sont à l'écart des zones résidentielles,contrairement à Paris où l'habitat est dense partout.
Jean Garnier

Si je comprends bien, nous voilà à Paris avec un train de retard. Nous voulons suivre un modèle obsolète dont les berlinois
ne veulent plus, qu'ils rejettent avec ,semble-t-il plus d'efficacité! Je note que les écologistes allemands initient la lutte contre les abus et sont aux côtés des riverains. Pourquoi est-on à Paris en train de dégrader le mode de vie des habitants ???

Super article!
Je viens de le poster sur mon profil Facebook!
Un riverain du 4ème

Très bien. Il y a quelques semaines, la télévision a décrit les ravages causés par les jeunes Français qui envahissent une station de la Costa Brava pour de bruyantes beuveries, au grand dam des locaux qui n'en peuvent plus.
Ce phénomène, aux conséquences dommageables pour la qualité de vie ET pour la santé publique, devrait être activement combattu par tous les édiles, s'ils s'occupaient VRAIMENT de l'intérêt général. Il est de même nature, et a les mêmes effets lamentables, que l'absorption forcenée d'alcools par les ados lors de leurs soirées festives : on ne vient pas s'il n'y a pas d'alcool !!!
Michel Baillon

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)