Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« L'ouverture de l'Hôtel des Bains Douches retardée ! | Accueil | Parking à Paris : les voitures trinquent, les motos continuent de resquiller ... »

26 novembre 2014

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Excellent article, mais en ce qui concerne les interlocuteurs de la Mairie, on peut, au vu de notre expérience, émettre les réflexions suivantes (sur les commentaires dans l'article): 1.) Hacquard + Hingray+ Chef de Projet = jobs plantureux; 2.) Hacquart: démocratie participative = des bonbons sans miel = du pipeau sémantique = zéro con- certation REELLE en vue; 3.) groupes de travail = orientations prévues d'avance, le reste = blablabla; 4.) le cadre législatif: on voit bien , à ce jour, que celà ne sert à rien, sinon on le saurait tous; 5.)volonté de dialogue = à voir........ mais déjà vu.

Tout à fait en accord avec la fermeté de cet article, et les commentaires prėcėdents : ne croyons pas au père Noël, M. HOCQUARD a singulièrement changé de discours entre la réunion avec le collectif J-P.Timbaud du XIe et celle ėvoquėe ici. Et n'oublions pas la prétendue efficacité de la police avancée par le représentant du commissariat ou de la prėfecture en matière de rėpression des nuisances devant ce même collectif et évoquant celle des automobilistes : comment un représentant de l'Etay peut-il dire de pareilles stupidités et prendre à ce point ses interlocuteurs pour des imbéciles ? Si les "autorités" ne veulent pas arriver à un point de rupture de la "concertation", qu'elles commencent par respecter TOUS leurs interlocuteurs et donner suite rapidement et efficacement åleurs demandes pressantes ! PARRROLES, PARRROLES...

j'espère que ce Conseil ne sera pas un nième "Comité Théodule"...


Les parisiens exposés aux nuisances sonores nocturnes subissent une double peine : ils sont victimes du bruit et paient un surplus d’impôts (impôt le revenu et taxes locales) qui servent à remédier aux excès de l’activité nocturne mais aussi à l’encourager.

La Ville de Paris et l’Etat pour remédier aux excès de l’activité nocturne financent, avec nos impôts, les effectifs de police supplémentaires, le nettoyage des rues pour effacer les flaques d’urine et de vomis, les services de secours et personnels hospitaliers qui viennent en aide aux victimes de alcoolisation massive, le coût à plus long terme de l’alcoolisme chez les jeunes, le coût lié aux troubles du sommeil chez les victimes des nuisances sonores, le perte d’efficacité économique (voire perte d’emplois) pour ces mêmes personnes, les difficultés scolaires pour les enfants dont le sommeil est troublé…

La Ville de Paris encourage les excès de la vie nocturne car elle finance, avec nos impôts, par le biais de subventions aux associations, ceux-là même qui nous pourrissent la qualité de vie et nous empêchent de jouir du droit fondamental au sommeil. (voir l’article publié sur le site du Réseau Vivre Paris)

A propos du conseil de la nuit.
On a vraiment l'impression qu'il s'agit d'inventer l'eau tiède en prenant son temps...
Clairement, si le 9 décembre [7 mois après les élections = 10% de la durée du mandat], la Ville n'est pas capable d'annoncer :
- des moyens attribués pour constater les dérives de la nuit (mesurages genre Bruitparifl ET mobilisation nouvelle des effectifs qui sont mal utilisés aujourd'hui pour prévenir et verbaliser),
- la rationalisation des conséquences données aux constats d'infractions (supprimer, par exemple, une autorisation de terrasse) en cessant de jouer les Vierges effarouchées devant la perspective des recours susceptibles d'être exercés par les puissants commerçants,
- l'échéancier de l'évaluation des résultats de ces actions ('observation des courbes des mesurages)
- une demande officielle adressée à la Préfecture de se mettre à ce nouveau diapason de son côté pour l'exercice des pouvoirs relatifs à la tranquillité publique dont elle lui donne délégation...
Eh bien, chères associations vertueuses et dévouées du Réseau "Vivre Paris !",si tout cela n'est pas acté, avec moyens de vérification à l'appui, vous perdrez encore beaucoup de temps pour rien.
Alors, concertez si vous pouvez, mais en regardant la montre et en ayant un plan B.
Vous ne méritez pas d'être instrumentalisés par un jeu de dupes politicien où droite et gauche réunis,donnent priorité à une ville qui étale sa vie nocturne sur l'espace public, comme une invite à venir y noyer la déprime qui atteint tant de nos concitoyens victimes de la globalisation et de l'anonymisation.

J'approuve entièrement cet article qui montre les attentes des habitants. Osons espérer qu'Anne Hidalgo entendra la voix des administrés qui l'ont élue!
Osons espérer l'inversion de la hiérarchie des valeurs (voir dernier parag.).

Qu'importe les jours pourvu qu'on ait les nuits ! Tel était le slogan d'une célèbre marque de spiritueux, il y a un certain temps déjà.
Comme le dit de façon explicite cet article, seul un retour à l'ordre logique des valeurs permet le dialogue productif:
le droit au repos des riverains d'abord, ensuite la vie nocturne adaptée et tenant compte des règles sociales admises, et pas l'inverse. C'est aux "boucaniers" (amateurs de boucan, c'est un néologisme) d'aller voir en pleine mer si le Grand Cric les croque.
Merci pour cet article éclairant. Un point cependant pour un ami de la fête, auteur il y a qq années d'un livre "Guide du savoir fête", le goût de la fête ne va pas forcément de pair avec le bruit ni avec l'alcoolisation. Heureux celui qui sait réjouir son esprit en bonne compagnie pour qui chanter n'est pas beugler, pour qui jouer d'un instrument n'est pas synonyme d'assourdissement et qui préfère les Millésimes dégustés aux cuites dégurgitées.
VIVE LA Fête, Vive la joie de VIVRE en bonne intelligence avec son voisin.
Pendant que des Mortels la multitude vile
Va cueillir des remords dans la Fête servile...
La Fête peut avoir d'autres qualités...Si, si je vous assure. Tous les vrais amateurs et amatrices vous le diront. Ce n'est pas le camp des bougons-boudons contre les Festifs amis de la Vie.
Un couple de riverains qui aiment la fête, celle qui engendre le bien-être..

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)