Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Supplique pour une ville plus propre, moins densifiée et moins polluée en 2017 | Accueil | A propos du plan "grand froid" déployé à Paris »

03 janvier 2017

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Je trouve Eric parfaitement objectif. Il exprime son opinion que je partage: 'il y a trop d'idéologie dans tout ça".

et c'est pas fini
Je fais partie, malheureusement et contre mon gré de la famille Ralebol, car mon appartement autrefois très tranquille et dans lequel je vivais les fenêtres ouvertes est devenu la cible de toutes les nuisances sonores possibles. Il y est bien évidemment impossible de faire une activité paisible comme de lire un livre, et il y est devenu impossible d'avoir un sommeil réparateur.
J'ai tenté de le vendre mais cela est impossible car ce local n'a plus les caractéristiques d'un logement à proprement dit, et la mairie de Paris qui protège les habitats et non les habitants, demande une telle compensation pour sa transformation en local commercial, qu’il n’est pas possible non plus de faire ce changement.
Si bien qu’ayant perdu mon lieu de vie ainsi que mon patrimoine il ne me reste pas beaucoup de solution ……….

Nous demandons à "Eric" d'être plus objectif dans ses propos que nous avons publiés néanmoins par souci de liberté d'expression : la mairie ne demande pas de dénoncer ses voisins mais de l'aider à mettre un terme à une activité marchande illicite dont l'auteur est généralement extérieur à l'immeuble concerné. Il est vrai par contre qu'elle se préoccupe peu ou pas de riverains qui veulent dormir. Nous le disons assez souvent en critiquant la démarche d'un "conseil de la nuit" au service des industriels de la nuit et de la boisson. S'agissant des automobilistes, la méthode est sans doute brutale mais il y a péril pour notre santé et singulièrement celle des plus fragiles d'entre nous.

Patrick,
Vous avez parfaitement résumé la situation.
C'est exactement ça.
D'autant que pour avoir vu cette brigade à l'oeuvre dans mon immeuble j'ai été particulièrement choqué par leur façon de faire, puisqu'ils comptent sur les habitants pour dénoncer leurs voisins : absolument honteux.

Effectivement pour s'attaquer à ceux qui nous pourrissent la vie au quotidien, la ville ne fait strictement rien.

Les seuls délinquants pour la Mairie sont : les vilains propriétaires, les vilains automobilistes, les vilains riverains qui veulent dormir...

Ajoutez à cela le plafonnement des loyers (une mesure digne des derniers pays communistes et une atteinte évidente au droit de propriété) et l'on comprendra très facilement pourquoi les propriétaires fuient la location classique et privilégient la location saisonnière type AirBnB.

Tant pis si le législateur préfère continuer à faire dans l'idéologie. On voit les résultats.

Tout l'échec de la politique de la ville dans ces chiffres et tous ces commentaires. tout est fait pour rendre la location "normale" difficile , trop risqué, trop couteux, trop taxé, locataires protégé sans compter les frais d'entretien de la copropriété.
Il devient de plus en plus difficile de vivre "normalement" en ville, problèmes d'insalubrité, d'insécurité, d'incivilité, impossible de dormir ... en forte croissance sans parler de la multiplication de zones de non droit !
que reste-t-il donc ? sinon à tenter de louer en saisonnier pour couvrir les charges et taxes diverses...
Amusant de voir que la mairie se dote d' une brigade chargée de vérifier la légalité des locations mises en ligne sur la plateforme, d'équipes de contrôleurs effectuant des visites aléatoires. La pour récupérer des pépettes et pouvoir mettre en place des amendes on met du monde. Par contre quand il s'agit de faire respecter l'ordre public, de faire cesser les traffics de stupéfiants ou la violence... comme par hasard, tout de suite il y a moins de moyen ! et surtout on n'en parle beaucoup moins ! les vilains qui louent en Airbnb.. bouhhh.. en revanche, ceux qui cassent, qui insultent quotidiennement, qui violentent les passant, qui urinent et font leurs besoins partout,
comme par hasard on en parle beaucoup moins.
Et vous vous étonnez que les gens cherchent une vie "normale" ?


La vérité est qu'en France les lois sont tellement pro-locataires (le propriétaire est toujours vu comme méchant nanti égoïste, le mentalités n'évoluent pas), avec tous les abus qui en découlent, que le marché de la location traditionnelle dégringole.

Penser au scandale que constitue la loi Dallo de 2007, où face à des squatteurs un propriétaire pourrait, chez lui, se voir opposer la violation de domicile ! On croit rêver.

Penser qu'une procédure pour expulser un locataire qui ne paye plus les loyers peut prendre plusieurs années. Il n'y a qu'en France qu'une telle situation peut exister et prospérer.

Quand on succombe à la tentation de Venise comme l'a fait la municipalité on en obtient le même résultat. On substitue à la population enracinée, des passants qui viennent chercher un rêve de carte postale dans un décor peuplé des fantômes du passé

Je sais gré à Pierre Merlin de donner du corps à ma tribune sur le logement et la démographie à Paris, en publiant ce commentaire dont je partage totalement le contenu. Pour ceux qui ne le connaitraient pas, Pierre Merlin est ingénieur géographe, urbaniste, expert-démographe, statisticien-actuaire. Il a présidé l'Université de Paris VIII-Vincennes (Wikipédia). Il est un membre éminent de notre association.

Vous avez raison de souligner que le chiffre officiel de population de Paris (ou d'ailleurs) doit être "pris avec des pincettes". Il y a de nombreuses sources d'erreur, le plus souvent par omission dans le cas de Paris : SDF, immigrants clandestins, personnes absentes de leur domicile lors du recensement, personnes qui se font volontairement recenser à l'adresse de leur résidence secondaire, omissions diverses par les agents recenseurs. L'INSEE reconnaît une marge d'erreur de 2%, donc supérieures aux variations d'une année sur l'autre. En réalité, cette marge d'erreur est, dans le cas de Paris, plutôt de 5 % : les gens de l'INSEE sont furieux quand on évoque ce chiffre, pourtant très probable, comme l'ont montré, lors de recensements passés (celui de 1982 notamment) les polémiques entre la ville de Paris et l'INSEE.
Quant au paradoxe apparent de l'augmentation du nombre de logements et la stagnation du chiffre de population, il a longtemps tenu à la diminution de la taille des ménages (à Paris 2,4 en 1946,à peine 1,9 depuis 1982) liée à la baisse de la fécondité des ménages, au départ vers la banlieue des jeunes ménages avec enfants (en raison notamment du coût du logement à Paris), à la multiplication des personnes isolées à la suite de la montée des divorces et des séparations, de l'augmentation du nombre de personnes âgées vivant seules. Depuis une génération environ, la taille moyenne des ménages est stable et la stagnation de la population, malgré l'augmentation du parc de logements est due pour l'essentiel à la multiplication, dans Paris, des résidences secondaires (pieds à terre de provinciaux ou d'étrangers : 100.000 environ) et des logements vacants (un peu plus de 100.000, soit ensemble plus de 15 % des logements). Les locations touristiques de logements vont dans le même sens.
La "densification" de Paris est donc "volumétrique", mais pas démographique.

D'accord avec Quentin (je suis aussi de la famille Ralebol). Pourquoi n'analyse-t-on pas les raisons des départs ? Un maire n'a-t-il pas pour 1er devoir de rendre sa ville vivable pour ses concitoyens, plutôt que juteuse pour certaines catégories, comme le lobby des bars ?

Tant que nous aurons des dirigeants qui essaient de corriger les effets pervers de lois ouvertement anti-propriétaires (rendant la location libre bien trop risquée et financièrement sans intérêt) par la seule coercition (taxe sur les logements vacants, taxe sur les logements secondaires), il ne pourra pas y avoir de solution équilibrée et pérenne.

Merci pour cette analyse fine et instructive.
Dans tout ce qui se rapporte à la construction et aux aménagements immobiliers, on a l'impression que la maire de Paris est trop occupée à laisser sa marque sur Paris pour se préoccuper des retombées sociales.
On fait pas ou on ne sort pas les statistiques de ceux qui quittent Paris parce que trop cher, pas accueillant pour les familles, pas "dormable" et finalement pas sympa à vivre au quotidien. On devrait.
La vraie vie ne rentre pas dans une carte postale.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)