Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Trois voies remarquables autour de Saint-Gervais Saint-Protais (IVe) | Accueil | Le portail remarquable du 91 rue Quincampoix (IIIe) »

04 août 2017

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

@Olivier

Les automobilistes ne privatisent rien. Ils utilisent les voies qui leur sont dédiées pour (non sans mal) essayer de se déplacer. Ce n'est par pur plaisir ni par égoïsme, mais par nécessité. Tous les déplacements professionnels ne sont pas possibles à vélo ou en métro. Merci de bien vouloir le comprendre.

L'égoïsme serait plutôt de ne pas vouloir l'accepter, en voulant imposer à tous les transports collectifs ou la marche. Ce serait possible, mais dans une ville de retraités ou de touristes...

Dans beaucoup de villes on assiste à la désertification des centre-ville, justement parce qu'on à empêché le stationnement, les livraisons, les courses faciles...
Résultat, la mort des petits commerçants au profit des centres commerciaux en banlieue ou des géants de l'Internet.

Quant au Code de la Route, je ne vois pas de quoi vous parlez ni surtout quel est le rapport. Sauf si votre propos était de dire que tous les automobilistes étaient forcément des délinquants ?

les bords de seine sont désespérément vides pourtant l'usage est destiné a ce type d'activité, d'autant plus que des équipements sont déjà sur place, donc pas besoin de dépenser autant d'argent inutilement .

@Catherine: Les automobilistes privatisent l'espace public avec leur voiture, ils polluent pour ne transporter généralement qu'une personne, ils font du bruit avec leur moteur et en klaxonnant à tort et à travers, ils ne respectent pas le code de la route et provoquent ainsi des embouteillages mais estiment que tout leur est dû. Il est possible de vivre à Paris, d'y travailler, sans utiliser ce moyen de transport égoïste.

Prochaine idée :

Fermer le périphérique aux véhicules pour y faire de grands pique-niques ou des balades à trottinettes ?

ça c'est moderne coco.
Non mais ! on va pas quand même pas se laisser embêter par les habitants-contribuables qui veulent se déplacer !

J'ai une meilleure idée Jean-François: "l'association des bobos en colère". Manifestations à vélos type "hollandais" tous sur les trottoirs

Compliments et remerciements à John pour son commentaire. En effet on peut être poursuivi pénalement si on stigmatise quelqu'un en vertu de son origine ethnique, de sa religion ou de son orientation sexuelle mais on peut qualifier impunément une personne de bobo et mettre ce mot à toutes les sauces en laissant entendre que ces individus sont porteurs de tous les maux de la terre. On peut conseiller à ceux qui en souffrent de constituer une "association des bobos de France" chargée de défendre leurs droits. La difficulté sera de définir ce qu'on entend réellement par "bobo"

Piétonisation des voies sur berges, c'est la faute aux bobos, privatisation d'une rue c'est la faute aux bobos, les loyers augmentent encore les bobos, et pour continuer vous vous souvenez :
"Sèchement battu dans la 2e circonscription de Paris, Henri Guaino n’a pas mâché ses mots après sa défaite. "A vomir", "bobos égoïstes", "bourgeoisie traditionnelle", les électeurs n'ont pas été épargnés..." Bref, c'est la faute des autres....le bobo bashing est à la mode.

Sinon plus objectif: l'Usage du terme Bourgeois- Bohème apparaît dans le roman Bel-Ami, de Guy de Maupassant, publié en 1885 :

«Dès qu’elle fut partie, Mme de Marelle se leva à son tour.

— Au revoir, Bel-Ami.
Ce fut elle alors qui lui serra la main très fort, très longtemps ; et il se sentit remué par cet aveu silencieux, repris d'un brusque béguin pour cette petite bourgeoise bohème et bon enfant qui l'aimait vraiment, peut-être. »

Au XIX eme siècle «bobo» est dit avec avec bienveillance : Maintenant, c’est toujours «sale bobo» que l’on sous-entend.

https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Maupassant_Bel-ami.djvu/288

Une privatisation de l'espace public par quelques bobos égoïstes.

Quel mépris des autres...

Quelle mauvaise idée que cette rue Golotte!
Que se passerait-il si il y avait le feu dans une maison le jour où les enfants sont sur le bitume et qu'il faille les évacuer d'urgence ?
Et la sécurité ?? Où est-elle ?

Valentine

On attend avec intérêt les documents demandés et les motivations de la "rue Golotte". Mais être obligé de saisir le tribunal administratif pour obtenir des documents publics, c'est stupéfiant. Cette municipalité ignore les règles démocratiques les plus élémentaires.

Qu'y-t-il de plaisant pour les enfants dans cette pseudo - rue Golotte, alors que le square Fini est infiniment plus plaisant ! Quelle est cette association ASC4F ? La mairie prend-elle des décisions sans consultation: cela reviendrait à de multiples pas dans le passé ! Attendons ce que décidera le Tribunal Administratif.

Bravo !
Une décision administrative d'un maire est toujours susceptible d'un recours en annulation pour excès de pouvoir auprès du juge administratif. Pas besoin d'avocat. Recours gratuit.
On se demande pourquoi les commerçants concernés ne l'ont pas déjà fait- eux - qui pourraient demander en outre la réparation de dommages éventuels pour leur activité commerciale et la valeur de leur bail. (Dans ce dernier cas, il faut un avocat)

C'est encore une décision prise en comité de quartier. La capacité de nuisance et le manque de discernement de ces comités sont alarmants. Ce projet n'a aucun sens, étant donnée la proximité du square Leonor Fini. Je pense et j'espère que cette aberration sera stoppée. Les enfants iront jouer dans le vert des multiples squares alentour largement préférable au bitume de cette rue "golotte" qui ne fait rire personne.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)