Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Concours international de chant lyrique de Canari : la soprano Pauline Feracci remporte le prix Paris Marais ! | Accueil | Fermé pour travaux, le musée Carnavalet propose en septembre-octobre un riche programme de visites-promenades »

02 septembre 2017

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Effectivement, certains riverains du Passage des Arbalétriers, face à la défiance (et insolence) du personnel du Centre culturel Suisse, ont alerté la Préfecture de Police, la Mairie de Paris , les services de l'Etat de la protection du Patrimoine : Aucune de ces administrations n'a eu le courage de faire appliquer la loi ou les règlements de la ville de Paris qui pourtant existent bel et bien pour ce type de circonstances. Ceci est déjà extrêmement préoccupant pour notre Etat de droit.

Ainsi, Le centre culturel suisse qui occupe les locaux appartenant à une lointaine fondation Suisse a eu beau jeu de s'approprier à temps plein l usage de ce Passage historique et de le transformer en une attraction minable de tags et d'affiches sordides tandis que leurs camions livrant leur materiel d'exposition et de spectacles en ont défoncé le pavage .

Pendant ce temps , certains syndics concernés, (on ne cite pas lesquels) qui ont flairé la bonne affaire, ont multiplié des procédures délirantes régulièrement abandonnées, repoussées puis ré-ouvertes, pendant 15 ans , devant des copropriétaires, majoritairement retraités, dépassés, désinformés, impuissants, tondus comme des moutons .

Mais, pendant ce temps, le "très cool et branché" personnel du Centre culturel Suisse a réussi la performance (la seule) d'être subventionné 3 fois : par les contribuables Suisses, par les contribuables français qui les dispensent d'impôts et par les copropriétaires du Passage des Arbalétriers qui vont devoir nettoyer, réparer et sauver de la destruction un petit Passage très fragile envahi par la horde de leur 40.000 visiteurs annuels.

Elle n'est pas belle la vie?

Les riverains ont bien raison d'insister sur les fautes professionnelles de leurs syndics, qu'ils pourraient d'ailleurs faire valoir si, par ailleurs, ils peuvent démontrer en préjudice qui en découle.
De même ont ils intérêt à saisir formellement la FNAIM pour l'en informer, si leurs syndics y sont affiliés car ce label ne devrait pas recouvrir de tels praticiens.
Quant aux à tous les autres qui les ont aussi trompés, rien de bien nouveau non plus sous le soleil hélas...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)