Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Pourquoi installer des passerelles sur la Seine ? | Accueil | Nos députés du Marais vont-ils durcir encore la réglementation des locations saisonnières ? »

22 novembre 2017

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Il me semble que Vélib à déclenché en 2007 le développement de l'usage du vélo à Paris. En dépit de la regrettable tendance de beaucoup de cyclistes à ne pas respecter le code la route, le déplacement d'une personne à vélo est bien préférable à son déplacement en voiture qui provoque bruit, encombrements, pollution.

Nous avons maintenant sur les trottoirs, posés deci-delà, de jolis vélos de couleur. Et il me semble avoir vu un reportage sur Shanghai montrant des champs entiers recouverts de vélos abandonnés par de multiples start-up en difficulté à cause de l'incivilité des utilisateurs.
Allons-nous passer du gouffre vélib'à d'autres problèmes?
On dérape, on dérape, et pas que sur les feuilles déjà évoquées!
J'ajouterai qu'hier, après une grosse averse, les chaussées étaient totalement inondées à de nombreux carrefours: avec le changement climatique prévisible, ne serait il pas opportun de se préoccuper de l'évacuation des eaux pluviales de plus en plus problématique?
Les égouts sont saturés, et ne sont plus assez fonctionnels car vétustes dans beaucoup d'endroit: rappelez-vous les travaux à certains endroits du Marais, non terminés d'ailleurs. On imagine ce que ça donne dans certaines caves proches (les nôtres prennent maintenant l'eau, c'est nouveau!)
Il y a donc des problèmes de fond à traiter qu'on aimerait bien entendre aborder par notre Mairie.


Chère Catherine,

La réponse est simple et factuelle.

La dette des la ville de Paris est passée de 1 milliard d'euros au moment de l'élection de Bertrand Delanoë à 5,7 milliards d'euros de dette !
Une dette multipliée par 5, voire presque 6.

La gestion socialiste, dans toute son inconséquence.
Le contribuable est là pour éponger.

La Chambre Régionale des Comptes a révélé de manière détaillée dans son dernier rapport la gestion économique catastrophique de l'équipe Hidalgo.

J'espère de tout cœur que la prochaine équipe municipale demandera un audit financier détaillé.

Le risque principale de ces vélos en libre service est la prolifération anarchique qui en résulte , a voir ce qui ce passe en chine ou les vélo finissent en tas bloquant la circulation des piétons sur les trottoirs , il y a de quoi avoir une haine farouche contre ce moyen de déplacement.

Le gouffre financier d'autolib comme de vélib pose un vrai problème d'utilisation des fonds publiques, même si ça part d'une excellente intention.
D'autant qu'on cherche des financements pour des transports en commun pas assez performants contrairement à ce qu'affirment ceux qui ne les prennent pas. Il y a là beaucoup d'a priori, et peu d'enquêtes auprès des usagers.
On sait depuis les essais de collectivisation des moyens de production en URSS ou en Israel, que la propriété collective à la longue ne fonctionne pas, c'est un peu du même ordre ici, sauf à imposer des contrôles très stricts qui gâcheraient la disponibilité du projet.
Alors, que faire? se mettre autour d'une table et réfléchir!
A quoi bon payer si cher tant d'ateliers d'urbanisme, de spécialistes, pour aussi peu d'idées?
J'ajouterai que la voiture électrique posera un énorme problème d'approvisionnement en électricité des bornes, et pose d'autres problèmes si j'en crois certains spécialistes du sujet: qui en parlent?
On aimerait de l'anticipation et une vision globale pour une fois!
PS. Pourquoi y-a-t-il tant de feuilles sur les trottoirs coté boulevards Beaumarchais-Filles du Calvaire 3° arrondissement, et rien du côté 11°, tout propre? Nous ne payons pas les mêmes impôts?
Comme c'est tous les ans pareil, je suggère à la Mairie ( et peut-être à Mr Ch.Girard, nouveau DRH) de secouer sérieusement les services concernés : on sature!

La concurrence a du bon : la fin du “monopole” sonne la fin de profits trop juteux faits sur le dos du contribuable et du consommateur. Intéressant !

Puisque le "business model" de Gobee.bike, et autres, repose sur le stationnement n'importe où, une premiere étape pour la ville de Paris, afin de controler cette activité, devrait être de mettre un terme au stationnement anarchique de ces vélos!

Bravo, Paris a réussi a devenir en quelques années ne des plus sales et des plus embouteillées des capitales européennes.
Chapeau, joli bilan.

Une idée : on met fin à toutes ces subventions (je n'utilise ni VELIB ni AUTOLIB mais on me force néanmoins à financer ces dispendieux gadgets bobos) et on consacre plutôt tout cet argent à la propreté et à la lutte contre kes incivilités.

Merci


Il serait intéressant que VLM se penche sur le budget de la Ville de Paris sous la mandature Hidalgo.

On sent déjà que celui-ci pourrait être abyssal.

Etonnant cette facilité à dilapider l'argent public.

Etonnant de constater les relations ambigues de la Mairie avec certains intérêts privés (Unibail, Bolloré pour ne citer qu'eux) dont les contrats sont systématiquement défavorables au contribuables parisiens.

Autolib est un gouffre, Vélib en sera un également, les Jeux Olympiques très certainement.
Sans parler de la Canopée des Halles, des voies sur berges et autres aménagements ubuesques de la voirie, de l'arrosage des association amies.


Le principal obstacle à l'utilisation des Vélibs (et assimilés) est la difficulté à trouvers des bornes disponibles.

Donc des vélos sans bornes, j'applaudis des 2 mains!!!

Quelle horreur et quelle hérésie que toutes ces bornes Vélib, interminable, qui défigurent le paysage et obstruent la chaussée.

De plus, Vélib est beaucoup trop cher.
Bref, encore une gabegie bien prévisible (qui elle aussi nécessitera d'être épongée par les contribuables parisiens, en sus d'Autolib et son déficit abyssal de 190 millions d'euros).

Le développement des nouvelles mobilités est interéssant, et permet d'envisager la ville de manière multimodale. L'ajout "spontané" et chaotique dans l'espace public de ces nouveaux moyens de transport constitue toutefois un problème important à gérer: scooters électriques (2 offres) + vélos (2 offres) : cela fait beaucoup de d'objets qui encombrent la voie publique! Ne faut t-il pas designer des espaces de partage de ces nouvelles mobilités? Il est temps en tout cas de mettre de l'ordre..

Le commentaire de Franck Boulin est judicieux: mettre fin au Vélib'; d'autant que j'ai cru lire qu'autolib' perd de l'argent! Qu'en est-il des scooters? A bientôt des comptes présentés par la Mairie de Paris?

Il est intéressant de noter que ces services concurrents sont moins cher que Velib, alors qu’ils ne bénéficient d’aucune subvention de la ville, et ne coûtent donc rien au contribuable parisien.
Il donc plus judicieux de mettre fin au Velib, et réduire ainsi le déficit du budget de Paris.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)