Amelot bisseuil cour int et fronton

liens utiles

Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Petite histoire de l’hôtel particulier à Paris | Accueil | L'accroissement de l'offre de logements sociaux peut-elle enrayer la baisse de la population du Marais ? »

14 décembre 2017

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Un article qui rappelle les manœuvres comptables de la Mairie de Paris et qui, outre le dossier des JO, appelle au pessimisme le plus sombre pour la ville :
https://fr.yahoo.com/finance/actualites/ruse-comptable-qu-anne-hidalgo-180658880.html

Cet article et les commentaires qu'il suscite sont vraiment intéressants pour ce qui est dit, et pour ce qui ne l'est pas explicitement.
D'un côté une politique du logement social dont on nous rappelle qu'elle est dictée par la loi (20 %, 25 % à 2025) ce serait intéressant de revenir sur le pourcentage, de quoi précisément ?, dans les textes et dans la pratique ? Que recouvre exactement ce taux minimum de logement social, à géométrie variable selon les arrondissements...
Pour ces logements sociaux, des réhabilitations plus que du neuf pour des raisons évidentes de non disponibilité d'espace
Rappelons au passage qu'une partie des splendides hôtels des Archives nationales rendus au public étaient des logements de fonction ... une catégorie rare, très sociale au demeurant au regard du prix au m2 et très privilégiée pour les mêmes raisons rapporté au montant de la fiche de paie des ex heureux bénéficiaires...
Revenons au logement social "proprement" dit, si l'on ose dire, il serait intéressant de regarder la sociologie de l'habitat social parisien dans son ensemble, pas seulement des nouveaux venus, des nouveaux élus de ces logements qui font rêver sur des listes d'attente dont la gestion a défrayé la chronique sous tous les régimes...
Bon, on a supprimé notre centre de sécurité sociale, bien pratique, de la rue des Archives vouée désormais à la CMU ; je m'en étais fait "sortir" - à peine poliment - dans un français approximatif - le premier jour où je m'y étais rendu après un changement non annoncé. Il n'y avait même pas d'adresse de remplacement indiquée et celle du 11 ème proche a été en travaux de longue durée.
L'augmentation du logement social a aussi des effets sur l'environnement autre que locatif si tant est que la clientèle de ce centre de sécurité sociale désormais réservé au social extrême, dit de solidarité universelle (mais la sécurité sociale aussi est un système de solidarité) soit la même que celle des bénéficiaires des logements sociaux en voie d'atteindre un pourcentage toujours repoussé à la hausse: 20 %, 25 %.
Pour avoir vécu des années dans les pays concernés, il est vrai que la politique du logement à la faucille et au marteau atteignait des sommets d'inégalité, d'injustice, de contradiction avec l'idéologie affichée. Et toute politique de contrôle par "décret" et pourcentage finit par défrayer la chronique...

Effet de diminution du parc locatif privé et, cela a été rappelé, augmentation vertigineuse des prix de l'accès à la propriété.
Un salarié de la classe dite moyenne, ayant laborieusement financé l'acquisition d'un appartement où il ne peut plus décemment loger sa famille quand il passe de un à deux enfants a finalement le choix entre louer ou vendre pour déménager dans un quartier plus "populaire" où le prix du logement privé de qualité reste très au dessus des loyers sociaux du Marais ;
Bien sûr il y aurait eu la solution d'acheter un studio en complément mais les prix sont tels qu'ils sont achetés à prix d'or, de platine même pour être transformés en rbnb de rapport...qui n'est pas tout à fait le même que celui de l'effet d'aubaine dont on parle à juste titre.
Dans le triangle d'or du Marais (Parc Royal- Archives- Franc- Bourgeois), il ne se passe pas de semaine, allons de quinzaine de jours, sans que l'on soit inondé de propositions - disons internationales - parfois nominatives, où l'on prend la mesure de l'impossibilité dans laquelle on se trouve de pouvoir s'agrandir pour avoir une chambre de plus sans devoir déménager dans les environs des soupes populaires.
Si l'on est un récalcitrant gaulois qui n'entend pas vendre, on peut même se retrouver à payer l'IFI suite à la location de son ex résidence principale quittée pour cause de taille insuffisante (le fait de perdre les 30 % de diminution arrive à faire rentrer dans le champ de l'IFI un beau 2 pièces) passons ... en espérant que cet impôt servira à stimuler le logement social ou à soutenir la ville pour le soutien apporté aux associations chargées de canaliser les fêtards bruyants ...
Non, non, c'est beaucoup mieux de vendre, on vous l'assure, à des personnes venues de loin bien fortunées, qui ne regardent pas à la dépense et passent ensuite de temps en temps dans leur charmant pied à terre, et qui elles ne sont pas gênées par les allers et venues des rb&b...

L'article du Président et le résumé de Jérôme Pl explicitent bien la situation ; ce qui est fait d'un côté ( social) a des effets induits sur l'autre côté ( loyers libres ou prix d'accession à la propriété prohibitifs)

Alors que faire ? Il n'y a pas de modèle économique optimum pour tous.
Dans le Marais aujourd'hui, mieux vaut être héritier ou assisté, le père ou la mère de famille de la classe moyenne n'a plus qu'à méditer sur l'évolution de l'indice de Gini... qui n'intéresse guère les apparatchiks du social à tout prix.

Merci pour l'éclairage en tous les cas même si la vue est plutôt pessimiste ...

Il n’y a pas de politique tous azimut de logements sociaux à Paris, ni de gestion contestable de la politique du logement par la Maire de Paris, mais le respect des dispositions législatives, sauf à me rapporter la preuve contraire, à savoir le respect de la loi SRU ( 2000) qui fixé le seuil à 20% de logements sociaux puis la loi Duflot de 2013, qui a remonté le quota de logements sociaux à 25 % mais avec une date butoir repoussée à 2025. Dans ce contexte, la Mairie de Paris réhabilite les immeubles anciens et fait passer en HLM des logements loués jusqu'alors dans le parc locatif privé. « Dure est la loi, mais c’est la loi. »

Combiné à l'engouement des propriétaires pour Airbnb, ce sont ainsi 60 000 logements proposés retirés du parc locatif privé qui font défaut.

http://immobilier.lefigaro.fr/article/6-chiffres-pour-savoir-ce-que-pesent-airbnb-et-la-location-touristique-a-paris_858dd228-d269-11e6-a9e9-ec8855ae56b6/

Reste que le foncier disponible à Paris est très restreint, la Mairie n'a pas d'autres alternatives que les réhabilitations, à moins d'accepter d'ériger des tours ou de payer des amendes comme la Mairie de Neuilly pour non respect de la loi.

Dans ce contexte, la construction de logements neufs n'a en effet été que très marginale.

JP 75003

On note surtout une gestion contestable de la politique du logement par la Mairie de Paris. On ne répétera jamais assez les vertus du dialogue et des compromis, les prochains candidats devront s'en inspirer.

On ne pourra pas tout avoir dans un espace réduit comme Paris: du logement social abondant et des biens en accession à la location ou à la propriété à un prix raisonnable. La demande est supérieure à l'offre. Si on développe le logement social, cela entraîne une hausse du prix des autres biens. Ou alors on régule tout avec l'optique de maîtriser tout le parc immobilier, comme au bon vieux temps du communisme, avec les effets positifs que l'on connaît...

Jusqu'au début des années 80, il existait de fait un important parc de logements sociaux du fait du blocage des loyers à un niveau de prix insignifiant par la loi du 1er septembre 1948. Ces loyers faibles étaient une catastrophe financière pour les propriétaires privés d'immeubles. Ce qui expliquait le mauvais état du parc immobilier à Paris, les propriétaires n'ayant pas assez de revenus pour entretenir leurs biens. Le coût de ce parc social était à la charge du secteur privé. Il ne paraît pas anormal que la collectivité prenne le relais pour faire face au besoin de loyers modérés.

Vous mentionnez un point que l'on voit rarement mentionné: la politique tous azimuts de logements sociaux retire du parc locatif "normal" parisien sans doute bien plus de logements que les locations saisonnières. On remplace des logements en location par du logement social. Les locataires qui n'ont pas accès au logement social en sont les premières victimes. A Paris, près de 7.000 logements sociaux sont construits par an et le parc social atteint 17% du parc total. C'est une politique de propriété collective du logement digne de l'URSS!

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)