Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« La Tribune de l’Art critique le projet d'aménagement du musée Carnavalet | Accueil | Lutte contre la pollution à Paris : il faut sortir des idées reçues et des querelles stériles... »

05 décembre 2017

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Les propos de M. Hocquard sont totalement irresponsables, et surtout dénués de la moindre base juridique.
Pourquoi ne pas légaliser tout simplement le tapage nocturne ainsi que l'ivresse sur la voir publique ?

Un régime s'était illustré par des lois rétroactives, celui de Vichy, dont notre quartier garde un sinistre souvenir.

La Ville de Paris voudrait-elle innover avec le principe d'antériorité qui ne signifie rien d'autre au fond que la promotion de l'idée selon laquelle un nouvel arrivant agit en connaissance de cause quand il décide de s'installer, à ses risques et périls, dans le quartier historique du Marais, là où des bars à barbares, soifards et/ou fêtards sont déjà installés.

S'ils s'installent quand même sans faire partie du club des couche-tard amateurs de décibels tonitruants, c'est de leur faute ou du moins de leur responsabilité... C'est bien l'opinion qui a été émise en s'appuyant sur le concept novateur de ZHF = Zone de non droit, comme magistralement expliqué.

Une recommandation cependant aux commentateurs pour respecter l'attitude de l'auteur de l'article dont l'analyse est à la fois juste et percutante: ne pas mêler la politique partisane à cette affaire: quel que soit le parti ou l'alliance à la tête de la mairie, démocratiquement élu ou constituée, le regard condescendant porté sur la communauté des habitants désireux de mener une vie familaile normale, ceci exprimé du haut des bureaux de la Mairie plus proche du siège de la Garde Républicaine que du premier bar à bruits, est inadmissible.

Agiter la menace du vote sanction, cela revient à donner un blanc seing à ces propos dès lors que la majorité à laquelle ils appartiennent seraient reconduites ; cela peut aussi conduire certains à penser que c'est une campagne souterraine de lutte contre l'équipe en place.

Non, on doit attendre des élus, quels que soient leur affiliation, d'avoir une attitude responsable et on doit espérer que les mises en garde effectuées conduisent l'intéressé à REVISER son point de vue ou l'équipe à laquelle il appartient à le lui faire comprendre. Même si l'équipe en place n'est pas constituée que de juristes, il y a quand même un minimum. Le brevet de citoyenneté de base est de s'abstenir de tels propos se moquant de la loi comme de la raison.

ZHF= ZERO HOCQ...FIN

Encore merci et bravo pour l'article de "Vivre le Marais". Comment un élu de la République pourrait-il défendre un principe d'INEGALITE devant la loi et donc revendiquer
le non-droit?
Et comme le demande Jean-René : où donc habite Monsieur Hocquard?

Nous sommes tous d'accord, ces propos sont irresponsables et relèvent du café du commerce
typique d'une conversation de bistrot à l'heure de l'appéro qui mijotent dans des marmites variées et veulent transformer des opinions infondées en textes de loi. Aucune loi ne peut rétroagir pour le passé.

Les propos tenus ne passent pas la barre du Tribunal sans compter les foudres du Conseil Constitutionnel.

JP 75003

Quid de l'affaire de l'adjoint à la mairie, et de l'embauche de son époux dans un établissement dont il a autorisé l'ouverture?

Je peux me tromper mais depuis trente ou quarante ans que je m’occupe de la défense de riverains j’ai toujours su ou et lu que le principe dit d'antériorité n’existe pas sous quelque forme que ce soit. Tout le monde, établissements y compris doivent toujours répondre aux critères légaux quelle que soit la matière. Donc les arguments même favorables à notre cause, n’ont pas d’intérêt car il n’existe aucun principe d’antériorité.


Selon le principe d'antériorité, nous avions autrefois des élus qui étaient responsables, avaient le sens de l'Etat et défendaient l'intérêt général.

Aujourd'hui, ils sont à la merci de petits intérêts particuliers ou groupe de pression, et ils se moquent bien des parisiens-contribuables qui sont juste là pour subir et éponger les dettes.

Bref, selon le principe d'antériorité, il n'y a plus rien à en attendre de ces personnes...

C’est quoi une Zone historiquement festive?
Je ne connaissais pas ce concept urbain totalement fallacieux. Monsieur hoquard devrait au moins lire l’histoire de Paris et du Marais en particulier avec ses assassinats, ses massacres, ses exécutions de masse, ses révoltes, ses rafles d’enfants juifs, ses coupe-gorges, sa prostitution et son cimetière (des innocents -c’est tout dire)
Historiquement festif vous avez dit ??? Verbiage et pédantisme ...

Ah, j'oubliais d'évoquer l'entretien de la ville ! La saleté règne en maître malgré les milliers de recrutements effectués par Mr Delanoë !

La ville de Paris est gérée par une équipe de joyeux fêtards qui n'ont que faire du confort des citoyens lambda dont je suis ! La TEUF est prioritaire pour ces joyeux lurons ! Parmi eux il en est pour qui faire la fête est un job normal ! Le bruit , les cris des soûlards , les bagarres à 3 heures du mat .... c'est du domaine du normal ! On rêve les yeux ouverts !
Cette mentalité est scandaleuse ! Mais nous sommes responsables puisque ce sont NOS VOTES qui ont mis ces irresponsables à la tête de notre Capitale ! Votons mieux la prochaine fois !
La fermeture des berges rive droite et gauche ? Le résultat est flagrant, les banlieusards pour moitié ne font plus leurs courses à Paris !

Quand on interroge les Étrangers Les commentaires sont terribles : Paris est devenue une ville inintéressante , banale ! Quelle descente aux enfers en 15 ans ! Quel orgueil chez nos maires successifs ! Aucun dialogue , aucun échange avec les citoyens de notre ville ! Le vide démocratique dans toute sa splendeur ! Parler avec Mme le maire ? Impossible car elle pratique le monologue automatique !

Est ce que le principe d'antériorité est valable dans l'autre sens exemple d'un quartier calme devenu bruyant, fermeture d'un bar de nuit remplacant un commerce qui fermait à 19h. Il y a toujours une antériorité et pas uniquement dans un sens.

La Mairie doit tellement toucher de taxes des établissements, qu'ils ont l'air d'avoir fait le choix de privilégier ces derniers aux riverains qui font la vie des quartiers.
Supporteraient ils les élus et les gérants de ces établissements de ne pas pouvoir dormir quand ils décident d'aller au lit, j'en doute fort
Et effectivement il y a des lois pourquoi est-ce si compliqué de les faire appliquer si nécessaire ?

Quelle belle équipe municipale... Chapeau bas !

Le "principe d'antériorité" mis en avant par M. Hocquart est particulièrement discriminatoire! Une zone pseudo-étiquetée "festive" sera de non-droit et où donc se loge le M. Hocquart? Dans une zone qu'il libellera "festive"???

Excellente argumentation.qui cloue pas mal de becs municipaux ou autres.
Magali

Une question intéressante: un bébé ne peut pas dormir à cause du bruit et ses parents, très inquiets, se plaignent auprès des autorités. Que devient le brave et pauvre bébé avec le principe d'antériorité ????

Article excellentissime
(et même drôle : j’ai bien aimé les scénarios fiction burlesques découlant de l’application de ce dangereux délire ! )

Voilà qui est juste et parfaitement argumenté.

A rappeler :

"le principe d'antériorité" ne peut être revendiqué et défendu que si les conditions d'exploitation ou les activités de l'établissement que des riverains mettent en cause n'ont pas changé vis-à-vis de ce qu’ils connaissaient avant ou depuis qu’ils se sont installés pour les riverains nouveaux venus.

Par exemple, ponctuellement, un bar existant qui se met à faire des karaokés ou des animations, ou crée ou modifie une terrasse qui déclenchent des nuisances pour les riverains anciens ou nouveaux ne peut se prévaloir de l’antériorité pour faire passer son amère pilule !

(Sans compter que, d’une manière générale, les dites activités antérieures ou nouvelles ne doivent pas contrevenir aux textes sur les nuisances de voisinage ou l’environnement !)
On voit le piège du discours sur les « zones historiquement festives » que le sieur Hocquard essaye de tenir pour étouffer toute plainte : NON, car, même dans une zone dite historiquement festive, le seul fait de développer l’activité festive modifie en permanence la situation d’antériorité ; le développement de l’activité festive ne peut se concevoir qu’avec les mesures de protection qui en limitent les conséquences ; cela tue ipso facto la revendication du principe d’antériorité…

Ça va sans dire mais mieux en le disant !

Mettre en place un principe d'antériorité serait renouer avec une vieille tradition française: pour être présenté à la Cour, c'est l'ancienneté de la noblesse qui comptait plus que l'importance du titre. J'imagine les occupants d'un immeuble suppliant l'aristocrate à la parisienne de ne pas déménager car il bénéficie de l'antériorité qui anoblit au regard de la Ville.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)