Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Baisse de la démographie à Paris : des urbanistes de la ville de New-York réagissent à notre analyse... | Accueil | Rencontre avec Pacôme Rupin, Député du IVe (et des XIe et XIIe...) »

05 janvier 2018

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

D'accord avec vous,Isabelle. L'hypnose sur le mode Kaa (laissez moi faire, bonnes gens, je m'occupe de tout) est un piège dans lequel, avec notre naiveté et notre respect des règles, nous nous laissons trop souvent endormir par les autorités, qui en fait ne nous défendent pas du tout (comme le montre cet article). Mais pour agir, il faut se grouper. Et le Réseau Vivre Paris, avec son site, donne plein de pistes pour être efficace, d'actions possibles, de textes...

Voyez vous Anaïs je suis moi aussi résidente parisienne et dans notre arrondissement (XI) la promo de vivre Paris et la fameuse puissance de toute ses ramifications sur tout le territoire et toute l Europe nous a été vendu et survendu par le représentant de Vivre Paris. Je ne compte plus le nombre de réunions de promesses et de mails échangés pour un résultat très mince. Nous avons depuis tourné notre casaque et sommes un petit nombre d habitants à ne plus attendre de l Etat et nous déposons plainte quasi systématiquement contre les établissements qui ne respectent pas le minimum et croyez moi que cela fonctionne beaucoup mieux. Les politiques sont beaucoup plus fort que nous en palabres et en endormissement tel le fameux Kaa dans le livre de la jungle.
Isabelle

Réponse à Isabelle
Vivre le Marais est la voix des habitants, et une force de proposition auprès des autorités, certainement autant qu'un bureau des pleurs.
Une association d'habitants est ce qu'en font ses membres. Et si vous veniez, vous aussi, faire des propositions constructives à l'association pour que les Parisiens puissent mieux vivre dans le centre ? Chiche !

Réponse rapide à # Isabelle -

Adhèrent depuis peu à cette association, j’ai pu constater que « Vivre le Marais » n’hésite pas à saisir les Tribunaux sur certains dossiers.
Certains pensent que monsieur Hocquard relève de l’article 432-11 du Code Pénal, personnellement je pense le contraire, seul un Tribunal pourrait trancher ce débat. Sans pour autant, saisir systématiquement les juridictions Françaises, le but de ce forum permet de saisir les sensibilités des uns et des autres des conversations induites sur ce blog. La transgression si elle n’est pas pénale peut être morale Se voir offrir des costumes n’est pas pénalement répréhensible mais une faute morale.

Vivre le Marais , à part râler et dénoncer et passer votre temps en réunions ou chacun vous dis plus ou moins ce que vous voulez entendre je n'arrive pas a comprendre votre association. Ce monsieur Hocquard est il hors la loi oui ou non ? Ce qu il a fait est-il réprimable oui ou non ? Si oui portez plainte sinon je ne vois pas trop l intérêt de faire un article sur une supposé transgression. C est vraiment le bureau des pleurs ici.
Isabelle

Une justification mensongère qui, malheureusement, ne m'étonne pas. Ce qui m'aurait étonnée aurait été que ce Monsieur reconnaisse qu'il s'était trompé, qu'il admette que sa démarche était pour le moins déplacée et qu'il s'en excuse auprès des Parisiens.
Mais non, cette justification facile, qui en plus d'être un mensonge est une insulte à notre intelligence, nous prouve que ce Monsieur ne s'est pas trompé : qu'il a agi sciemment dans l'intérêt d'un établissement privé qui est en infraction constante, qu'il a utilisé des listes de mails qu'il n'avait pas le droit d'utiliser dans ce but, montrant toute sa partialité en dépit de l'exigence de neutralité de son mandat. Au lieu de protéger l'intérêt général, il s'est mis du côté du delinquant. On comprend d'ailleurs à la lumière de ce petit événement pourquoi il défend le principe d'antériorité en faveur des bars.....
C'est consternant mais pas étonnant, toute la gestion de cette municipalité en matière de "nuit" est ainsi orientée, faisant fi du bien commun, de l'action légitime ou de la justice


Si je comprends bien, Monsieur Hocquard s'est servi des moyens de communication de la Mairie et des fichiers des administrés pour soutenir un bar convaincu à plusieurs reprises de tapage nocturne ?

C'est bien cela ? Si oui, cela me semble particulièrement sérieux.

On rêverait qu'une association, type Anticor, se penche sur ces pratiques plus que douteuses...

J'aime la nuit avec passion. Je l'aime comme on aime son pays ou sa maîtresse, d'un amour instinctif, profond, invincible. Je l'aime avec tous mes sens, avec mes yeux qui la voient, avec mon odorat qui la respire, avec mes oreilles qui en écoutent le silence, avec toute ma chair que les ténèbres caressent. Les alouettes chantent dans le soleil, dans l'air bleu, dans l'air chaud, dans l'air léger des matinées claires. Le hibou fuit dans la nuit, tache noire qui passe à travers l'espace noir, et, réjoui, grisé par la noire immensité, il pousse son cri vibrant et sinistre.

Le jour me fatigue et m'ennuie. Il est brutal et bruyant. Je me lève avec peine, je m'habille avec lassitude, je sors avec regret, et chaque pas, chaque mouvement, chaque geste, chaque parole, chaque pensée me fatigue comme si je soulevais un écrasant fardeau.

Mais quand le soleil baisse, une joie confuse, une joie de tout mon corps m'envahit. Je m'éveille, je m'anime. A mesure que l'ombre grandit, je me sens tout autre, plus jeune, plus fort, plus alerte, plus heureux. Je la regarde s'épaissir la grande ombre douce tombée du ciel : elle noie la ville, comme une onde insaisissable et impénétrable, elle cache, efface, détruit les couleurs, les formes, étreint les maisons, les êtres, les monuments de son imperceptible toucher.

Alors j'ai envie de crier de plaisir comme les chouettes, de courir sur les toits comme les chats ; et un impétueux, un invincible désir d'aimer s'allume dans mes veines.

Je vais, je marche, tantôt dans les faubourgs assombris, tantôt dans les bois voisins de Paris, où j'entends rôder mes soeurs les bêtes et mes frères les braconniers.

Ce qu'on aime avec violence finit toujours par vous tuer. Mais comment expliquer ce qui m'arrive ? Comment même faire comprendre que je puisse le raconter ? Je ne sais pas, je ne sais plus, je sais seulement que cela est. - Voilà.

Donc hier - était-ce hier ? - oui, sans doute, à moins que ce ne soit auparavant, un autre jour, un autre mois, une autre année, - je ne sais pas. Ce doit être hier pourtant, puisque le jour ne s'est plus levé, puisque le soleil n'a pas reparu. Mais depuis quand la nuit dure-t-elle ? Depuis quand ?... Qui le dira ? qui le saura jamais ?

Donc hier, je sortis comme je fais tous les soirs, après mon dîner. Il faisait très beau, très doux, très chaud. En descendant vers les boulevards, je regardais au-dessus de ma tête le fleuve noir et plein d'étoiles découpé dans le ciel par les toits de la rue qui tournait et faisait onduler comme une vraie rivière ce ruisseau roulant des astres.

Tout était clair dans l'air léger, depuis les planètes jusqu'aux becs de gaz. Tant de feux brillaient là-haut et dans la ville que les ténèbres en semblaient lumineuses. Les nuits luisantes sont plus joyeuses que les grands jours de soleil.

...

Merci Guy de Maupassant pour ce texte Nuit, partie prenante de son recueil Clair de Lune publié en 1882

Pour mémoire son titre est: Cauchemar ... et ce que le noctambule affectionne par dessus tout, c'est le silence qu'offre la nuit ....


Ah mes chers amis,
Tout cela donne l'impression d'un match de boxe truqué où
une poignée d'élus et d'agents municipaux spécialisés sur un sujet éternel mis au goût du jour si l'on peut dire, militant pour assurer à notre bien aimée ville lumière sa réputation de ville festive et joyeuse avec le concours de marchands de loisirs centrés sur l'usage:
- des stupéfiants légaux (l'alcool est une drogue dure sans compter d'autres substances circulant parfois en sous-main à l'ombre propice des lieux concernés)
et
- des décibels mélodieux flirtant avec les limites légales (25 à 30 db cf. infra)

seraient confrontés à la vindicte (pris à partie serait un euphémisme) d'une association de fâcheux regroupant des grincheux, papys et mamies d'un autre âge, des pisse-vinaigre metro-boulot-dodo, des insomniaques rebelles aux hypnotiques, des phraseurs qui ne savent pas faire la différence entre un bruit de bon aloi favorable à la perception de la TVA et à la dynamisation du commerce attractif pour animer un quartier y compris auprès d'honnêtes et nantis touristes étrangers, et
l'horrible boucan des machines de tous ordre, des camions vide-ordures, de tous ces tristes bruits de la journée qu'on s'efforce d'oublier la nuit venue avec force enthousiasme.

Le commentaire juridique modérateur est justifié mais il est en revanche à proprement parler inouïe que le fichier des interlocuteurs de la mairie puisse être utilisé pour une opération de financement participatif - pas besoin de terme anglais prétentieux sorti de son contexte - Fund raising aussi se décline en français (qui est fort sympathique et à propos pour sauver un château ou favoriser la réalisation d'un film indépendant) mais qui ne peut être de mise pour aider un commerçant à continuer à faire trop de bruit (même si les clients sont majeurs (tous ?) et consentants, cela n'autorise pas à les rendre sourds et à les servir jusqu'au vomissement);

la mairie a le devoir de favoriser la concertation, pas la provocation, d'utiliser l'argent collecté auprès des Parisiens avec discernement et souci du bien public...

Pitié, merci de ne pas nous resservir un petit coup de Pierrots de la nuit ... pour détendre l'atmosphère...

Pour l'insonorisation, Il y a des prêts bancaires, des cofinancements d'initiative personnelle mais dans le cas présent, de grâce, si l'on n'est pas dans une situation de mauvaise foi, c'est que c'est encore plus grave, une perte pure et simple de contact avec la réalité...

Pour mémoire:

a) Troubles à la tranquillité d'autrui:

Pour être sanctionné, la personne responsable du bruit doit être conscient du fait que ce bruit « trouble la tranquillité d’autrui » .

Les juges considèreront que la personne responsable du bruit est consciente de la gène si :

celui-ci refuse de prendre les mesures adaptées pour faire cesser cette gène lorsqu’on lui demande (C. Cass. 17 janvier 1990, n°89-835044) ; CELA FAIT TROIS ANS ....
celui-ci fait exprès de faire du bruit pour gêner une autre personne (C.Cass, ch. crim, 24 février 1999, n°98-817943) ; Sans doute pas mais qui sait ?
celui-ci organisait des soirées et qu’il disposait des compétences suffisantes pour savoir que des bruits étaient susceptibles de déranger des voisins (C.Cass, ch. crim, 4 septembre 2007, n°07-800725).

Il n’y a pas besoin d’y avoir eu une intention de nuire.

b) Aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme, dans un lieu public ou privé, qu’une personne en soit elle-même à l’origine ou que ce soit par l’intermédiaire d’une personne, d’une chose dont elle a la garde ou d’un animal placé sous sa responsabilité.


Ici, les bruits peuvent être des éclats de voix, des musiques, des cris d’animaux, etc.) Les cris humains sont également concernés !

Néanmoins, pour être sanctionné ces bruits doivent :

être long ou répétitifs ou intenses, C'est le cas
être dérangeant pour un tiers. C'est le cas

De plus, ces bruits doivent être anormaux (C.Cass, ch. civ. 3, 23 mai 2012, n°10-1976012).

Dans le cas évoqué, hélas, la régularité du dérangement est devenu la norme ...

c) Le bruit ambiant mesuré (comportant le bruit considéré comme gênant et éventuellement fenêtres ouvertes), est supérieur à 25 décibels ou à 30 dB (si la mesure est effectuée hors pièces principales de l’habitation - sic-)

A consulter par les personnes expertes concernées:

https://www.sedlex.fr/cas-pratiques/les-nuisances-sonores-le-tapage-nocturne-etc/

à suivre ...

Le nombre et la pertinence des commentaires à cet article devraient conduire M. Hocquard à changer sa vision sur les nuits parisiennes et dialoguer avec d'autres interlocuteurs que ceux qui ont un intérêt pécuniaire dans des activités nocturnes qui nuisent à la santé des 95 % de parisiens qui veulent dormir et aux 5% qu'on incite à boire et consommer au-delà de ce qui est de raison. M. Hocquard a deux ans devant lui pour redresser la barre et laisser un bon souvenir de son passage à l'Hôtel de Ville. Les représentants du réseau "Vivre Paris !" veulent bien oublier les rebuffades qu'ils ont subies jusqu'à ce jour et donner une nouvelle chance à la discussion si leurs interlocuteurs sont sincères.

Je dois changer mes fenêtres à cause des nuisances nocturnes. J'aimerais que les bars en dessous de chez moi, leurs clients et tous mes voisins de la rue, voire les Parisiens en général, contribuent à me les payer. Merci à M. Hocquart de relayer mon message, en utilisant pour cela les fichiers d'adresses constitués par la mairie de Paris.

M. Hocquard est de mauvaise foi, car chacun verra que la distinction/la nuance entre "lancer une souscription" et "relayer la campagne de crowdfunding" est naturellement de taille gigantesque !
Par ailleurs, quel dommage qu'il commette des fautes d'orthographe dans sa lettre ("touT les établissements", début du 4ème para.), mais il est vrai qu'on ne voit pas aussi bien la nuit. Et quand on commence à se justifier.....S'il y avait une Cour des Comptes dont l'activité serait de se pencher sur la gestion municipale, nous aurions peut-être une vue transparente sur ce que coûte l'équipe Hocquard !? En accord avec l'opinion exprimée par Daniel !

La vraie rencontre se fera en 2020 avec les élections municipales : les parisiens auront la possibilité de se prononcer sur un certain nombre de sujets : la nuit, le transport, le logement, les finances de la ville, l'action culturelle, les JO, le patrimoine...

Contrairement à ce que dit monsieur JP dans son commentaire, apparemment, seul un juge pourrait apprécier si nous nous trouvons dans un cas de corruption passive, de trafic d’influences, d’abus de pouvoir, de favoritisme ou d’entorse à la neutralité d’un agent représentant l’État . On s’approche de tout cela et monsieur l’adjoint en a bien conscience puisqu’il se justifie - de façon bien maladroite. Personnellement, je serais très intéressé par l’interprétation du juge sachant que de nombreuses jurisprudences existent sur cette question. Il serait tentant de lui poser la question.
Le « copinage » d’un élu qui utilise pour ses relations d’amitié les moyens de la communauté, a quelque chose d’insupportable, c’est le contraire de la Justice, de la concurrence commerciale, du principe d’égalité bref, de la Démocratie.

Le plus scandaleux est le manque d'éthique et de morale de ce monsieur et de la Ville de Paris. Comment concevoir un conseil de la nuit pour la distraction de certains, quand un nombre croissant de SDF tourne dans les autobus de nuit et cherche des immeubles ouverts, un bout de pont, un recoin dans une rue pour trouver un lieu où se reposer un peu, et qu'ils ont pour compagnons les rats qui courent partout. Pas un jour ne passe sans qu'on en aperçoive un ou deux... Que Monsieur Hocquard participe à des maraudes et porte le café aux gens de la rue, la nuit, il trouvera une autre utilité pour l'argent des parisiens.

bonjour
j ai eu des problèmes de bruit pendant des années avec un bar qui avait pourtant isolé son établissement et mis un limitateur de puissance. Et pourtant le bruit passait CAR leurs baies également grandes ouvertes, laissaient passer la musique y compris le bruit des 100 à 300 personnes sur le trottoir. J ai déménagé ayant compris que les accointances entre ces bars et la Mairie du 4ème et la Mairie centrale ne pouvaient que me classer dans la catégorie des opposants et des râleurs. Il est temps d'en tirer les conséquences.
Daniel

F. HOCQUARD n'a jamais montré la moindre intention de passer pour crédible, affichant par là-même un cynisme et un mépris typiques de nombre de politiciens chargés pourtant de nous représenter...
Cessons au moins de lui faire de la publicité et qu'il retourne à sa "nuit" obscure

Juste une précision sur les peines pénales qui seraient encourues dans cette affaire.

« Je n’ai aucunement lancé une souscription en faveur de l’insonorisation du bar La Mutinerie mais j’ai relayé leur campagne de crowdfunding. »

Il est vrai que la phrase est sibylline est aurait mérité plus de précision. Je ne pense pas que l’article 432-11 du Code pénal trouve ici application et encore moins l'article 432-12 du même Code.

Cela signifierait qu’il y ait eu un pacte de corruption, une rencontre de volonté entre le corrupteur « le bar la mutinerie » et le corrompu ( Le chef de cabinet ).

Le corrupteur sachant que son offre a pour but d’acheter une décision ou une abstention, et que le corrompu, de son coté, agisse en ayant conscience que sa décision ou son abstention a eu une contrepartie illicite.

Quelle est la contrepartie ? « des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques » au bénéfice au profit du corrompu, que cette contrepartie ait été ou non versée à un agent public.

Car, si le délit de corruption passive est caractérisé par la simple sollicitation, directe ou indirecte, d’avantages quelconques (argent liquide, objets précieux, ristournes, travail gratuit, promesse de relations sexuelles, etc.), peu importe que la contrepartie ait été perçue. Il en va de même pour le délit de trafic d’influence. (432-11 du C.P.)

Or, dans ce cas rien de tel.

JP 75003

Ce qui est frappant dans cette affaire, c'est que la réponse de M. Hoqqard est d'une mauvaise foi insultante pour l'intelligence des lecteurs, d'où les réactions virulentes et méritées des commentaires.
Très bonne réponse de Vivre Le Marais/Vivre Paris

Derrière et avec Mr Hocquard c’est Mme Hildalgo qu’il faut incriminer tant sa responsabilité est grande de ne rien faire pour protéger les riverains contre les méfaits des fétards nocturnes qui ont tous les droits pendant que les riverains en pyjama n’ont qu’a aller se rhabiller

Tous les fichiers se négocient (privé ou public), toutes les adresses mail sont exploitées et exploitables

Nous avons déjà tous reçu des mails provenant de divers marchands ou assurances ... etc etc

Welcome dans le superbe monde du data et de l'algorithme .....

Ceci dit, si ce monsieur a été pris la main dans le sac il convient de le poursuivre en justice

Alain

Pourrions-nous remplacer le "Conseil de la Nuit" (et l'argent public qui sert à financer son fonctionnement) par un "Conseil du JOUR".

On pourrait par exemple se soucier :
- de la saleté qui règne dans Paris le jour
- des difficultés à se déplacer pour aller travailler
- des difficultés à se garer
- des Autolib vandalisées ou squattées (et dont la gestion déficitaire sera épongée par nous)
- des Parisiens de plus en plus nombreux à quitter Paris, devenue une ville assez insupportable depuis quelques années...

Frédéric Hocquard s'est senti obligé de réagir et de se justifier.

Même s'il explique qu'il ne s'agit que de "relayer", rien n'autorise la mairie de Paris à utiliser les fichiers de riverains pour de tels usages.

C'est au bar de demander s'il le veut un financement "participatif" à ses clients.
Par sa démarche stupéfiante, la mairie - du moins le service de M. Hocquart - trahit véritablement les habitants, en utilisant à des fins privées une liste d'adresses qui lui ont été confiées dans un but d'intérêt général. Du coup on s'inquiète : à qui d'autre encore les listings des habitants ont-ils été ou seront-ils donnés ? Allons-nous maintenant recevoir des publicités de la part des partenaires de la mairie ?? J'espère que ce cas a été transmis à la CNIL et que des sanctions seront prises à propos de l'utilisation de ces fichiers.

Comme d'habitude, Monsieur Hocquart en bon politicien fait des non-réponses et contre-vérités . Oui, il mélange en tant qu'élu, intérêt général et intérêt financier privé et n'assume pas cette faute.

Mr Hocquard aurait dû s'étouffer en écrivant cette réponse!
Oser parler de "financer dans l’urgence" alors que ça fait plus de 3 ans qu’il y a plaintes et « sanctions ».
Ça fait belle lurette que la Mairie de Paris aurait dû faire connaître ses injonctions de mettre en œuvre les travaux d’insonorisation et dispositions anti tapage plutôt que de relayer ce crowdfunding de manière partiale.
Mr Hocquard croit il que les riverains victimes vont verser qq chose ?
Le bar n’a qu’à surtaxer lui-même ses clients pour assurer le financement nécessaire.
Cela dit très bonne réplique de Vivre le Marais !/Vivre Paris !
Claude S.

"Pris à partie" non, pris les mains dans le pot de confiture oui. Le cabinet de M Hoquard ne s'est pas contenté de relayer ("je vous remercie de votre participation") , il a utilisé la signature officielle de la mairie de paris et s'est servi de mails confiés à une institution publique. Et ce n'est l'utilisation de mots anglais qui cachera la réalité de l'appel aux dons.
Ou est la neutralité du service public ? En sera-t-il de même avec tous les bars parisiens sommés de se mettre aux normes, ....dans un souci d'égalité bien sûr ?

Cette réponse confirme les efforts de l'élu qui l'a écrite pour faire passer des vessies pour des lanternes.
Au-delà du point de vue moral, c'est politiquement catastrophique pour la cité que des personnes exercent des pouvoirs qui leur ont été conférés par, en réalité, une très faible partie des parisiens si on en réfère au taux de participation et aux règles spécifiques de l'élection d'une équipe municipale locale d'une part et centrale de l'autre.


Ces gens se moquent de nous, et n'ont même pas le cran d'assumer leurs erreurs !
Magali

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)