Amelot bisseuil cour int et fronton

liens utiles

Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Adhérents, sympathisants, lecteurs : c'est le moment de payer votre cotisation ! | Accueil | L'ordre est de retour sur la place du Marché Ste Catherine (IVe) ! »

09 mai 2018

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

L'article et les commentaires décrivent particulièrement bien la situation. Il est très frustrant de se sentir livrés à nous-mêmes mais le combat semble désormais être engagé et l'on peut cette fois-ci réellement espérer que les autorités (Préfecture, Mairie, Commissariat) prendront enfin conscience de l'ampleur du problème causé par cet établissement et agiront en conséquence. Il ne peut en être autrement, la situation a assez durée et fait vivre un enfer aux riverains.

Bon courage à tous.

Bonsoir,
J’habite le 11 rue de Braque depuis de nombreuses années et subis comme tous les nuisances de cet établissement.
C’est consternant de voir que le gérant s’est toujours moqué du voisinage.
Il n’a toujours pas affiché sur ses vitrines des écritos demandant de ne pas stationner et discuter dans la rue comme on peut le voir dans d’autres établissements.
Même le vigile présent lors de certaines soirées s’entretient avec des clients les laissant tranquillement, boire, fumer et discuter devant l’entrée.
Le tapage est d’autant plus violent quand des groupes de clients quittent le lieu au petit matin. Évidemment altérés par l’alcool ils sont très bruyants et stationnent sans gêne sur le trottoir.
La rue de Braque est une petite rue très calme, Il y a très peu de circulation et aucun autre établissement. Tout bruit est automatiquement amplifié par une configuration si étroite.
Notre immeuble est très ancien, impossible à isoler correctement. C’est étonnant qu’un permis d’ouverture la nuit ait pu être délivré pour cet établissement.
Nous sommes confiants que grâce à nos actions conjointes nous arriverons enfin à faire valoir nos droits.

Bonjour,

Le 16 mai c'est dans 2 jours, tenez nous au courant.

JP 75003

Bonjour. J'habite également cet immeuble de la rue de Braque et je fais partie du collectif "11 Braque". Les nuisances générées par ce restaurant/boîte de nuit ont été très fidèlement décrites par votre article et les commentaires précédents.
Le gérant du Braque se croit tout permis, ne respectant pas les règlementations, privatisant le trottoir aux beaux jours avec un canapé et une table type "mange-debout", refusant de discipliner sa clientèle. Un jour, il a même affirmé avec aplomb : "c'est pas mal ce qu'on fait, on distribue du bonheur". Traduction pour les habitants de l'immeuble et des alentours : musique et cris jusqu'à l'aube, odeur de tabac dans les parties communes et certains appartements de l'immeuble, préservatifs et verres vides dans l'entrée de l'immeuble, clients ivres qui s'engueulent ou refont le monde dans la rue laissant au matin du verre brisé et des dizaines de mégots sur le trottoir, allées et venues de taxis et de scooters. C'est une vision du bonheur très personnelle que notre collectif s'efforce de corriger pour retrouver le calme et profiter de notre belle rue.

Bonjour,

Je lis attentivement les commentaires de mes voisins et constate à quel point nous souffrons tous de ce même problème ! Tout ce qui est mentionné par rapport au bruit infernal jusqu'à l'aube, aux nuisances olfactives et aux déchets laissés par les clients de passage de ce lieu, n'est pas une exagération. Malheureusement c'est ce que nous fait subir depuis trop longtemps ce restaurant/bar/boîte de nuit qui s'affiche sur les réseaux sociaux comme parfaitement intégré au voisinage !!!
Je suis soulagé de voir que vous avez pris l'initiative de contacter le Commissaire du 3è et vous remercie. Je tiens à vous donner mon soutient et je connais nombre de voisins qui sont de mon avis.
En espérant vivement que le 16 mai, la décision sera de ne plus lui accorder le permis de nuit et de l'obliger à respecter les voisins. Sinon, vous pouvez compter sur moi également pour soutenir toutes les démarches en vue de la fermeture de ce lieu infâme.

Bonjour,
J'habite au 11 rue de Braque, au 2e étage depuis une demi-douzaine d'années. Il est arrivé plusieurs fois que le bruit soit tel qu'il soit impossible de dormir. Cela est particulièrement difficile lorsque, vers trois heures du matin environ, le "Braque" laisse sortir le flot de fêtards au mieux excités, au pire éméchés et continuant leurs discussions animées dans la rue... Rue qui semble d'ailleurs "privatisée" lorsque les beaux jours arrivent.
Précision : le bruit me parvient malgré un double vitrage dans la chambre...
Autre indice permettant de déterminer que le "Braque" a bien tourné : Ca pue le tabac froid dans mon séjour le matin : le couloir sert régulièrement de "fumoir"...

J'habite rue du Temple et je subis également tous les weekendsles désagréments liés à ce bar: cris des consommateurs éméchés, uber klaxonnant à toutes heures de la nuit et aussi parfois quelques bagarres. Le plus navrant est sans doute le mépris du vivre ensemble affiché par le propriétaire. J'en veux pour preuve le fameux canapé vert mis tous les soirs d'été sur le trottoir (large de 1,5 m) et gênant de manière évidente la circulation des piétons... Ce canapé servit aussi d'ailleurs à fermer sauvagement la rue lors de la dernière fête de la musique, empêchant les voitures de circuler pour le seul bénéfice du propriétaire de ce bar...

Courage à eux!

Bonjour,

Je vous remercie pour la pertinence de votre article.
J’habite cet immeuble, situé 11 rue de Braque, depuis de nombreuses années.
15 habitants, propriétaires et proches riverains de cet immeuble se sont constitués récemment en collectif sous le nom de « 11 Braque ». La voix et les plaintes de chacun sont ainsi devenues ainsi une seule et même voix, et depuis la situation à l’air de se débloquer.
Notamment par le rendez-vous que nous avons eu le 2 mai dernier avec le commissaire de police du 3ème arrondissement, M. Vincent Gorre et son adjointe Mme Violette Flejou, qui ont été très sensibilisés et à l’écoute de nos légitimes doléances.
Ils nous ont en effet certifié que l’autorisation de nuit de cet établissement ne serait pas renouvelée en l’état. Et ce à dater du 16 mai.
Notre Collectif reste vigilant et bien décidé à faire cesser définitivement cette situation qui nous oblige à dormir (tous les habitants, j’insiste) avec des boules Quiès toutes les nuits du fait de la musique qui envahit nos appartements jusqu’aux derniers étages, à agir négativement sur nos activités professionnelles ne pouvant fermer l'œil correctement, à ne pouvoir se reposer légitimement le week-end, à vivre continuellement avec le stress de la nuit à venir, à subir, même fenêtres fermées, les clients parlant, criant et fumant qui stagnent dans la rue à n’importe quelle heure de la nuit, à respirer les odeurs de cigarettes qui s’infiltrent dans nos habitations, ainsi que les relents d’alcool et de tabac froid dans les communs, à pousser déjà deux habitants à bout de forces à déménager, dans ce contexte particulièrement anxiogène qui nuit gravement à notre santé et notre bien-être.
Contre cette situation qui dure maintenant depuis bien trop longtemps et ne fait qu’empirer, notre Collectif reste mobilisé et plus que déterminé à la faire cesser de manière absolument définitive.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)