Amelot bisseuil cour int et fronton

liens utiles

Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Renaissance du quartier Arts & Métiers : le soutien de la police et de la mairie du IIIe porte ses fruits | Accueil | La manifestation de "La France Insoumise" sur le thème "La fête à Macron" ne passera pas rue de Bretagne... »

02 mai 2018

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Réponse à Marion

L ivresse sur voie public est contraventionel et non délictuelle

Cela n a jamais été un délit

Alain

Pour Marion Mouchot : ce n'est pas un délit. Il est prévu ce qui suit.

Article R3353-1 :

"Le fait de se trouver en état d'ivresse manifeste dans les lieux mentionnés à l'article L. 3341-1 est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la 2e classe."

Article L3341-1 :

"Une personne trouvée en état d'ivresse dans les lieux publics est, par mesure de police, conduite à ses frais dans le local de police ou de gendarmerie le plus voisin ou dans une chambre de sûreté, pour y être retenue jusqu'à ce qu'elle ait recouvré la raison.

Lorsqu'il n'est pas nécessaire de procéder à l'audition de la personne mentionnée au premier alinéa immédiatement après qu'elle a recouvré la raison, elle peut, par dérogation au même premier alinéa, être placée par un officier ou un agent de police judiciaire sous la responsabilité d'une personne qui se porte garante d'elle."

jp 75003

L'ivresse sur la voie publique n'est-elle pas - ou plus - un délit ?

C'est juste une question de courage et de volonté politique. Et du maire d'arrondissement.

Étrangement ce type de rassemblement ne serait pas toléré plus de 5 minutes dans le 6ème arrondissement de Paris ou à Neuilly.

Pas question de parler d'humanisme concernant des ivrognes agressifs

Autorités, vous avez dit "autorités"? Bizarre, comme c'est bizarre! Là-dessus comme sur plein d'autres problèmes la gent de nos "autorités" ne trouve rien à faire!

L'Humanisme ne serait il qu'un Angélisme suicidaire qui se propose de «punir» le moins possible ?

Il existe un sentiment d’injustice pour cette riveraine face à l'état du droit actuel et de ses réponses pénales non satisfaisantes productrices d’impunité. Cette agression verbale fait partie du domaine réglementaire du Code Pénal qui punit ces faits d'une amende dans des conditions bien définies. C’est la douceur des peines ou la peine humaniste.

Que dit la loi ? Les agressions verbales sont diversement sanctionnées selon leur nature et le contexte dans lequel elles ont été commises. On peut citer parmi les plus fréquentes :
- les injures non publiques : contravention de 1ère classe punie d'une peine d'amende maximum de 38 € (article R 621-1, R621-2 du Code pénal)
- les injures non publiques à caractère racial : contravention de 4e classe punie d'une peine d'amende maximum de 750 € (article R 624-3, R624-4 du Code pénal)
- les injures publiques envers un particulier : délit puni d'une peine maximum de 12 000 € (article 33 alinéa 2 de la loi du 19 juillet 1881)

Comme pour les mégots de cigarettes, Il n'y a donc pas d'interpellation et de placement en garde à vue possible. C’est la douceur des peines ou la peine humaniste.

Quelle sont les réponses pénales à apporter sans renoncer à notre héritage humaniste classique qui remonte à la renaissance relayé par l’action philosophique d’un Montesquieu (L’esprit des lois), d’un voltaire (Le traité sur la tolérance) ou d’un Rousseau (Du contrat social) et qui a permis de remplacer les supplices par la prison carcérale puis des aménagements de peine avec un bracelet électronique et pour les incivilités de dresser des amendes.

Alain Laurent, dans son livre « En Finir avec l'angélisme pénal », en compagnie de grandes figures de l’humanisme libéral, Locke, Kant, Humboldt, Constant, Tocqueville et J. S. Mill, DENONCE : « L'angélisme pénal est le versant judiciaire – et tout aussi délétère – du « politiquement correct ». Prenant pour alibi une conception dévoyée de l’humanisme, issu d’une compassion molle et veule, l’angélisme pénal est cette posture idéologique qui allie l’irréalisme d’une représentation irénique du délinquant transfiguré en victime malheureuse n’aspirant qu’à la réinsertion, à celui de réponses post-punitives dont l’efficacité demeure problématique."

"Aujourd’hui cette politique pénale est inconsidérément productrice d’impunité, et par suite d’injustice et d’immoralité publique. Plus on veut vivre librement et en sûreté dans une société ouverte au pluralisme des genres de vie, et plus il faut sanctionner toute transgression des règles de conduite minimales qui la rendent possible. »

Peut on combattre le laxisme et l'angélisme pénal avec les seules armes du libéralisme ? Un sujet fondamental car aux sources de nos libertés.

A lire, Alain Laurent, « En Finir avec l'angélisme pénal, Aux Belles Lettres. Parution : 23/09/2013

JP 75003

OUi, l'inaction des pouvoirs publics mène généralement aux solutions dignes de westerns évoquées par Albert. Car, comment peut on croire que l'alcoolisation sur la voie publique, les menaces et insultes, le tapage nocturne, le tout accompagné du fait d'uriner sur la voie publique ne soient pas quelques infractions que l'on pourrait imputer à ces personnes....
Mais non, les autorités qui sont intransigeantes lorsqu'un riverain dépasse de 2 heures son ticket de stationnement hebdomadaire sont totalement inapte à faire régner un semblant d'ordre et de propreté dans nos rues.
Même remarque pour les terrasses qui enflent de façon aussi impressionnante que l'est l'inaction des pouvoirs publics.
Bref, les incivilités, le sans-gêne, les comportements asociaux, tout ce qui nuit quotidiennement à la vie des habitants est systématiquement sous estimé et bénéficie d'un laisser aller coupable de nos autorités, alors que s'ils étaient systématiquement réprimés ils finiraient par reculer pour laisser une vie plus paisible et civilisée se dérouler.

C'est une grave question : peut-on maintenir la paix et l'état de droit en respectant toujours les droits de l'Homme ?
Un bon coup de poing dans la gu... est-il incompatible avec l'humanisme ? Peut-on laisser une poignée d'individus gâcher la vie du plus grand nombre ?
Il y a quelques années, après la chute de l'URSS,des amis Lituaniens furent victimes d'une bande de mafieux qui rançonnaient les commerçants d'une petite ville. Un jour, un légionnaire français, de passage par là, leur proposa, moyennant finance, de les en débarrasser. Ils vinrent à quelques uns et (faisons une ellipse pudique), les maffieux ne revinrent plus.
Faudra-t-il en passer par ces solutions dignes de westerns ou du Parrain pour retrouver la sérénité à laquelle chacun a droit ?
Quelle horreur ! diront certains. Allez savoir...

A l'autre bout de la rue des Barres les terrasses de la brasserie ne nous laissent qu'un passage de plus en plus étroit.
C'est un phénomène que je constate, cette année, toutes les terrasses enflent. Je croyais qu'il y avait un nouveau service spécialisé dans le traitement de ce problème.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)