Amelot bisseuil cour int et fronton

liens utiles

Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Police Nationale : si vous pensez qu'elle ne sévit pas contre les motos, lisez cette histoire édifiante... | Accueil | Rue du Bourg-Tibourg (IVe) : transformation réussie pour "Feria Café" ! »

11 juin 2018

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Mr Legal voudrait se poser en victime de riverains malveillants quand lui ne serait qu'un brave et gentil musicien... Quel talent !

Mr Legal a pendant deux ans organisé des concerts dans son "bar restaurant" (c'est sous ce statut qu'il s'est déclaré à la préfecture). Les victimes du vacarme généré par concerts illégaux, dans une rue étroite et faisant caisse de résonance, ont osé se plaindre. Essayer de se défendre. Quel crime !

Mr Legal a été sommé par la préfecture de les arrêter. Quel crime ! Faire cesser des pratiques illégales qui portent atteinte au droit d'autres personnes que lui !

Mr Legal avait demandé et obtenu un droit de terrasse en signant une charte dans laquelle il s'engageait fermement à ne pas créer de nuisances. Il ne les a jamais respectées, il a perdu son autorisation.
Sanctionner des entreprises qui ne respectent pas leurs engagements et bafouent les droits d'autrui, quel crime !

Aujourd'hui encore, Mr Legal, ce bon docteur, empêche des dizaines de personnes de dormir en laissant ses clients s'attrouper devant son bar jusqu'à la fermeture, à deux heures du matin en criant, riant, chantant. S'amusant à coeur joie aux dépends de tous ceux qui voulaient juste dormir.

Vouloir dormir, aussi, quel crime selon Mr Legal ! Au prétexte qu'on a un travail ou qu'on poursuit des études, qu'on doit se lever tôt en possession de ses moyens, refuser de festoyer en compagnie de gentils amateurs de musique !
Ce bienfaiteur sans but lucratif bien sûr, tolérant et prêt à rendre service à la terre entière leur fournit boissons et en cas par pure bonté d'âme.
Mr Legal est un incompris, victime de persécutions.
Il ne veut aucun mal aux habitants de la rue Quincampoix, pourvu qu'ils acceptent de doubler leur fenêtres, de les fermer dès 19 h ou 20 h pour s'entendre parler chez eux et lui sacrifient leur sommeil, un si brave type, quand même, ils pourraient faire un effort.

Mais ces mauvais coucheurs, au mépris de sa gentillesse, de sa prévenance envers tous, des bienfaits qu'il dispense alentour -pour rendre service bien sûr et non pour faire tourner son commerce-, de puissants criminels donc voudraient empêcher ce si sympathique mélomane de continuer à faire, malgré eux, le bonheur de ses voisins. Vraiment quelle injustice !

La réponse du gérant (cf. infra) serait presque émouvante si elle ne résonnait aux oreilles (déjà fortement éprouvées) des voisins avec des accents de cynisme.

NON, les locataires ne donnent pas leurs congés en notifiant qu'ils ne supportent plus le bruit du bar parce que des "gens discutent gentiment dans la rue", NON les étudiants ne quittent pas leurs domiciles les veilles de partiels parce des "gens discutent dans la rue", NON les gens n'ont pas rien d'autre à faire que de se réunir pour parler du Dr Feelgood, signer des pétitions, saisir les autorités et appeler constamment la police parce des "gens discutent dans la rue", NON on n'entend pas les cris dans son appartement fenêtres fermées avec double-vitrage parce que des "gens discutent dans la rue". Les attroupements massifs et répétés de clients alcoolisés devant le bar qui crient et s'interpellent constituent une nuisance circonscrite mais caractérisée qui va bien au-delà de ce qu'on est en droit d'attendre y compris dans un quartier animé.

NON les nombreux clients qui buvaient vendredi soir dernier dans la rue après 20h (le 08/06) n'avaient pas "échappé à la vigilance" de l'établissement mais consommaient avec la bienveillance assumée de ce dernier. Le gérant lui-même verre à la main devant son établissement avait dû ce soir-là échapper à sa propre vigilance…

OUI les motos stationnent et redémarrent devant le Dr FEELGOOD (et n'ont apparemment que faire des soi-disant instructions délivrées par le gérant) et d'ailleurs, au-delà, le stationnement des deux roues motorisées est-il autorisé OUI ou NON à Paris sur les voies piétonnes ?? Si c'est NON, il n'y a pas débat et cela relève de la DPSP et de la police qui doivent verbaliser.

Enfin, pour être précis, le gérant n'a pas "arrêté les concerts" de son plein gré par bienveillance envers les occupants de l'immeuble, cela lui a été imposé par la Préfecture après qu'il ait pendant presque deux ans, et malgré les plaintes répétées, infligé des concerts de Heavy Metal avec vibrations internes aux habitants de l'immeuble et de l'immeuble mitoyen.

Ce discours bienveillant, cet appel à la tolérance sur le thème "Noctambules et Riverains même combat" nous l'avons déjà entendu et nous y avons cru l'année dernière... à nos dépens mais aujourd'hui la rhétorique habituelle ne passe plus.... Le dialogue, bien sûr, mais ce dernier n'est possible qu'avec des interlocuteurs qui, à la base, respectent la réglementation. Nous voulons vivre (et dormir) rue Quincampoix. "Est-ce un crime ?"

C'est profondément choquant.

Quel égoïsme que quelques individus puissent troubler le sommeil des habitants de toute une rue. Ceux-ci reviennent sans doute d'une journée de travail difficile, ont peut-être une réunion importante le lendemain matin.

Oui à la fête, mais dans un lieu clos et strictement insonorisé.

Les rassemblements de clients dans la rue devraient être simplement interdits, au nom du droit au sommeil.

Je me suis frotté les yeux en lisant le plaidoyer du gérant du Bar "Dr Feelgood".

A l’écouter tout va bien dans le meilleur des mondes alors que les témoignages de Guillaume, Missa et de Pierres Berton sont alarmants ainsi que celui du collectif "Riverains Quincampoix" Se seraient donc eux les bonimenteurs ?

« Non, mes clients ne sortent pas avec des verres. Effectivement on peut manquer parfois de vigilance ». Quel sacré manque de vigilance : Sur la photos de cet article, on peut voir à gauche 2 femmes avec un verre de bière à la main et à droite un homme en Tee Shit Blanc avec un verre de vin ainsi qu’une femme. Il doit exister d’autres photos de ce genre.

« J’ai des clients qui prennent quand même du bon temps en écoutant du rock dans mon établissement. « Non Monsieur, les témoignages et cette photo disent le contraire. Qu’est ce que font vos clients dehors un verre à la main tout en écoutant de la musique forcément amplifiée ?

Vous en appelé « à la tolérance, à la discussion et à la rencontre entre tous les intervenants. » Il fallait y penser avant. Et de qui se moque t’on, vous avez été sommé d’arrêter les concerts compte tenu des nuisances sonores causées. Avez vous fait preuve de tolérance, de discussion et d’appels à la rencontre dans ces moments là?

Vous avez l’art de minimiser les faits qui ne plaident pas en votre faveur. Il existe une solution, allez exercer rue de Lappe près de Bastille vous serez dans votre éléments sans être importuné.

Réponse à "Ellaure" : Il y du vrai dans ce que vous dites mais vous semblez penser que chacun vit là où il le décide. Non, on vit là où la vie vous a porté, avec divers parcours. Quand votre vie bascule parce qu'un établissement devient bruyant et vous empêche de dormir, vous réagissez comme ces gens du collectif. Réfléchissez bien à la dissymétrie de la situation : vous venez vous amuser un soir puis repartez vous reposer chez vous. Mais le soir suivant d'autres vous remplacent et ainsi de suite. Pour celui qui subit l'agression le supplice est permanent. Il n'y a dans les IIIe et IVe qu'une poignée de lieux qui posent problèmes. Nous les classons dans cette catégorie quand ils exagèrent vraiment. A part ceux-là, ils sont des centaines à bénéficier de l'estime et de la sympathie des riverains...

Il est difficile de vivre en plein cœur de la capitale et réclamer pouvoir dormir les fenêtres ouvertes! Paris vit le jour et la nuit, encore plus ce quartier animé de la capitale qui regroupe de nombreuses personnes venues profiter des activités diurnes et nocturnes. On ne peut malheureusement pas tout avoir, ce quartier est vivant, bruyant même, les gens viennent chercher cette vie de jour comme de nuit. Il est du devoir de chacun de respecter les autres, d’apprendre à vivre ensemble et d’accepter que ce que nous venons chercher le jour peut nous nuire la nuit. Pour le calme il y a d’autres quartiers résidentiels dans Paris. Vivre au pied de beaubourg, de cet immense centre commercial, de la plus grande gare urbaine d’Europe et aux cœurs des rues animées de la capitale parisienne ne vous apportera jamais la quiétude d’une nuit paisible et silencieuse un soir d’été, mais vous apprécierez ce quartier pour une multitude d’autres richesses. Personnellement j’ai choisi le calme et me suis éloignée du quartier au lieu de me battre pour que la vie de quartier s’eloigne de moi. Je l’aime pour son ambiance, son entrain, et suis toujours ravie de revenir quand je le décide.

Mr Legal se défend .. plutôt mal car il envoie dit il les motards pétarader Place Beaubourg zone piétone où résident de nombreux locataires et propiétaires dérangés par ces motards si bruyants .
Le déplacement des nuisances n' est pas leur résolution !!!
Les belges installent leurs lieux festifs et bruyants en dehors des villes et des zones résidentielles ce qui évite bien des conflits ..
oui il y a le soir en fin de semaine surtout des consommateurs de ce lieu qui sortent pour fumer ; aiment la musique a fort volume et donc sont très bruyants . Nous sommes nombreux à l' avoir constaté et subi

Pour Missa

Que dit le propriétaire du local commercial , intervient il auprès de son locataire.?

Votre copropriété a t'elle voté une résolution pour effectuer une procédure devant un tribunal pour trouble de jouissance.?

Votre association a t'elle contacté le commissaire du IV pour un Retrait de la licence IV-droit de consommer de l’alcool et /ou Retrait de l’ouverture de nuit (fermeture à 20 H) le tout en liaison avec le Préfet concerné.?

Bonjour,
Je suis le gérant de l'établissement.
Je ne peux évidemment pas laisser écrire un tel article sans réagir, au nom de mes associés, de mes salariés et de mes clients.
J'invite tous les gens qui font des commentaires et le rédacteur de l'article à venir constater que :
non, il n'y a pas de grosses cylindrées garées tous les soirs. Quand c'est le cas, j'oblige le motard à démarrer sur la place Beaubourg
non, mes clients ne sortent pas avec verres. Effectivement on peut manquer parfois de vigilance avant cet horaire tout au plus. Mon partier qui arrive à 20h30 s'en occupe alors.
La police passe régulièrement, encore samedi soir et a constaté un tapage : provenant d'un des appartements, mais pas de chez nous.
La brigade de Paris est venue deux fois par soir pendant trois mois : pas de tapage constaté non plus.
J'en appelle à la tolérance, à la discussion et à la rencontre entre tous les intervenants.
Moi, je ne suis pas copain avec aucune autorité, ni commissariat, ni député, je ne suis pas journaliste à l'Obs.
Je dis bonjour à mes voisins, je prends les colis et je suis à l'écoute si l'on vient me voir.
Je ne fais plus de concerts, n'ai plus de terrasse. Mais j'ai des clients qui prennent quand même du bon temps en écoutant du rock dans mon établissement.
Est ce un crime?
Bien à vous.

Et ça recommence… combien d’infractions et de plaintes sont nécessaires pour que ce type de débordements incontrôlés cessent à Paris ? Ces nuisances sont évidemment rapides à mettre en place mais il faut apparemment du temps et beaucoup d’énergie pour qu’il y soit mis un terme. Pourvu que nos édiles se souviennent qu’il n’y a pas au centre-ville que des touristes de passage « Airbnbist » ou des consommateurs de bière mais aussi des gens qui vivent dorment et accessoirement se lèvent le matin pour aller travailler ou se reposent le weekend ….

Quand on sait que depuis Delanoë, il existe un « Monsieur de la Nuit » à la mairie de paris, on sait donc que la TEUF est une activité reconnue et appréciée par la mairie de paris-
......alors ne soyons pas naïfs ...cette activité doit générer des profits auxquels la mairie n’est pas insensible ! Sous quelle forme ? Je n’ai pas la réponse !


Il existe une règlementation sensée protéger la tranquillité des riverains, + un règlement de copro en général faisant de même, mais tant que les autorités n'interviennent pas, il est impossible d'avoir gain de cause, même en dépensant des fortunes en frais d'avocat, alors qu'il suffirait que les autorités leur enlève leur autorisation ou licence IV, dés lors que la règlementation n'est pas respectée ! D'autres établissements sont embêtés pour bien moins !!En 2015 l'association "Quincampoix jour et nuit" à eu rdv avec la Mairie et le commissaire de l'époque, pour les nuisance au 57 rue Quincampoix, à part nous encourager à appeler la Police au 3134 qui ne peut passer que rarement cela ne change rien... Les résidents continuent à se battre, à subir les boums boums à ne pas pouvoir profiter de leur tranquillité en rentrant du boulot et à devoir mettre des boules quies pour essayer de dormir !On en peut plus d'appeler le 3134 pour rien !Peut être que la Mairie préfère vider Paris de ses résidents pour privilégier les commerces de nuit? La vie de quartier contribue pourtant au charme de Paris

Scène de la vie ordinaire dans notre beau quartier...Mollesse et complaisance ordinaire des autorités dans notre beau quartier... Tout ça est désespérant, les mois et les années passent et l'on retrouve toujours autant d'habitants piégés par des bistrotiers sans-gêne et de mauvaise foi au nez et à la barbe des mairies/préfectures/police et autres brigades qui n'auraient, semble-t-il, jamais assez d'éléments pour sévir sérieusement(mais le veulent ils vraiment?), alors même que les nuisances sont avérées, les riverains rassemblés en collectifs, associations, pétitions etc. Rue de Braque, Place du marché Sainte Catherine et rues avoisinantes, Carreau du Temple, rue Quincampoix, Place du Bourg Tibourg, rue des Archives, rue Pierre au Lard et tant d'autres. C'est un appel à se faire justice soi même.

Au 151 rue du temple s’etait Installé en fond de cour un « Bar à Chicha ».... des passages de nombreux clients de 20 heures à 05 heures du mat, bruyants saouls, vomissant...en plus ils avaient installé deux gardiens chargés de contrôler le porche d’entree , comme s’ils étaient propriétaires de l’immeuble tout entier . Le porche lourd claquait toutes les 30secondes ! . etc... nous ne pouvions plus dormir ! Insupportable ! Valeur immobilière très affaiblie.... une catastrophe véritable pour tous les propriétaires !
On a mis 3 ans à les foutre dehors , après avoir dépensé 20.000 € et les avoir traînés au tribunal !
Maître SOSKIN a été brillante et efficace ! Rares sont les copropriétés qui agissent contre ces nuisances ! L’economique prime sur le résident !

Habitant du 58 de la rue je suis passé de fenêtres à double vitrage à triple,coût de l’op 11500€ et le week-end je dois vivre fenêtres closes à cause du tapage causé par les nombreux fumeurs avinés sous mon habitation,je ne comprends pas pourquoi la police ne passe pas plus souvent pour faire stopper ces incivilités surtout que lors de la dernière AG de vivrelemarais nous avions eu un bon contact encourageant avec là commissaire du 4ème ?

Je sui habitant de la rue de Braque dans le 3ème. Quand je lis cet article, j'ai l'impression que j'ai là un copié-collé de la situation catastrophique et identique que nous vivons depuis quelques années avec les nuisances générées par l'établissement "Le Braque" au n°11 de la même rue. Irrespect total (le mot est faible, mais restons poli) du propriétaire du lieu, demande de mise aux normes dans un délai de 3 mois, et ça recommence, habitants et riverains qui déménagent ou se battent durement chaque nuit, à force de cris, d'appels au 17, sans sommeil possible, semaine comme week-end, se constituant en Collectif (Nous c'est Collectif 11BRAQUE au sein de Vivre le Marais), passant un temps fou dans des démarches administratives entre la Préfecture, le Commissariat, les Tribunaux... Le propriétaire du restaurant le Braque (qui a en réalité une activité de Club) s'est vu retiré sa licence de nuit depuis le 16 mai par M. le Commissaire Vincent Gorre. Pour nous c'est enfin un répit, mais nous savons qu'il ne faut absolument rien lâcher, et se battre jusqu'au bout pour que cette licence ne lui soit jamais plus redonnée, définitivement. Nous sommes tous déterminés. Et pareil que vous, nous ne comprenons pas comment ce genre de situation insupportable puisse voire le jour et perdurer ainsi, dans l'intérêt d'un commerçant, au détriment des habitants et riverains, des plaintes répétées, des mains courantes, etc. Toute dérive constatée par les habitants devrait être très vite prise en charge par les Autorités pour empêcher de telles situations, de tels imbroglios, et une telle perte de temps et d'énergie. Chacun a mieux à faire de sa vie, et de ses nuits !

Pour Guillaume :

Prendre un RV avec le Maire sur ce sujet pour qu'il mobilise des agents assermentés ou voir avec une association de la rue Quincampoix.

J'habite cette partie de la rue et je constate que la situation devient effectivement très très tendue. Au delà de l'exaspération, c’est l’incompréhension qui nous gagne : comment cet établissement, de toute évidence identifié et suivi par la Mairie et la Préfecture, peut-il encore continuer à multiplier dans la durée les infractions caractérisées sans qu’une réponse ferme et concrète des autorités, dans le strict respect de la loi, ne soit apportée à ses agissements ?

C’est une histoire sans fin au pied d’un immeuble qui semble de bonne facture.
Ce "bar restaurant" n’est plus autorisé à organiser des concerts. Mais, comme il est interdit de fumer dans les bars les consommateurs sont dehors avec musique amplifiée.

C’est au maire du IV eme d’agir et de faire constater les nuisances sonores et l’empiètement sur la voie publique par des agents assermentés pour motiver une demande de Retrait de la licence IV-droit de consommer de l’alcool et /ou Retrait de l’ouverture de nuit (fermeture à 20 H) le tout en liaison avec le Préfet concerné.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)