Amelot bisseuil cour int et fronton

liens utiles

Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Jean-Louis Missika, Maire-Adjoint de Paris en charge de l'urbanisme, joue les apprentis-sorciers avec la rue du Grenier St Lazare (IIIe).... | Accueil | Nouveaux urinoirs dans le Marais : une initiative de la mairie qui pose plus de questions qu'elle n'en résout ! »

07 août 2018

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Bonjour JLB 75004

Si vous ne voyez rien dans votre RC qui vous prémunisse des locations coutres durées, alors il faut le modifier pour l'interdire.

JP 75003

Personnellement, je ne vois rien dans notre RC qui nous prémunisse de ce qu'il faut bien appeler une nuisance (arrivées tard dans la nuit, portes palières maintenues ouvertes, poubelles surchargées sans aucun tri...) On est loin du projet initial qui consistait pour certains copropriétaires à louer quelques semaines par an tout ou partie de leur appartement pour un complément de revenu.Tout le monde sait que dans nos quartiers, beaucoup de petits locaux sont achetés uniquement pour louer en R&B
JLB 75004

"Il suffit d’aller au marché des enfants rouges et de voir la proportion de clients touristes pour tous les commerces de bouche. Sans eux ils ne survivraient pas."
Euh, sauf erreur de ma part, il y avait eu ici même un article disant qu'une boucherie avait fermé rue de Bretagne car les touristes du quartier ne mangent pas dans les apparts mais seulement dans les restos. Cela s'appelle un appauvrissement de la diversité des commerces de quartier.

AirBnB ne représente pas une concurrence "déloyale" à l'égard des hôtels mais une concurrence salutaire pour les quartiers et les consommateurs.
Si AirBnB existe c'est que les hôteliers ont rechigné à s'adapter à la demande : decorations standardisées et impersonnelles, chambres minuscules, écrans TV microscopiques, sèche-cheveux intégré au mur, prix exorbitants.
De la même façon que Uber a rendu les taxis parisiens courtois et ponctuels tout en faisant (enfin) baisser les tarifs, je compte sur AirBnB pour assainir le marché de l'hôtellerie.

Réguler bien entendu, par les copropriétés pourquoi pas. Mais air bnb comme concurrent déloyal des Hôtel je ne crois pas. C’est toujours le même argument qui sous-entend que la concurrence est néfaste alors que c’est tout le contraire, je pense que les bnb au contraire font vivre nos quartiers. Il suffit d’aller au marché des enfants rouges et de voir la proportion de clients touristes pour tous les commerces de bouche. Sans eux ils ne survivraient pas. Et je préfère un bnb qui fait vivre le quartier qu’un pied à terre parisien inutilisé 90% du temps.
La réglementation devrait plutôt être une réglementation d’urbanisme.

Juste une précision
Contrairement au règlement de copropriété, le règlement intérieur de l’immeuble n’a pas de caractère obligatoire.
« Le règlement de l'immeuble n'a pas de valeur juridique propre et n'est par exemple opposable au locataire ou à l'occupant que s'il correspond à une clause du règlement de copropriété.« 
Source :
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F33877

Bonjour Gervais,

"Les syndics de copropriété (professionnels ou non) ne sont pas absolument pas contrôlés dans l'application des obligations légales qui leur incombent".

C'est vrai. Mais c'est alors aux membres du conseil syndical et de son Président d'informer le syndic du non respect du règlement de copropriété. Une de ses mission de par la loi est de faire exécuter le règlement de copropriété et les décisions de l'assemblée générale.

Quant au règlement intérieur d'une copropriété, il doit être affiché dans les parties communes.

JP 75003

"Faire respecter le règlement de copropriété" : c'est bien là où le bât blesse.

Les pouvoirs de police ou de contrôle qui entourent le règlement de copropriété sont exceptionnellement faibles pour un document qui règle la vie de millions de nos concitoyens.

Les syndics de copropriété (professionnels ou non) ne sont pas absolument pas contrôlés dans l'application des obligations légales qui leur incombent : nos déclarations de revenus sont contrôlées, nos véhicules sont contrôlés, mais pour nos logements, il n'y a personne (combien d'inspecteurs à la Direction du Logement et de l'Habitat ?).

Les dérives de la location touristique ne sont qu'un symptôme de cette maladie qui gâchent la vie de beaucoup de copropriétaires.

Bonjour,

Débat intéressant sur un sujet brûlant.

Un des points soulevés lors de cette émission par le représentant de vivre de Marais est l'ancienneté des règlements de copropriété qui n'ont pas pu anticiper ce type de location et la difficulté actuelle de les modifier eu égard aux majorités à obtenir. (Article 26 dernier alinéa)

D'où l'idée émise, de modifier le Règlement Intérieur de la copropriété et de définir un code de bonne conduite des locataires saisonniers opposable aux copropriétaires bailleurs, en congés pendant 4 mois s'il s'agit de leur résidence principale.

Quant à l'intervention accrue du syndic de la copropriété avec constitution d'un dossier sur les incivilités des locataires saisonniers, c'est une bonne chose.

Son rôle n'est il pas de faire respecter le règlement de copropriété et de mettre fin aux nuisances sonores et aux dégradations des parties communes ?

JP 75003


Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)