Amelot bisseuil cour int et fronton

liens utiles

Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Espace des Archives Nationales (IIIe) : le ministère de la Culture répond au Maire Pierre Aidenbaum et accepte un compromis en faveur des habitants... | Accueil | Fin de purgatoire pour "l'Hôpital du Saint-Esprit" (IIIe) qui retrouve son lustre d'antan ! »

21 septembre 2018

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Bonjour,

Hier, vers 16 H, je suis passé devant le passage des Arbalétriers, la grille était fermée avec chaine et cadenas. Fini les visites improvisées ?

JP 75003

Pour répondre à M. Hugues, vous savez je suis une jeune retraitée et je ne pense pas avoir une tête à vandaliser les rues. Mais lorsque j'habitais rue des francs bourgeois les choses étaient plus simples, on circulait, les gens se parlaient et on ne mettait pas les belles choses dans des vitrines fermees a clé. Eliane.

Je réponds à Voker Eliane pour lui dire que si c'est pour qu'il soit plus que jamais livré aux tagueurs qui l'ont défiguré, il est préférable qu'il reste privé et visible à loisir depuis la rue des Francs-Bourgeois

J'ai vécu tout à côté pendant des années. L'année dernière, j'ai voulu y retourner mais une dame s'est mise à crier depuis sa fenetre et a menacé d'appeler la police si je ne partais pas avec mon vélo.Je n'ai pas voulu faire d'histoire et je suis partie. Avant on ne voyait pas ça. La restauration a l'air très jolie. J'espere que ça redeviendra public un jour. Eliane

Il est en tout très appréciable que nos amis de "Vivre le Marais" nous offrent ici un espace d'expression, ou chacun peut intervenir avec la sérénité et la maîtrise de soi qui conviennent à ce type d'exercice.
Une mémoire complète des 20 dernières années ne peut toutefois occulter la très longue présence, au bout du passage, des établissements Lissac, dont l'activité incessante dès 6 heures du matin, jusqu'à 20 heures le soir, a rythmé la vie de cette petite artère. L'arrivée des équipes matinales, les livraisons par camionnettes ou par coursiers en scooter, ont en effet alimenté le quotidien des lieux, dans des proportions incomparables avec celles, aujourd'hui, du paisible centre culturel suisse. Mais cette activité faisait partie intégrante de la vie du quartier et avait au moins le mérite d'assurer une surveillance quasi-permanente du site ainsi que son entretien, à l'exception de la nuit et des jours fériés.
Puis, un jour de 2006, Lissac s'en est allé en banlieue, et le passage est tombé dans la torpeur. Parfois, au début, certains riverains se retrouvaient sur place avec gants et sacs poubelle pour nettoyer et enlever les détritus. Cette habitude n'a hélas pas duré. C'est fort dommage car il y avait là, au delà d'une démarche citoyenne, une forte convivialité, qui se terminait souvent autour d'un verre ou d'un repas. Faute d'occupants, est arrivée une population nouvelle, faite de curieux, de touristes, de cyclistes déposant leur vélo, mais aussi il est vrai de tagueurs ou de noctambules. Personne n'a jamais nié les nuisances qui pouvaient en découler pour les occupants les plus proches.
Pour autant, le vide s'est installé. Il a laissé la place pour certains à une lassitude teintée d'amertume, pour d'autres à l'invective, voire aux insultes lancées au tout venant depuis une fenêtre, assorties d'une hargne procédurière.
Alors qu'on le veuille ou non, l'âme du passage est aujourd'hui suisse. Et c'est tant mieux, car eux seuls ont su ces dernières années préserver l'harmonie du site.

Habitant à deux pas du passage, je me permets d'apporter mon grain de sel Je trouve que le résultat est plutôt beau et respecte l'idée des pavés dans le passage ET surtout j'ajoute que marchant mal avec une béquille, j'apprécie hautement la platitude du passage qui, dans son ancienne configuration, constituait un exercice d'équilibrisme. Comme quoi il faut aussi penser aux personnes à marche difficile!

La moutarde me monte au nez en lisant monsieur Dufour alors permettez-moi de lui répondre:

Monsieur Stéphane Dufour, où étiez-vous pendant 20 ans quand ce passage historique dont vous êtes, donc, un des copropriétaires était vandalisé par les graffitis, dévasté par les camions de livraison du CCS, quand le portail rouillé et brinquebalant était anonymement privé de poignées et de clés pour empêcher qu’on ne le ferme aux taggeurs, quand il était transformé en pissotière la nuit et lieu de prédilection pour tous les braillards du Marais, leurs mégots, leurs conversations téléphoniques, leurs préservatifs (hé oui ! )?

Où étiez-vous quand j’essayais de mobiliser les copropriétaires pour sauver ce Passage historique de cette honte, quand j’appelais à l’aide la Mairie de Paris, les services du Patrimoine, la préfecture de police, les associations ... en vain ?

Où étiez-vous quand j’appelais en conciliation les 4 syndics de copropriété pour essayer de leur faire entendre raison : en vain . Où étiez-vous quand j’ai du saisir à mes frais la justice pour réussir à faire fermer le portail la nuit pour protéger ce petit passage un minimum?

La colère me prend lorsque j’entends vos propos hypocrites justifiant votre indifférence de copropriétaires pendant 20 ans, trop heureux que ce soit le Centre culturel Suisse, simple locataire, qui finalement vous débarrasse de vos responsabilités et assume à votre place votre responsabilité de copropriétaire même si c’est, en définitif, un travail de cochon bien cimenté qui n’a d’autre but que de permettre le retour de la circulation de ses énormes camions (sous les fragiles encorbellements) que nous avions réussi à empêcher en nous y opposant quasiment au corps à corps ...

Le Centre culturel Suisse a défiguré l’aspect du Passage historique des Arbalétriers en profitant, entre autres, de l’aubaine que l’indifférence et la mollesse de copropriétaires comme vous lui ont offert sur un plateau. Vous le félicitez maintenant pour faire bonne figure et avoir l’air présent. Vous ne l’avez jamais été.

Dormez tranquille monsieur Dufour, je parie que vos fenêtres ne donnent pas sur le Passage des Arbalétriers. Je ne vous y ai jamais vu ..

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)