Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Effervescence et calme rue des Gravilliers (IIIe) | Accueil | Le sort de l'hôtel "des Ambassadeurs de Hollande" (IVe) est en train de se jouer. »

28 juin 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Le comble est atteint rue Rambuteau (dans la partie non encore piétonne, entre le musée Pompidou et Sébastopol). Les trottoirs font à peine un mètre de large et ils sont occupés à 80 % par des terrasses.

Il serait temps que l'organisation de cette petite portion de rue soit revue. C'est vraiment un danger pour les piétons qui doivent affronter les voitures sur la chaussée.

Bravo pour ce reportage. Place Baudoyer, la pizzeria regorge aussi d'idées... Réduire au minimum le couloir pédestre entre sa terrasse et sa contre terrasse, rajouter des pilonnes pour canaliser une file d'attente en utilisant le reste de trottoir disponible... Finalement, dans ces arrondissements où tout est permis, ils auraient bien tort de rester les bras croisés à défaut de se les casser...

Post Scriptum. Le petit trait blanc que vous voyez à gauche sur la photo N°4 c'est la sortie du Métro Arts et Métiers. On devrait peut-être la condamner pour que le café puisse s'épanouir davantage.

N°4. Vous avez omis de mentionner les panneaux indiquant le menu qui barrent efficacement le passage ou ce qui en reste après le n-ième agrandissement de la terrasse.

Une fois de plus, ils nous font le coup des "difficultés financières". Ils ont déja obtenu 3 milliards de remise d'impot (TVA à 5,5%) qui n'ont profité ni aux consommateurs ni à l'emploi. Le gouvernement s'est fait berner. Espérons que la ville de Paris ne se laisse pas prendre au piège à son tour.
Mais c'est mal parti quand on voit tous ces exces : +37% de terrasses en une année sur Paris mais ça ne leur suffit pas,ils utilisent tout l'espace disponible y compris la rue.
Julien

D'une discussion récente que j'ai eue avec un responsable de la profession, j'ai recueilli ces déclarations :
- les établissements qui respectent la réglementation sont les dindons de la farce montée par la minorité qui se fout de tout
- les autorités publiques ne prennent pas leur responsabilité.
Il a défendu les établissements en insistant sur leurs difficultés financières etc... et aussi sur la fait qu'il y a des riverains incohérents (réclamant le silence et allant faire du tapage sur les terrasses !, balançant des seaux d'eau ou des mégots de cigarettes sur les toiles des auvents !)
Anne

Je suis choquée de voir des SDF trentenaires; ils ont les moyens de s'alcooliser et de fumer mais pas le courage de chercher du travail. Paris, dans certains quartiers redevient la Cour des Miracles; au moins les cafetiers payent patente, impôts locaux, donnent du travail aux serveurs, cuisiniers etc.. et TVA.

Votre article traite du sujet avec la légèreté et le sérieux qu'il convient d'employer.

J'aurais rajouté en guise d'illustration:

- la queue sans fin, rue des rosiers, qui s'allonge le dimanche entre 11h30 et 22h à partir du restaurant l'As du Fallafel et qui empêche les habitants de sortir de chez eux: une véritable annexe du restaurant, qui compte entre 15 et 35 personnes, à vue de nez

- les tables et chaises de la boulangerie Finkelstajn qui fleurissent et débordent sur l'angle Ecouffes / Rosiers, depuis qu'ils ont agrandi leur devanture. Les règles limitant les terrasses sur les trottoirs ne pouvant s'appliquer puisqu'il n'y a pas de trottoir...

chiche! prenons un verre et digne de ce nom. Vous savez où me contacter. je ne suis pas loin... dans le Marais eh eh!

Chère "Maraisienne",
Le but était justement de vous faire sourire.
Ne versez pas dans ces clichés "quartiers sans un chat, qui se meurent, et bla bla", le Marais possède une des plus grandes densités d'habitants au monde (au monde !). Ces habitants, justement, on veut les garder. L'avenir du Marais n'est pas de ressembler à Tivoli.
Votre commentaire n'est pas tout à fait à la hauteur de la qualité de votre blog, que je viens de consulter. Je suis convaincu qu'installés à une terrasse (on peut en choisir une qui respecte la règle du jeu et qui ne pique pas des clients à ses voisins honnêtes) en sirotant je ne sais quoi, on se rendrait compte qu'on parle le même langage.
Chiche !

Plusieurs façons d'interprèter les textes et photos...
Moi je ne pose qu'une question : pourquoi faire des trottoirs si on ne peux les utiliser;Quant à la "maraisienne" jeune et bien portante , pense t'elle aux handicapès, poussettes et autres ? Non surement pas .

Cette ville est magnifique, ce quartier dévoile ses milles et une richesses au gré du temps, de ses habitants et de ses chalands qui n'en finissent plus de se ravir! Et vous voudriez que tout ça cesse? Pourquoi donc?
Etre seul? dans un quartier sans chat? sans l'ombre d'une agitation?
Au calme bien paisible...?
Il fait beau, les gens sortent, les gens vivent, s'expriment. Et profitent d'une ambiance de quartier. Les exemples cités ne font qu'agrandir mon sourire, moi qui me délecte de toute cette agitation positive... avant qu'un quidam ose dire à nouveau "Paris se meurt". Nous vivons et qu'est ce que c'est bon!
On se retrouve en terrasse?

Signaler, avec photos à l'appui, c'est un bon premier pas ; il faudra bien, cependant, devant la généralisation et l'aggravation des infractions qui pénalisent de plus en plus les riverains, exiger des sanctions dissuasives ...

Bravo pour le reportage !!! Je suis comme vous le savez très sensible à la situation de mes copains SDF mais en l'occurrence je trouve que c'est très pédagogique de rapprocher ces situations : tout le monde proteste contre les SDF qui "s'installent" dans la rue (et en général l'occupation ne dure pas plus de quelques mois), pourquoi laisse-ton des terrasses occuper des dizaines, voire centaines de mètres carrés, sans rien dire ?
Elisabeth

Quelle pédagogie !
On pourrait peut-être l'afficher sur un panneau avec quelques autres infos à la réunion publique de septembre ?
Anne
"Vivre Paris !"
Riverains de la Butte aux Cailles (XIIIe)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)