Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« L'Hôtel d'Hallwyl (IIIe), le seul hôtel particulier qui nous reste à Paris de l'architecte utopiste Claude-Nicolas Ledoux | Accueil | La valise mexicaine »

17 janvier 2013

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Si nous respectons démocratiquement les élus, c'est habituel : ils sont bien davantage sensibilisés à l'approche d'échéances électorales !
Alors, osons espérer positivement dans l'intérêt collectif en attendant 2014...
Bien cordialement.

En ce qui me concerne, cet article m’interpelle positivement, dans la mesure où une certaine démesure est susceptible d’affecter la valeur de notre patrimoine collectif. Par ailleurs, si les bars et/ou Etablissements sont un élément de la vie du quartier, il n’en demeure pas moins que ceux-ci, assistés comme les riverains/habitants par les pouvoirs publics, se doivent de (re-)chercher les conditions d’une vie sociale harmonieuse entre les uns et les autres, ce qui n’enlèverait rien aux objectifs de ces commerces.

en réponse à Yvon Le Gall, je pense qu'il faut sanctionner les fonctionnaires qui ne font pas leur travail, dans le privé ces gens-là auraient été licenciés immédiatement et sans indemnité; il faut leur rappeler qu'un fonctionnaire EST A LA DISPOSITION DU BIEN PUBLIC et que les contribuables ne veulent plus être tondus.

Votre article anticipe bien ce qui peut se produire sous couvert sémantique d'une "mise en valeur". On serait tenté de dire "mise en valeur" pour qui, pour quoi?! Certes, le petit train, c'est plutôt du Disneyland, ce qui est fort appréciable, mais sur le site mis en oeuvre à cet effet (Marne-la-Vallée. Attention à la démagogie(feindre de soutenir les intérêts des habitants) développée, souvent, par des "gens"dits responsables,parfois technocrato-politiques, mais n'habitant pas le quartier!

Effectivement, les dernières années ont vu la conjuguaison de trois phénomènes:
- L'application de la loi anti-tabac dans les bars et restaurants,
- Le désintérêt des autorités publiques pour ce type de nuisances,
- Le contexte général de mauvaise éducation et d'égoïsme qui fait qu'on ne parle que de droits et jamais de devoirs ou d'obligation.

Ces trois phénomènes conjugués ont littéralement "pourri" la vie de centaines de milliers de personnes, à Paris et en province, et aujourd'hui nous voyons clairement une réaction à ces situations qui se traduit par une multiplication des procédures judiciaires.

Que les élus et les cadres de la fonction publique en tirent les conclusions qui s'imposent: ils n'ont pas fait leur job durant les dernières années...!

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)