Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Nouvelle réhabilitation en vue dans le IIIe et inflexion vers le logement "diffus" | Accueil | Voyage guidé à l'intérieur du squat étudiant de l'Hôtel Coulanges, 1 bis place des Vosges (IVe) »

22 octobre 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Je suis, moi aussi, surprise par le commentaire assez désinvolte de M. MUNOZ, dont le commerce se situe rue Rambuteau, et dont la petite association de commerçants Archives-Rambuteau qu'il préside -et qui ne couvre, à ma connaissance qu'un petit tronçon de la rue des Archives- a été très largement représentée dans le conseil de la rue des Archives. J'ajoute que nous n'avons jamais pu avoir connaissance de la liste des membres de ce conseil de rue, dont je fais partie, et que nous n'avons pu que constater la très forte sous-représentation des habitants par rapport aux commerçants, pourtant largement minoritaires,et dont la majeure partie n'habite pas le quartier, et se contente d'en tirer grassement profit...

Nous répondons à M. Manuel Munoz, à la lumière des précisions fournies par Daniel (de Ste Avoye).
Il ne connaît pas notre association et c'est sans doute notre faute. Il ignore qu'elle rassemble un millier d'adhérents des IIIe et IVe arrondissements, dont un nombre important de riverains de la rue Rambuteau, qui sont probablement ses clients. Faut-il lui rappeler par ailleurs que commerçants et habitants vivent en symbiose, chacun se nourrissant de l'autre, et que la relation riverains/commerçants de la rue n'est pas bi-univoque. En clair, les clients de ces commerçants habitent très souvent une autre rue.
La conséquence est que seule une association avec une assise large dans les deux arrondissements peut défendre le point de vue des habitants qui fréquentent une rue donnée, soit parce qu'ils y vivent soit parce qu'ils s'y rendent régulièrement.
La Maire du IVe a choisi dès mai 2009 et sans doute avant, d'impliquer de manière exclusive les commerçants dans la concertation. C'est ce que nous regrettons. Le sujet ne nous paraît pas conflictuel, comme l'a été celui du trottoir du COX, rue des Archives, mais nous avons sur la problématique des relations commerçants/riverains une opinion structurée par notre connaissance des lois, des années d'analyses et de contacts de terrain. On a affaire à des intérêts suffisamment contradictoires (exemple terrasses de bar vs espace piétons) pour qu'une association comme la nôtre soit consultée. Mais non pas comme une faveur qui lui est faite par le Maire mais dans un geste qui sert simplement l'intérêt général. Nous savons faire des concessions et nous sommes bien placés pour les expliquer à ceux qui comptent sur nous pour les défendre.
VlM

Les bras m'en tombent ! Je connais un peu M. Munoz, mais je trouve son message mal inspiré ; je dirai même un peu choquant quand il dénie à une association d'habitants le droit de parler d'une rue où elle n'a pas son siège!

J'étais présent le 25 mai, à la réunion avec les 2 maires.

Je me souviens qu'à la sortie de la réunion, les deux maires avaient proposés que des gens mettent leur nom sur une liste pour constituer un conseil de rue, exclusivement constitué de riverains ou de commerçants puisque de toute façon le 25 mai ne concernait que des riverains de la rue. Je n'avais pas mis mon nom puisque je n'habite pas rue Rambuteau. Et il n'était pas question d'associations à ce moment (sauf bien sûr celle de commerçants de la rue). Ensuite, il ne me semble pas que ce conseil de rue ait eu une grande publicité, et il y a eu ensuite toute l'histoire du retour des voitures ....

Daniel, du quartier sainte avoie (mais pas de la rue Rambuteau) qui fait quand même ses courses rue Rambuteau

Suite à l’article paru dans le PARISIEN du Lundi 26 octobre 2009

REAMENAGEMENT DE LA RUE RAMBUTEAU 3è et 4è

L’Association concernée par le ‘’refus’’ de participation aux discussions sur le devenir de la rue Rambuteau devrait revoir sa copie :

- Les inscriptions pour la participation aux consultations ont eu lieu le 25 mai 2009, date un peu précoce pour les départs en vacances, à moins que les Associations aient un besoin de congés plus important que d’autres habitants, cela étant du probablement à leur implication pour des causes qui ne les concernent pas directement puisque l’Association Vivre le Marais est basée rue des Haudriettes……….

- Le panel des 50 participants à ces réunions, sont riverains, issus des 3è et 4è arrondissements, et concernés DIRECTEMENT par la rue Rambuteau, doivent donner du fil à retordre aux deux Maires qui ont pour mission de les ‘’façonner’’ puisque ces personnes sont, pour le moins, aussi peu ‘’malléables’’ que possible puisque issues de milieux, et d’appartenance politiques toutes différentes. Bonne chance pour cette mission, périlleuse s’il en faut, et où Madame et Monsieur le Maire auront du mal à reconnaître leur ‘’image’’
M.MUNOZ

Pr

Nous sommes profondément choqués de cette décision totalement incompréhensible.
Nous pensons qu'il est fondamental que nous soyons présents en tant qu'associations.
Nous resterons mobilisés jusqu'au bout, car les élus pourraient encore faire ce qu'ils veulent si nous sommes démobilisés et trop confiants, donc trop naïfs.
Nous vous souhaitons courage et persévérance. Bravo pour votre blog.
Association du quartier de l'Horloge ASSACTIVE

Réponse à Mme Stoeber.
Définitive ? On verra bien.
Il y aussi des riverains de la rue (IIIe et IVe) dans l'association.
Mme Bertinotti s'est justifiée auprès du Maire du IIIe en disant que notre association avait déjà été consultée sur l'aménagement de la rue des Archives. Une fois de plus, la Maire considère qu'on fait une faveur aux associations en les consultant. C'est sans doute ce qu'il y a de plus grave dans cette affaire.
Vivre le Marais !

Me suis-je trompée? J'ai cru comprendre que les membres de ce "Comité de rue" ont été acceptés seulement si ils en étaient riverains. Même si cela peut paraître normal, il semble toutefois que les autres habitants du quartier (et donc notre association qui en représente un grand nombre)pourraient aussi avoir un avis pertinent. La position de Mme B. est-elle définitive?

La maire s'égare dans de curieux combats très mal conseillée on le devine par cet architecte urbaniste au talent inconnu.

Compte tenu de l'opacité avec laquelle ont été mis en place ces comités de rue et ce "bureau du comité de rue" (sic) et de l'absence de cadre juridique, ne serait-il pas possible d'envisager un recours administratif ? Par ailleurs, je ne connais pas bien la Maire du IVème arrondissement, mais il semble qu'elle ait une conception toute particulière de la démocratie.

Je remercie l'Indépendant du 4e de ses propos mais je me dois d'atténuer quelque peu l'étendue de ses éloges. Je n'exclus pas, en effet, que Dominique Bertinotti, en suivant nos recommandations, n'ait fait que suivre sa conscience. Il s'agissait de respecter la loi. Elle est le premier magistrat de la Ville. Il est probable aussi qu'elle ait répondu aux injonctions de l'Hôtel de Ville de faire des économies dans cette période de caisses vides. Enfin, il convient de louer aussi la modération du SNEG qui représente les bars. Ce n'est pas un monolithe qui campe sur les extrêmes. De nombreux établissements partagent notre vision du Marais. Il en est aussi le reflet.
Gérard Simonet
Vivre le Marais !

C'est scandaleux. Je suis témoin du rôle essentiel qu'a joué l'association dans le Conseil de rue des Archives. Gérard Simonet a eu le courage de porter un message qui a conduit la maire (malgré un vote du pseudo conseil de rue allant dans le sens contraire) à finalement écarter tout projet d'élargissement des trottoirs au profit des bars.
La mise à l'écart de Vivre le Marais ! est fort inquiétante pour l'avenir de la Rue Rambuteau.
La prétendue démocratie participative dévoile son vrai visage : il s'agit de baillonner les associations pour avoir à disposition des conseillers triés de manière opaque et qui ne représentent qu'eux-même.
On retrouve la phobie rousseauiste des "corps intermédiaires" qui a conduit aux pires excès de la Terreur pendant la Révolution française.

Choquant ! surtout que vous êtes plutôt très calme et modéré, par rapport par exemple à une association comme la nôtre...
Bon courage et continuez à vous battre, de toute façon si vous faites des propositions elle sera obligée d'en tenir compte vu votre notoriété, je suppose ???
Elisabeth

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)