Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Camions dans Paris : record battu dans une rue étroite du Marais (IIIe) | Accueil | Alain Blondel : un homme, un livre, une galerie (IIIe) »

30 décembre 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

A ceux qui nous rappellent que Paris était, dans le passé, une ville avec toute une vie nocturne, nous disons :oui, entre les portefaix des Halles, les services de la voirie, les artistes et noctambules de Montparnasse et de Montmartre, les danseurs de night clubs adaptés à leur fonction), les livraisons des boucheries, les boulangers qui avaient encore leurs laboratoires et leurs fours, ou tout simplement les écrivains et marcheurs rêveurs et contemplatifs de la nuit. C'est en référence à ce Paris que j'adore cette ville et que j'y habite.
En ce temps là, non seulement Paris vivait la nuit mais toute une population active d'ouvriers, d'artisans et d'employés pouvaient y habiter et commencer leur journée fort tôt après une vraie nuit de sommeil. Il est vrai qu'à cette époque, en général, les noctambules étaient plus respectueux du voisinage et le tapage nocturne était encore réprimé comme un délit.
Ce à quoi nous assistons aujourd'hui c'est, sous couvert d'une véritable institutionnalisation de la "fête" et de petits calculs économiques, la multiplication des friteries, des terrasses (parfois en lieu et place de trottoirs) et autres cantines à touristes. Des quartiers sont devenus des exutoires pour banlieusards perclus d'ennui dans leur univers "boulot dodo métro" et autres touristes du monde entier, venant se défouler en hurlant la nuit dans Paris jusqu'à 5h00 voire 6h00 du matin.( je parle pour le quartier Mouffetard et j'avoue éprouver quelque envie pour ce quartier Montparnasse prétendument silencieux après minuit ). L'interdiction de fumer dans les établissements et sa conséquence directe, la création de véritables salons de conversation à haute voix à leur porte, transforme en enfer la vie des infortunés voisins de restaurants et bars.
Si ce que je connais rue Mouffetard, rue Princesse, rue Montorgueil, rue de la Huchette, rue de la Roquette etc... devait perdurer et se propager, Paris deviendrait tout simplement un parc de loisirs inhabitable et à l'instar de Barcelone, un carrefour des beuveries généralisées pour amateurs de bières servies en gobelets en plastique et affalés en masses sur les moindres places publiques.
La grande classe et le charme de la ville lumière revisités...

La vraie question: sera-t-il possible de continuer à vivre dans Paris ? en y dormant, en y étudiant et en y travaillant (sans se limiter aux perspectives professionnelles des cuisines et arrière boutiques ou du service en terrasses de nos commerces de boissons).

En sollicitant l'indulgence des lecteurs qui seront allés jusqu'au bout de ce pensum.

Evidemment quand on est jeune ou vieux on n'a pas le meme point de vue.Si on habite au dessus ou à coté d'un bar ou boite de nuit c'est l'enfer et je comprends la tolérance de ceux qui ont la chance de ne pas subir ces nuisances !

Moi je trouve que c'est une très bonne nouvelle. Cela évitera le bruit à 2h du matin . Vu que les sorties de boite se feront à 7h00 nous aurons métro. Ceux qui dorment n'auront pas été dérangés !! Laissez nous vivre, nous vous laisserons dormir . A quand l'extension de cette mesure à tous les établissements ( bars et restaurants !!)

Réponse à D. Perru
Nous pensons avec vous que c'est du même acabit.
VlM

Horresco referens, mais cette mesure n'est elle pas de la même veine et n'a t'elle pas, in fine, le même objectif que celle qui a consisté à baisser, en pure et considérable perte pour les finances publiques, la TVA chez les bistrotiers/restaurateurs ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)