Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Nettoyé au karcher, l'Hôtel de Sully a fait peau neuve | Accueil | Protection de l'espace public et lutte contre le bruit : dix associations parisiennes d'habitants se groupent au sein du "réseau Vivre Paris !" »

14 janvier 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Réponse à E. Delarue,
En entreprise, on distingue trois types de management : (a) paternaliste ; il appartient à un autre temps. (b) associatif ; c'est l'auto-gestion, elle a fait un fiasco là où elle a été introduite et (c) consulatif. L'autorité consulte largement, tient compte autant que possible des avis exprimés et prend sa décision.
C'est le modèle auquel nous sommes attachés dans la démocratie municipale. Quelques fois, par méfiance ou par attachement aveugle à une doctrine, on refuse de nous consulter pour ne pas affronter une "radicalité" qui n'est que notre attachement au respect des lois et règlements qui sont le ciment de la République.
C'est dommage. Mais peu fréquent, heureusement.
Vivre le Marais !

Pour avoir participé à toutes les réunions du "bureau du Conseil de la rue des Archives", je trouve que son principal intérêt est que cela a permis aux riverains (habitants et/ou commerçants) de mieux se connaître ce qui n'est pas un luxe.
Par contre comme je l'ai indiqué lors de la dernière réunion, je tiens à souligner qu'il ne faut pas surestimer les vertus de la "démocratie participative". En dernier ressort, ce sont les élus, désignés par le peuple, qui sont les seuls en charge de prendre les décisions. Il faudrait donc plutôt parler de consultation locale que de démocratie. Nous ne sommes plus au temps où les citoyens assemblés sur la Pnyx prenaient collectivement des décisions.

Nous tenons à rassurer nos lecteurs, et au premier chef André, l'auteur d'un commentaire du 14 janvier, nous n'avons pas établi de côte d'amour à l'égard des bars et terrasses. Le fait que pointions du doigt, amicalement, telle ou telle dérive, ne justifie nullement que nous approuvions les autres.
Vivre le Marais !

Je salue l'intelligence de Mme Bertinotti, qui a su faire marche arrière dans un dossier qui faisait la part trop belle aux commerces, au détriment des simples usagers et riverains. Espérons que cette attitude se poursuivra pour la résolution d'autres dossiers tout aussi épineux, comme les heures d'ouverture des établissements de nuit.

Vous avez totalement raison en ce qui concerne les terrasses qui envahissent les trottoirs. Sauf que vous devriez exiger l'application de cette règle 1/3-2/3 à tous les établissements, sans exception. Malheureusement vous êtes plus indulgent envers certains commerces qui ont une meilleure côte dans votre classement personnel comme "le Piaf" rue des Archives dont les tables occupent bien plus d'un tiers du trottoir (votre photo illustrant l'article du mois d'août). Essayez d'être plus juste dans vos jugements, votre action (méritante) ne sera que plus crédible! Cordialement.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)