Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Début douloureux pour Autolib rue de Bretagne : station vandalisée, avant même sa mise en service ! | Accueil | Ballade parisienne en compagnie d'Hector Guimard »

12 novembre 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

A propos de ceux qui veulent changer les règles : je peux vous affirmer que c'est déjà en route :changer les règles au profit des professionnels de la musique amplifiée et au détriment de la santé publique.
Claire Beaussart

Pourquoi pas nous faire porter aussi une étoile de riverain afin de mieux nous stigmatiser et nous déplacer. On pourrait proposer d'ouvrir le Vel d'Hiv pour y parquer les habitants récalcitrants le temps des différentes férias qu'organise la Ville de Paris.
Monsieur Delanoë, vous êtes épris d'un fascisme festif qui me semble bien éloigné des idées de "gauche".

"C’est du 14 au 20 novembre alors si vous avez envie de passer des nuits calmes mieux vaut poser tout de suite votre semaine de vacances au fin fond de votre campagne préférée…" : Nos amis de la mairie de Paris savent-ils que de nombreux parisiens résidant dans des "zones non calmes" n'ont pas d'autre choix que celui de quitter la capitale lors de la Fête de la Musique ? L'institutionnalisation d'une idée intéressante au départ a transformé la" fête" en un cauchemar redouté, sans aucune règle du jeu et sans aucun respect des règles élémentaires de civilité. Conséquence : ce n'est pas politiquement correct de l'affirmer et pourtant, sans qu'on n'en parle dans les médias, la fête de la musique implique souvent un réaménagement du calendrier personnel ainsi que l'engagement de frais coûteux d'hôtel pour être en mesure de dormir ! Et qui a pensé aux malades, aux personnes qui ne peuvent pas se déplacer ou qui n'ont pas les ressources de se payer une nuit calme d'hébergement en plus d'un loyer ?
Une fois dans l'année, c'est déjà une de trop, et voilà que la mairie de paris nous invite tout simplement à reproduire la chose à une plus grande ampleur ?!
Les riverains des lieux concernés par ces formes bruyantes de festivité se parlent entre eux, ils se concertent, ils ne sont pas contents, ils se rappellent qu'ils sont aussi des électeurs... Amis de la Mairie de Paris, il est plus que temps de réagir, dans le bon sens...
-------------
jean-françois révah

A propos de l'article de "Métro" du 14 novembre, si le journaliste avait poussé plus loin sa réflexion,il aurait pu signaler que "Les Pierrots de la Nuit" ne sont ni bénévoles, ni payés par les cabaretiers mais payés par nous puisque subventionnés par la Mairie par l'intermédiaire d'AMUON.
Alix

En tant que membre représentant du Réseau "Vivre Paris !" de la formation que la Ville intitule "Comité de suivi des EGN", il y a de quoi s'indigner :
- Alors que, depuis les EGN de novembre 2010, nous avions demandé d'être informés préalablement sur les actions et subventions de la Ville en faveur de l'animation nocturne;
- Alors que le chercheur en sociologie à qui la Ville a demandé de suivre le processus de ces EGN a défendu la légitimité de cette demande lors de la réunion de suivi de juillet 2011,
- La Ville nous a encore pris par surprise, échafaudant le projet avec l'association "Nuits Vives " qu'elle soutient depuis l'aube de la programmation des EGN de 2010.
De plus en plus, ces EGN se confirment comme une opération de pure communication.
Qui a donc pu croire que cela ne se verrait pas ?
Si rien ne compense le mal fait, il sera difficile de participer sereinement aux futurs comités de suivi des EGN.

On se demande vraiment quelle mouche a piqué la mairie de Paris? Apparemment, ce n'est pas la mouche tsé-tsé, qui donne la maladie du sommeil... Monsieur Delanoë semble avoir gardé un très mauvais souvenir de Rodez où semble-t-il il a passé sa jeunesse. Paris n'en est pas encore là, il s'en faut, et il ne faudrait pas trop bousculer l'équilibre précaire entre les habitants et les commerces, pour conserver une diversité à laquelle la municipalité se dit attachée.

L'évolution de la mairie de Paris est vraiment surprnante. Élue sur un mandat clairement axé sur la vie locale, le bien être des habitants du centre etc, elle agit depuis quelque temps totalement à l'inverse. Que leur arrive-t-il donc au Chateau ? L'AMJON est évidemment une vaste plaisanterie, j'espère au moins que les membres du bureau sont bénévoles et ne bénéficient pas de subvention de fonctionnement. Ce serait le comble.

Beaux esprits qui pensent que l'on peut poser des semaines de vacances à volonté... et partir dans sa campagne préférée.
Dans quel pays de cocagne vivent-ils ? Il doit vraiment faire bon avoir un emploi dans ces officines du maire de Paris.

Je suis scandalisée par les propos que j'ai pu lire sur le blog de la Mairie de Paris lequel propose aux parisiens de partir à la campagne .Au cours de Etats Généraux de la nuit, il avait été rappelé les 3 temps de la nuit :la nuit qui dort, celle qui travaille, et celle qui s'amuse.Il semble que certains aient oublié les 2 premieres lesquelles permettent à la nuit qui s'amuse d'exister ! Je suis née à Paris, ainsi que mes parents et Grand- Parents et je ne suis pas disposée à me laisser chasser par ces nouveaux fêtards ! Qu'ils aillent à Rodez !

A Catherine : le réseau "Vivre Paris !" est un réseau informel et non une association, et il ne peut donc pas demander de subvention à la Ville de Paris. De plus, même si c'était le cas, nous n'aurions aucune envie de nous mettre en quelque façon sous la dépendance de la Ville de Paris, à laquelle nous avons tant de choses à reprocher en ce moment... En revanche, je ne sais pas s'il est bien légal que la Ville verse des subventions à l'association Amuon, censément destinée à favoriser la médiation entre établissements de nuit et riverains, alors que cette association se réserve le droit de sélectionner ses adhérents et fixe la cotisation à 1000 euros, aussi bien pour des professionnels de la nuit qui font pour certains un chiffre d'affaires de plusieurs milliers d'euros par nuit que pour de petites associations de riverains avec des cotisations à 15 euros... Même si c'est légal, cela semble traduire le souhait de laisser les riverains en dehors de cette prétendue association de médiation. Nous poserons la question à M. Péninou, nous devons justement le rencontrer cette semaine.

Vous n'avez qu'à demander une subvention à la mairie de Paris pour que Vivre Paris puisse payer sa cotisation de 1.000 € dans AMUON
Catherine

Le réseau "Vivre Paris !", qui comprend des associations d'habitants issues de 14 arrondissements parisiens, va demander à siéger dans l'association AMUON. Si l'AMUON est bien une association de médiation, elle doit comprendre des représentants des riverains ou alors elle trahit la définition même de son objet. C'est cette association qui se charge de mettre en place le fameux système des "pierrots de la nuit", cf ici : http://blogs.paris.fr/pierrotsdelanuit/, dispositif municipal central de la lutte contre les nuisances générées par l'explosion de l'animation nocturne à Paris, favorisée par de multiples subventions et encouragements municipaux... On peut douter de l'efficacité d'un tel dispositif, qui ne semble vraiment pas à l'échelle des 1000 établissements de nuit de Paris. C'est pourquoi il est important que nous puissions siéger dans cette association pour pouvoir veiller sur la mise en place de ce dispositif et avoir des informations de première main sur son efficacité.

Deux remarques concernant l'Association de Médiation pour un Usage Optimal de la Nuit (AMUON) : association faux-nez des professionnels de la nuit. Les adhésions doivent être validées par le bureau, ce qui évite que des habitants (des gêneurs) ou des associations non amies n'entrent dans l'AMUON.
Et comme si cela ne suffisait pas, l'adhésion annuelle est fixée à 1000€ (mille euros!), ce qui limite d'entrée l'envie (et la possibilité) d'y adhérer en tant que particulier ou même en tant qu'association de quartier au budget limité.

Ce qui est le plus inquiétant, c'est cette volonté affichée de la Mairie de Paris de maltraiter les habitants de Paris.
Le bruit vous gêne? "Partez à Rodez" (dixit B. Delanoë en réunion de compte-rendu de mandat). Le bruit vous gênera pendant les Nuits Capitales? "Posez tout de suite votre semaine de vacances au fin fond de votre campagne préférée" (dixit blog.paris.fr).
Pourquoi cette stratégie d'exclusion? Pourquoi le gêné devient-il le gêneur?
Déplacer des populations, déporter celui qui gêne... l'histoire a déjà connu de tels excès. Merci...

J'ai de la chance, je suis dans le Midi à cette date; quel dommage de ne pas pouvoir profiter de ces Nuits Capitales ... chanter, danser ..... Le 104, encore une berlue qui nous coûte cher; le Maire s'en fiche, ce n'est pas lui qui paye!
Roseline

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)