Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Ce week-end, la très courue "brocante du IIIe" | Accueil | Paris, la ville la plus "admirée" au monde ! »

28 janvier 2016

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Entièrement d'accord. Au moment où, parait-il, il faut économiser le production de C02 on chauffe l'atmosphère. Mais, l'origine du pb est toujours la même corruption et ne pas mécontenter les électeurs, pour le reste on s'en moque chaque fois que c'est possible

Je suis tout à fait d'accord avec vous ! J'ai toujours été convaincue que ces chauffages étaient une aberration écologique.
De plus, on voit beaucoup de ces chauffage au gaz, alors qu'ils sont interdits.

Cette décision est très étrange, à vrai dire, incompréhensible. Elle est si contraire au bon sens, à l'importance des enjeux actuels sur le réchauffement climatique, à tous les discours tenus à la COP21 sur notre responsabilité en ce domaine... Elle amène le citoyen éberlué à s'interroger sur ces prises de décision. Comment faire prévaloir le long terme (l'avenir de notre planète) sur le court terme (encore plus de bénéfices immédiats pour le tout puissant lobby des bars)?
Il faut se battre, encore et encore. Et ne céder sur rien. C'est parce que le chauffage des terrasses ouvertes a été autorisé que celui des contre-terrasses le devient. Seule solution : PAS DE CHAUFFAGE des terrasses.

Chauffer la rue, comment imaginer qu'on puisse autoriser une telle aberration ?
Qu'il soit à gaz ou électrique, chaque appareil de chauffage destiné à chauffer une terrasse extérieure émet 3 kg de CO2 par heure.
Merci pour les générations à venir ....

Réponse à M. Shelmerdine : Malgré l'incohérence de vos propos nous les respectons et nous répondons à vos injures par des arguments. Les terrasses appartiennent à nous tous puisqu'il s'agit du domaine public. Elles n'appartiennent pas à l'exploitant. Il a reçu une autorisation d'exercer mais il doit le faire en respectant les règles. Les gens qui veulent fumer (dommage pour eux car c'est très mauvais pour la santé) peuvent s'installer sur une terrasse chauffée.

On pourrait à la rigueur argumenter que chauffer une contre-terrasse (4 parois et un toit ont une face extérieur) est un peu plus coûteux encore que chauffer une terrasse attenante (3 surfaces seulement et un toit), mais je suis aussi de l'avis qu'il y a là un gaspillage d'énergie très important dans tous les cas et qui me choque. J'aime bien les terrasses quand il fait beau et que la température est tiède sinon je préfère l'intérieur. Il est vrai aussi que je ne suis pas fumeur mais là aussi il y a un problème de cohérence de la politique gouvernementale (ou municipale).
Michel

Vous êtes (pardonnez moi le mot) des emmerdeurs: vous vous felicitez de l'interdiction de fumer dans les etablissements mais pour les terrasses (qui "appartiennent à tout le monde") les gens qui voudraient y fumer tranquille en prenant un pot entre amis (n'est-ce pas ce genre de pratiques qui ont été visées le 13/11?) devraient donc l'hiver attraper froid puisqu'on ne peut pas les fermer (toujours à cause de cette loi anti fumeurs)... La tolérance vous perdra.

Autoriser les terrasses et interdire les contre-terrasses, c'est un peu le pile ou face: j'avais cru comprendre que la COP 21 n'était pas un jeu de cette sorte-là. La version de la directrice de l'Urbanisme était celle qui était frappée du bon sens. Bref, en parlant de "lobbyistes", ne serait-ce pas la Mairie de Paris qui avait cédé à ceux-ci en autorisant le chaiffage des terrasses, donc d'un côté et pas des contre-terrasses, donc de l'autre côté? Serait t-on retombé -ou n'en est-on jamais sorti?- dans le royaume d'Ubu roi?

Merci à "Vivre le Marais" d'exposer en termes très concrets l'aberration à maintenir un chauffage , qu'il soit électrique ou à gaz, à l'air libre. C'est LE gaspillage énergétique absolu de vouloir chauffer l'espace extérieur. Il est vraiment difficile de concevoir qu'un jugement ne prend en compte que la forme et ne voit pas le "fond "d'une pratique (chauffage des terrasses ouvertes) qui est antinomique des appels faits aux citoyens pour réduire leur consommation en énergie. Surtout à l'heure actuelle,où la COP 21 s'est tout de même réunie pour lutter contre le réchauffement climatique! les juges sont-ils à ce point coupés des réalités environnementales?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)