Amelot bisseuil cour int et fronton

liens utiles

Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« "Budgets participatifs" de la mairie de Paris : faudra-il poursuivre le dispositif au-delà de cette mandature ? | Accueil | La RATP en appelle aux forces de l'ordre pour que le bus 29 cesse d'être dérouté à cause des livraisons en pleine voie... »

15 novembre 2018

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Sur le fonds, cette mesure de soutien pour certains établissements qui font de l'animation musicale pourrait peut être se justifier (ou pas) mais sur le cas d'espèce (le DR FEELGOOD) régulièrement dénoncé sur le blog pour ses débordements et les attroupements sonores que nous constatons plusieurs fois par semaine dans ce boyau étroit qu'est la rue Quincampoix à ce niveau : la réponse est clairement NON ! Le retour des concerts serait une catastrophe pour la rue et les habitants. Avant de distribuer l'argent public au nom de la "diversité culturelle" il serait quand même necessaire de s'assurer de l'adéquation du lieu avec l'activité (mais aussi de la faisabilité technique de l'insonorisation et du respect des normes de sécurité dans une cave ce qui pour certains immeubles peut très largement depasser les 80 000 EUR et sans succès garanti...). Le DR FEELGOOD, sous couvert d'un discours victimaire et/ou bienveillant, a toujours prouvé le peu de cas qu'il faisait de ses voisins et de la réglementation. Quelle est la position du Maire du IVe sur ces declarations parues dans le Parisien ???

Il habite où Mr Hocquard ?

Bonjour,
Bis Repetita. C’est toujours le même problème. Et donc je me répète.
Connaissez vous le propriétaire du bar, lui avez vous parlé lors d’une assemblée générale de Copropriété ?
Egalement, cette copropriété peut elle nous renseigner sur les démarches de leur syndic à l’égard du propriétaire bailleur du local commercial pour faire cesser ce trouble anormal.Car, si ce locataire persiste à ne pas respecter le règlement de copropriété, après l’envoi d’un recommandé, vous pourrez, dans un second temps, saisir le Tribunal de Grande Instance pour obtenir la résiliation du bail.
Si le propriétaire bailleur ne fait rien, le conseil syndical peut même agir au nom du syndicat de copropriété : Dans ce cas, la responsabilité du propriétaire sera clairement engagée, Il peut, également, agir à votre place et saisir la justice pour obtenir la résiliation du bail de son locataire.

De plus, cette copropriété a déposé des plaintes, avez vous pris un Avocat pour faire le job ?

N’oubliez pas que si une activité exercée dans une copropriété génère des nuisances constitutives d’un trouble anormal de voisinage et que les copropriétaires réclament qu’elle cesse, elle peut être interdite judiciairement, même si aucune restriction à cette activité n’est apportée par le règlement de copropriété
http://leparticulier.lefigaro.fr/upload/docs/application/pdf/2012-03/cass_1028618_29022012_nuisance.pdf

A cela s’ajoute l’article 9 de la loi du 10 Juillet 1965. « Chaque copropriétaire dispose des parties privatives comprises dans son lot ; il use et jouit librement des parties privatives et des parties communes sous la condition de ne porter atteinte ni aux droits des autres copropriétaires ni à la destination de l'immeuble. »
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006068256

Si le traitement en amont fonctionne, l'établissement ayant été verbalisé par la DPS, la seconde étape est la saisine du tribunal.
A cette copropriété de faire le nécessaire pour faire cesser ce trouble et/ou demander la résiliation judiciaire du bail commercial sans attendre, une nouvelle fois, le recours aux forces de l’ordre et la suppression d'autorisation de nuit et d'un retrait de licence par la préfecture de police ou maintenant qu’une subvention vienne alimenter les caisses de ce bar.
Bref, vous avez du grain à moudre. Où en êtes vous ?

J’aurais plutôt tendance à être d’accord avec le commentaire ajouté par « CDT » et à attendre le résultat des courses …. N’exagérons rien à ce stade, il est quand même très peu probable que, sur ce dossier très sensible visiblement identifié et discuté à tous les niveaux, la Mairie de Paris puisse raisonnablement donner une suite favorable…. (sauf à ce que le gérant du bar soit effectivement dans les « petits papiers » de M. Hocquard ce que nous ne sommes pas en droit d’imaginer). Je note cependant que l’article du PARISIEN du dimanche 11 novembre a été twitté (et retwitté) par M. Hocquard sur son propre compte le lendemain de sa parution. Intéressant donc… à suivre avec attention…

Hier soir encore, des consommateurs du Docteur Feel Good, verre à la main nous empêchaient de dormir à minuit passé !!

Nous y avons droit plusieurs soirs par semaine, des attroupements de clients bruyants stationnent longuement alors que l'établissement s'est vu retirer son droit de terrasse depuis plus d'un an.
Mais rien n'y fait, Docteur Feel Good ne régule pas les sorties, laisse ses clients crier, chante et nous réveiller en pleine nuit.

Ce qui n'empêche pas son gérant de faire le siège de autorités et instances en posant à la victime. Lui qui ne respecte ni ses obligations ni la loi voudrait maintenant une subvention !

Espérons que cette commission et la Ville de Paris ne se laisseront pas enfumer par ce lobbying cynique et sans scrupule.


C'est incroyable, espérons que cette décision ne verra jamais le jour (ni la nuit).
Commissariat, Préfecture de Police, Ville de Paris, pétition, plainte, main-courante, ..., nous avons tout essayé, mais rien n'y fait ! Silence assourdissant autour de notre tout petit bruit à nous les riverains, quand on le compare au tapage du Dr Feelgood. A l'instant où l'on croyait tenir un début d'armistice, vlan, retour probable au vacarme et à sa cohorte de gens sans-gêne. Comment peut-on traiter ainsi les gens qui ne demande que l'application de la loi ? Car les nuisances continuent dans la rue jusqu'à 1 heure du matin et elles vont bien sûr encore s'amplifier avec l'afflux de nouveaux spectateurs.
Une suggestion : Est-ce que chaque foyer autour du débit de boisson du Dr. Feelgood pourrait bénéficier de 80000€, à titre de dédommagement pour l'ensemble des nuisances passées, présentes et hélas à venir ?

La lecture de l’article du Parisien m’inciterait à incriminer son auteure, Charlotte Robinet, qui mélange allègrement communiqués de presse et déclarations des uns et des autres sans aucune analyse ni recul, plutôt – pour une fois – que Frédéric Hocquard. Je ne lui donnerais certes pas le bon dieu sans confession, mais je doute tout de même qu’il ose soutenir publiquement le dossier du gérant du Dr Feelgood dont le cynisme semble de fait n’avoir aucune limite. Le bien-fondé de l’aide « aux exploitants de petites salles de musique » peut être discuté, mais c'est un autre sujet. En tout état de cause, avant de crier au loup, il serait bon de savoir comment ce monsieur Le Gal a réussi à placer cette photo où il s’étale avec tant de complaisance, pourquoi la personne qui signe l’article lui donne cette importance, enfin et surtout attendons de voir s’il réussit à obtenir ne serait-ce que quelques euros de l'Hôtel de ville. Si cela devait être le cas, alors oui, nous serons nombreux à grimper aux rideaux et à donner à l’affaire la publicité qu’elle mérite.

Pourquoi la Mairie de Paris allume-t-elle ainsi toutes les semaines de nouveaux feux ? Quel est l’intérêt de braquer systématiquement les habitants du IVe qui ne leur sont pas forcément à la base hostiles ? Est-ce par inconséquence ? Y-a-t-il d’autres calculs de fin de règne ??? On brûle les meubles ?

Incroyable ! On croit rêver ! Un établissement qui a dû arrêter en 2017 des concerts « HEAVY METAL » (!) effectués apparemment en toute illégalité et qui continue encore en 2018 à pourrir la vie des riverains avec des nuisances cette fois externes avérées … postule pour bénéficier en 2019 d’une coquette subvention pour recommencer benoitement des concerts « live» avec affluence à la clef et financés avec la contribution généreuse de la ville de Paris, tout cela sur le dos des contribuables…

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)