Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Cloître des Billettes (IVe) : la rénovation démarre maintenant... | Accueil | Poissons, coquillages et crustacés de qualité rue Rambuteau (IIIe-IVe), à portée de nos bourses ! »

23 janvier 2019

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

2 points.
1) J'ai été effectivement étonnée d'apprendre que le recensement se fait par sondage/échantillonnage ? (dont il paraitrait que je fasse partie cette année). Il est vrai qu'avec tout le flicage ambiant (fichiers divers et variés : SS, Impôts, APL...) l'Etat et la ville n'ont plus besoin de cet outil de comptage ! Et même du reste d'ailleurs ; (bientôt avec le nouveau compteur Linky, ils sauront même à quelle heure vous vous levez, si vous faites 2 lessives ou 3 par semaine (ce qui est beaucoup trop..) etc. Et Pan! restrictions.
2) Madame Hidalgo commencerait-elle à réaliser qu'elle n'a été élue que Maire d'une ville (et non Présidente de la République bis ou chargée du rayonnement national et international de la France ou égérie verte mondiale ou redresseur de torts planétaire....) et ce tout bêtement par ses habitants ? Dur d'être Maire tout simplement.

Les seuls vrais dangers sont la surpopulation et la densification du tissu urbain (élévation des immeubles, promotion des tours, politique du logement social sans discernement, multiplication des hôtels, etc.) qui saturent les transports et dégradent la vie des habitants. De ce point de vue, la mairie d'Hidalgo, toute entière vouée au béton et à la spéculation immobilière est une politique anti-écologique qui pourrait être sanctionnée en 2020. Malheureusement, la barre sera difficile à redresser pour le prochain maire, d'autant plus que la dette est telle qu'elle limitera l'action de celui-ci.

Alors que la dette municipale a défrayé la chronique en 2018 (7 milliards aux dernières nouvelles), il est étonnant que la Mairie n'ait pas encore songé à une hausse drastique de la taxe de séjour et à la création d'une taxe liée aux autorisations d'ouverture de nuit.
Cela pourrait permettre à la Mairie de remplir ses missions auprès des habitants ou au moins de réduire son endettement.
Bien entendu, un simple accroissement des ressources budgétaires ne remplacera jamais une gestion efficace et avisée, dans l'intérêt des habitants.
La socialisation des pertes et la privatisation des profits semblent avoir encore de beaux jours devant eux à Paris (au moins jusqu'au printemps 2020).

belle analyse, bien argumentée !

le danger est toujours le même, quel que soit l’orientation politique : c’est la peur d’avoir à réguler, c’est à dire la crainte d’avoir à faire son travail d’elu et ou de décideur

mais il n’y a pas de honte à défendre l’interêt général !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)