Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Aide à la sortie du confinement pour les bars-restaurants : Anne Hidalgo nous fait part de son plan de soutien... | Accueil | Mobilier urbain : la Ville prend enfin conscience de la nécessité de son entretien ! »

22 mai 2020

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Bravo ! Ce matin, les murs de la rue de la Perle ont enfin été nettoyés et débarrassés de l'affichage illégal.
Nous ne pouvons que nous en réjouir.
Reste à nettoyer à effacer les nombreux tags qui dégradent cette rue. Alors à l'action !

Au n° 18 de la rue des Quatre-Fils, les affiches féministes,
que l'on voir sur la photo ont été retirées et l'on peut s'en réjouir.
Par contre rue de la Perle, qui se trouve dans le prolongement de la rue des Quatre-Fils, l'affichage illégal placardé sur les murs n'est toujours pas retiré !

Cela fait maintenant 15 jours que l'affichage illégal est toujours placardé sur les murs de la rue de Perle.

Juste pour signaler que personne ne bouge, les affichages militantistes défigurent toujours la rue de la Perle depuis 12 jours.

Rue de la Perle, à deux pas des écoles, d'une maison de retraite, et du musée Picasso, les murs sont vandalisés par un affichage militantiste. Personne de bouge pour enlever cet affichage illégal. C'est incroyable !

Entièrement d'accord avec JéromeP.
J'ajouterai qu'à force "de regarder simplement son nombril", on a juste oublié que l'on vivait dans une collectivité, que l'on doit respecter les autres ainsi que son environnement.

La justification de cemekepirketou est décevante. Nous découvrons en fait qu'il s'agit pour lui d'un acte politique de gauche voire d'extrême gauche. Je ne suis pas certain qu'il ferait preuve de la même tolérance si la Manif pour Tous ou le Rassemblement National envahissaient nos murs de tags. Pourtant toutes les idées politiques sont acceptables... Nous sommes là dans le subjectivisme le plus complet: il y a ce que cemekepirketou tolère, et ce qu'il ne tolère pas. Il détruit ce qu'il ne tolère pas. C'est la définition même de l'intolérance. Il n'y a là rien d'admirable.

La seule position non partisane et tolérante est de considérer qu'il n'y a JAMAIS AUCUNE justification à taguer ou afficher sur des murs, pour qui que ce soit, et quelle que soit la raison. Tous traités de la même façon. Pas de favoritisme ! Pas de dictature des minorités!

Il faut éclairer nos lecteurs : "Cemekepirketou", que nous avons surnommé affectueusement "Attila" dans de précédents articles, est impitoyable à l'égard des grands placards d'affiches sauvages comme ceux que nous avons connus. Il les arrache, les lacère et en fait de la bouillie. Ce faisant, il suscite de la sympathie chez nous. Dans le cas présent, il dévoile une autre facette de sa personnalité, que nous avons jugée tout aussi digne d'une place sur notre blog.

Ce n'est pas ce genre d'affiches que j'arrache, seulement celles du système publicitaire industriel, 2e budget mondial après l'armement et avant l’industrie pharmaceutique qui guéri les maux provoqués par les deux premiers. Je trouve les affiches féministes légitimes même si elles sont illégales, au risque de choquer parfois quelques pruderies qui pourraient être du déni, car la violence masculine envers les femmes est un fléau si bien ancré dans la société au point d’être banalisé dans les films, les chansons et la publicité, et de ne plus choquer personne, qu'il est dans ce brouhaha très difficile de lancer l’alerte, et je trouve cette communication nécessaire, même si cette lutte oublie de prendre en considération la souffrance des hommes qui les pousse à devenir agressifs, souffrance qui a pour origine des traumatismes enfantins, et parfois des mutilations sexuelles comme la circoncision, elle aussi banalisée.
Ces affiches féministes sont passagères, elles sont arrivées soudainement, et disparaîtront sans qu'on s'en aperçoive, contrairement à l'affichage publicitaire matraquage des groupes de pression industriels iniques et mortifères, qui s'acharneront à se recouvrir les uns les autres sans scrupule, et à privatiser l'espace public sans limitation de durée ni de surface, le tout illégalement tant que ces infractions ne seront pas verbalisées plus sévèrement, ou que des Attilas s’évertueront à en dégrader l’images pour regrader le paysage et reposer l’esprit des passants.
Dans les affichages sauvages, je ne vois que le fond et pas la forme : Si un affichage apporte dans une certaine mesure de la conscience, de l’art, de la spiritualité et de la guérison dans le monde, il est bon ; si son but est de manipuler les esprits pour les faire passer à des actes d'achats entraînant une surconsommation inutile et un gâchis de matières premières, il est mauvais. C'est en cela que nos points de vue différent parfois.

Je ne la connaissais pas celle-la...

Ces affiches abordent maintenant tout et n'importe quoi : meurtres, viols, inceste, sexualité, défense de l'hôpital (visiblement un autre groupe) etc etc mais avec le même leitmotiv, la haine des hommes plus que la défense des femmes.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)