Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Balade du jour d'un confiné de Paris-centre.... | Accueil | Les travaux du Musée Carnavalet retardés par l'épidémie. L'ouverture est prévue au printemps prochain. »

08 novembre 2020

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Nous, Parisiens confinés, devons assister à cette incongruité, et nous nous porterons témoins et victimes, le moment venu, de l'irresponsabilité du Conseil de la Nuit en matière de sécurité sanitaire, en matière de nuisances, de spoliation de l'espace public, d'incitation à la consommation d'alcool, de dérégulation et de gentrification.

Le Bilan 2014-20 de M. Hocquard ne mentionne pas un Audit rendu en 2016 par l'Inspection générale de la Ville sur la gestion des terrasses.
Il peut être consulté ici et sera utile pour demander des comptes :

https://api-site.paris.fr/images/84240

https://www.lemonde.fr/vie-quotidienne/article/2016/08/19/rapport-accablant-de-l-inspection-generale-de-la-ville-de-paris-sur-la-gestion-des-terrasses_6004241_5057666.html

Pour ces inepties, combien sont payés officiellement ou autrement ces éminents fonctionnaires?

Dès les annonces de la Maire de Paris à la fin mai 2020, les associations représentant les habitants avaient mis en garde les autorités : dans une capitale extrêmement dense, les terrasses faussement qualifiées d’ « éphémères » seraient une catastrophe de plusieurs points de vue : nuisances sonores, alcoolisation, contagion démultipliée, etc. Au lieu de réactions appropriées de la part de la Mairie de Paris et de la Préfecture de police de Paris, les habitants ont eu droit à des discours d’autosatisfaction de ces deux institutions, également sourdes aux alertes des habitants.

Par la suite, pendant ces derniers mois de cruelle pandémie, nous avons massivement dénoncé ces attroupements à touche-touche d’alcoolisés sous nos fenêtres. Alors que le virus circule à vitesse croissante, aucun respect des gestes barrière, et, parallèlement, aucune réaction des autorités !
Il a fallu attendre début novembre pour que la Préfecture de police et la Mairie de Paris se mettent enfin d'accord pour prendre des mesures contre des attroupements susceptibles de contribuer activement à la contagion du virus…

Préfecture de police et Mairie de Paris ont soudainement décidé de réagir contre quelques attroupements de livreurs et contre quelques clients consommant de l'alcool sur la voie publique : que n’ont-ils adopté ce discours ferme et ces mesures coercitives plus tôt, lorsque les exploitants des bars des quartiers populaires laissaient s’entasser sans contrôle des hordes de clients insouciants et irresponsables ?

Publiés chaque soir, les chiffres de la direction générale de santé publique continuent de souligner l’impact persistant de ce laxisme…

Viendra le jour où la société demandera des comptes à la Mairie de Paris et à la Préfecture de police…

La mairie est toujours égale à elle-même : autosatisfaction, refus de voir le réel, autisme (comme Trump).Il semble qu'elle cherche à vider Paris de ses habitants, ce qui est d'ailleurs en train de se produire.
Dommage que vous n'ayez pas daté la photo du clubbing.

Le « bilan » en pièce jointe est assez édifiant… notamment en ce qui concerne les « nuisances sonores » qui se doivent d’être mentionnées … Sur 2018, les verbalisations pour « nuisances sonores » ne représentent que…. 1.1% des verbalisations alors que les « mégots » représentent 50% … Sur l’ancien 4eme, par exemple, 4 verbalisations sur l’année pour « nuisances sonores » versus 152 pour « mégots » et 362 pour « urines ». Est-ce que cela reflète sérieusement la situation vécue au quotidian par les habitants? Super bilan si on tient compte des souffrances, exaspérations remontées …

La solution ?... la « médiation », les « pierrots de la nuit » …dispositifs qui ont prouvé leur inefficacité et qui contribuent à inscrire les nuisances dans la durée faute de sanctions/verbalisation.

Le dispositif « bruitparif » est mis en avant mais de manière très limitée, au stade de « l’expérimentation » et une fois que l’on a « objectivé le bruit »… que fait-on au juste? La-aussi, l’ « exploitant » est présenté comme « victime » de ses clients mais nullement « responsable » des nuisances …

Contacter le Pole Etudes et Contrôles de la Préfecture (nuisances sonores internes) ou le commissariat (nuisances externes/terrasses) quand on connait les plages d’intervention, les délais de réactions et la volonté réelle d’agir … ???

Il n’y a aucune intention claire de traiter la « nuisance sonore » sans doute perçue comme corollaire inévitable de la « nuit" et de la « fête ». Il s’agit plutôt dans le programme de la Mairie de l’ « accompagner » dans la durée….

Rappelons nous aussi qu'Anne Hidalgo and Co voulaient sauver leur "nuit blanche" il y a quelques semaines, en pleine remontée du Covid : un bel exemple d'irresponsabilité politique.

Je souhaiterais soumettre la question suivante a cette « assemblée plénière du conseil de la nuit » :
La Mairie de Paris reconnait-elle, a son niveau, une responsabilité dans la deuxième vague épidémique que nous connaissons aujourd’hui dans la capitale ?
En d’autres termes, la gestion locale du deconfinement a Paris est-elle jugée rétroactivement adaptée ? Les messages, les encouragements, les décisions prises à la sortie du confinement (et qui diffèrent des actions préconisées par d’autres capitales européennes) en matière de politique « de la nuit » ou « de la fête » sont- elles estimées avec le recul adéquates ?
Je pense notamment par exemple aux attroupements observés le 21 juin 2020 pour la « fête de la Musique » dans les rues de la capitale et le non-respect affiché des consignes sanitaires. Mme Hidalgo, estimait qu "il ne fallait pas interdire la Fête de la Musique" […] "on sent bien qu'il y a cette envie de sortir, de faire la fête" et "c'est difficile de contester cette soif de vivre". Certes, mais était-ce le bon signal à passer par nos édiles ?
De même, les « terrasses COVID » sur Paris Centre notamment avec les excès que l’on a connus et la encore des attroupements statiques très denses en station debout ou assise devant les bars sans masques vivement encouragés par la Mairie au prétexte qu’il fallait soutenir l’activité des bars et « dehors, c’est moins risqué » dixit Emmanuel Grégoire…. Etait-ce raisonnable ? Tout cela pour finir « masqués dans la rue » puis « confinés a la maison » ??
Vous me direz qu’avec le recul il est toujours facile d’avoir raison et la responsabilité est aussi gouvernementale. Mais si jamais la Mairie reconnait, dans un moment de lucidité, ses propres erreurs dans sa communication et sa gestion du deconfinement a son niveau , est-elle prête à en tirer demain les enseignements pour le prochain deconfinement ou bien sommes-nous partis pour une « deuxième vague » de « terrasses COVID » en 2021 au motif qu’il faudra sauver encore advantage l’activité économique des bars aux dépens de la santé publique?

Ma question peut sembler polémique. Elle ne l’est pas. Je ne suis pas un opposant systématique aux décisions prises par la Mairie. Ma question traduit seulement un profond désarroi et une incompréhension face à la situation actuelle.

Je ne suis certainement pas de ceux qui condamnent systématiquement l'action de la mairie de Paris.
Mais cette fois, la coupe est pleine.
Je reste stupéfait devant une telle indécence.
Pierre MERLIN

La mairie de Paris égale à elle-même...

Entièrement d'accord avec Marie@ Par curiosité, j'ai consulté la page Facebook de Stotgun, dont le projet sera présenté à cette Assemblée plénière de la nuit. Apparemment, d'après les quelques vidéos du site, cela ressemble à de la musique électronique assourdissante en l'extérieur.
Pour moi, c'est non merci.

Quelle honte: se préoccuper de la vie nocturne en cette période de confinement: on n'ose y croire.
Effectivement, la vidéo conférence n'est qu'une manière de ne donner la parole qu'à leurs connaissances.
La mairie de Paris manque à tous ses devoirs: que fait-on pour contrer ceux qui ne respectent pas le confinement surtout certains commerces qui sont sous le protectorat de la mairie.
Durant les mois d'été et la rentrée de septembre octobre, il suffisait de se promener dans le quartier historique juif (rue des Ecouffes par exemple) pour constater les débordement des restaurants qui occupaient les trottoirs en toute impunité sans que personne des autorités n'interviennent
Et ensuite cela vous étonne si nous en sommes arrivés là dans l'épidémie?
La mairie à une grande part de responsabilité et devra rendre des comptes sur ses agissements ou plutôt ses non agissements pour contrer l'épidémie, le moment venu!

Parler de la vie nocturne en période de crise et de confinement est du plus mauvais goût.
La politique de Mme Hidalgo ressemble de plus en plus à celle de Trump: Egoisme et toute puissance.
Dommage!
Daniel

Ce sens de la démocratie qui caractérise cette mairie... s’appuyer sur des collectifs minoritaires d’activistes qui sont en accord avec la ligne de la municipalité et mépriser les autres, en les ignorant, en les écartant ou en ne les écoutant pas. Puis, prétendre qu’on a consulté les habitants alors qu’on n’a consulté que des militants.

Ah, Oui ! Il semble plus important pour la mairie de Paris de se préoccuper des festivités nocturnes que de la crise sanitaire. La hiérarchisation des priorités ne semble pas être la même pour tout le monde.
Une fois de plus la mairie ne se concentre pas sur l'essentiel.

Il suffit de lire la dernière newsletter de Paris Centre pour constater que la municipalité tient pour responsables des mesures de contraintes le gouvernement et la préfecture de police. Jamais les gens en responsabilité de la ville n’ont incité les habitants à prendre des précautions (comme le font d’autres maires). Ils avancent dans la mise en œuvre de leur programme comme s’il n’y avait pas le virus. Pour profiter de leur « état de grâce » ou des difficultés de leurs administrés qui ont d’autres soucis ?

Je m'étais portée volontaire pour y assister physiquement et j'avais reçu un mail de confirmation.
Pour l'instant personne ne m'a envoyé de rectificatif.
La vidéo conférence ne permet pas de parler. On vous coupe le micro ou on ne le laisse qu'à des connaissances.
Qui sera dans la salle pour animer le débat ?

Pourriez-vous si possible nous faire parvenir la pièce jointe : "le bilan de la politique de la vie nocturne pour la mandature précédente".? Merci.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)