Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Tandis que la Seine en crue recouvre les berges, l'Hôtel de Vigny entrevoit la fin des outrages laissés par les tagueurs. Un essayiste des sujets de société nous dit sa pensée... | Accueil | Il dépose un dossier "budget participatif" pour repenser la place de la République ! »

08 février 2021

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

je découvre ce texte : Ministère chargé de l'Urbanisme:

j'ai découvert cette page dans mon ordinateur: MINISTRE en CHARGE de L'URBANISME:
"Declaration Préalable"
Constructions, travaux, installations et aménagements NON SOUMIS A PERMIS

.Voila le moyen de construire une supérette miteuse face à un monument protégé.

j'ai consulté des avocats .Ecrit des dizaines de lettres, . Téléphoné et travaillé 2 ans durant pour ce passe-droit cette "non soumise à permis".
Aucune administration ne m'a informée de cette l possiblilité de payer un organisme qui s'occupe de votre dossier à votre place moyennant finances.

On voit à l’œuvre le schéma habituel : des promesses... (avec la mairie de Paris l’adage selon lequel les promesses n’engagent que ceux qui les croient prend vraiment tout son sens!!) ... suivies de décisions autoritaires allant dans le sens contraire desdites promesses. Le tout soutenu par un conseil de quartier qui ne comprend pas qu’il se fait rouler dans la farine et qui expliquera aux riverains, en chœur avec la mairie, que leur droit à rentrer chez eux est respecté, alors même qu’une barrière dont on n’a pas l’intention de leur donner la clé barre l’entrée de leur rue...
Et comme toujours, les perdants sont les riverains - dont les droits les plus élémentaires sont piétinés - le bon sens et la justice.
Totalement d’accord avec Thierry Roze sauf sur un point: si l’enfer peut être pavé de bonnes intentions, à Paris il est pavé de mauvaises intentions car les écoles (tout comme le covid) ne sont que des chevaux de Troie pour faire avancer la politique aveuglément anti voiture de la mairie

Que les riverains se rassurent. L'"apaisement" de l'espace public sera bientôt la désertification de l'espace public. Qui voudrait faire de longs trajets à pieds ou à vélo pour les déranger, étant donné l'impossibilité de s'y rendre en voiture, et encore plus de s'y garer. Les restaurants, bars et salles de spectacle ne rouvriront pas et les boutiques vont aussi fermer.

Ces mesures sont caractéristiques de la Mairie de Paris, qui méprise aussi bien le droit des habitants, que le droit et la légalité en général. Du même ordre est la gestion des fermetures de quartiers dans le cadre des journées dites "Paris respire"; ce dimanche à 17h15 environ, je me suis vu bloqué, au début de la rue du quatre septembre place de l'Opéra, par un service de sécurité privé, que l'on peut supposer employé par la Mairie de Paris, procédant à des contrôles d'identité, à mon avis en toute illégalité, pour laisser l'accès des habitants à leur domicile. Je considère ces méthodes tout à fait inadmissibles. Il existe d'autres méthodes pour gérer à la fois une limitation stricte de la circulation automobile, et un libre accès des habitants et des services nécessaires à certains quartiers, comme on peut le voir dans nombre de centres historiques italiens.
J'ajouterai que le résultat visible de ces fermetures de quartier est de remplacer une circulation faible, fluide et répartie, et donc peu polluante, par des embouteillages très polluants sur tous les axes au pourtour, boulevard de Sébastopol, grands boulevards, etc.
Un dernier point, et non le moindre, est la défiguration de l'espace public parisien qu'amènent tous ces aménagements, depuis les alignements de plots jaunes en plastique pour empêcher le stationnement automobile, jusqu'aux abris à vélos et autres bacs à déchets dans les rues du Marais. On peut espérer que ces aménagements procèdent de bonnes intentions, mais, comme chacun sait l'enfer est pavé de bonnes intentions, et je crains que la Mairie de Paris ne fabrique un enfer urbain, aussi bien pour la qualité de vie et d'usage que pour l'esthétique de la ville.

Comme d’habitude Mme Hidalgo - à laquelle obéit docilement M. Weil - s’assied sur le droit pour faire passer ses mesures idéologiques.
Fidèle à elle-même, et sans commentaire...

C'est très archaïque comme méthode! Une barrière métallique, un cadenas, une clef. Si on perd la clef, on est coincés. Les habitants de ce quartier sont à plaindre, après avoir subi les affres de la boîte de nuit. Mais il est plus facile de mettre un cadenas que de faire respecter la loi. Et pourquoi les parents et les enfants qui viennent par la rue du Renard n'ont pas le même traitement?

la rue jean Beausire à laquelle on accède par le boulevard Beaumarchais s'est aussi vue fermée à la circulation par une barrière avec cadenas à code sans que les riverains soient informés des modalités d'accès à leur domicile ; précisons qu'il n'y a pas d'école dans cette rue , mais des garages privés
rédigé par Gérard WXissing le 8 février 2021

J’ai été associé aux discussions au titre du Conseil de quartier, et en effet, la manière dont sera mise en œuvre la solution retenue de fermeture de la barrière aux heures d’entrée-sortie de l’école doit encore être précisée, mais il me semble que le principe retenu concilie 2 exigences
- celles des riverains de ne pas fermer la rue pour éviter l’occupation de l’espace public jour et surtout nuit par les clients des bars (au passage, dans quelle société sommes-nous s’il faut des bagnoles pour se protéger des fêtards ?)
- celles des parents d’élèves qui veulent que les enfants puissent accéder à l’école en toute sécurité (et l’idée selon laquelle la transformation des rues en aire piétonne aurait pu suffire est sans doute juste dans d’autres contrées, mais pas à Paris, il suffit de rester quelques minutes dans la rue pour voir des véhicules qui n’ont rien à y faire, parfois à contre sens et à toute vitesse)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)