Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Les services de Propreté de Paris s'attaquent enfin aux rideaux métalliques tagués ! | Accueil | L'église Saint-Eustache (1er) : le joyau du quartier des Halles ! »

29 mars 2021

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Petite question.
Les agents de la Ville de Paris en charge de la propreté signalent-ils les nombreux Tags qui polluent notre quartier ?
Dimanche, il y avait 5 agents rue du Parc Royal en pleine discussion... Je me suis interrogé sur l'efficacité du service de la Mairie en charge de la propreté. Pour ma part, j'ai passé 3 heures a signaler via l'application DansMaRue une centaine Tags sur les murs, les portes, les rideaux métalliques, les boîtes aux lettres, les façades des immeubles ....de notre quartier.

J'espère que Vivre le Marais écrira un article sur le phénomène #Parissaccage et prendra position. Ce que l'on constate ici depuis des mois et des mois a désormais une publicité nationale et internationale. La Mairie et toutes les équipes de communication répondent qu'il s'agit d'une campagne de dénigrement orchestré par l'extrême droite (bien voyons...) mais on sait bien qu'il s'agit simplement de l'expérience vécue de la ville. Comment améliorer les choses si on reste dans le déni ?

Face au déni de la réalité de l'équipe municipale :

A consulter sans modération : #saccageparis

Le hasttag qui relance le débat sur la propreté de la capitale française élue la plus sale d'Europe.

Aucune réactivité des services prestataires de la Ville de Paris chargés de enlèvement des tags. C'est une honte, j'ai signalé il y a 2 mois un tag hideux et encore de nouveau à 5 reprise et toujours rien. Efficacité zéro.
Je partage les commentaires qui prônent :
- Interdire la vente des bombes qui dégradent et polluent notre environnement.
- Sanctions lourdes à l'encontre des vandales
- Caméras de surveillance et intervention immédiate
- Rondes des agents en charge de la propreté sur le terrain ( pour nous libérer de cette application Dans Ma Rue )
- Patrouilles du vendredi soir au dimanche

Sans nier la pertinence de votre article je constate que les deux photos ne prouvent absolument rien-sûr la deuxième les volets souillés sont relevés. En réalité ils sont toujours tagués, notamment du côté de la rue Bailly.


Comment éradiquer ce fléau ? Retranscrire dans un livre tous ses graffitis. C'est ce que fit le 1er tagueur de l'histoire, Restif de la Bretonne.

Au XVIIIeme siècle, vers l'âge de la cinquantaine, Restif de la Bretonne, écrivain libertin du XVIIIe siècle, rapportait les évènements de sa vie sous forme de graffitis qu'il faisait sur les parapets des ponts de l'Île Saint-Louis lors de ses promenades nocturnes. Il avait pour habitude de laisser derrière lui les traces de sa vie à l'aide d'une clé ou d'un bâton ferré.

Il a abandonné cette activité maniaque (qui a duré de 1780 à 1787) en constatant la disparition de ses inscriptions, après s'être rendu compte qu'une main « concurrente » les effaçait. Il effectue alors le relevé de ses propres mots qu'il transcrit finalement dans un recueil publié à titre posthume et intitulé "Mes inscriptions."

Dès la 1ere page, il informe le lecteur :

"Je les ai copiées sur ce cahier, depuis qu’un infâme s’est avisé de les effacer et qu’il a fait pis encore en me fesant insulter, depuis le mois de septembre 1785, au point que je ne puis faire mon tour que le soir et tard."

https://fr.wikisource.org/wiki/Mes_Inscripcions/Mes_Inscripcions

Reste une inscription au 11 place des Vosges,comme un clin d'oeil du griffon ( son surnom) : "1764 Nicolas"


1_ Retrouver les auteurs sur le net, il doit y avoir des photographies prises par les sociétés de traitement sur ces dégradations. 2_Condamnations exemplelaires, pas d'amendes qui ne seront pas payées, travaux d'intérêts généraux, par exemple 50 heures d'effacement. 3_ les habitants doivent participer en appelant le 17 et en donnant le signalement des individus, pour ma part j'en ai fait arrêter 3 ces dernières années (deux un vendredi soir vers 10h et un le samedi soir vers 9h en promenant le chien)

Que faire? La tâche est devenue d'ampleur et je me répète "La CRASSE ATTIRE LA CRASSE". C'est un ensemble. C'est dégueulasse un peu plus, un peu moins .... Remarque également nous sommes dans une Période calme (Euphémisme !)lorsque les fauves seront relâchés....Sans reprendre les arguments déjà cités 1)Il faudrait d'abord une réelle volonté politique ! 2)accompagnée d'un plan Marshall associant les habitants (dont les enfants), les commerçants, les écoles, les associations diverses et variées etc..Car rien ne réussira réellement sans eux : Tous concernés. Pourquoi pas, "dans la bonne humeur", fédérer des "participants" pour un jour, un soir etc..et on tourne(on réussit bien à le faire pour les plages .. ). Idem "dans la bonne humeur", chaque commerçant nettoie son trottoir etc . Problème: Madame Hidalgo et donc la Mairie de Paris, à qui nous devons cet état "délétère", ne peut pas, n'est pas "crédible" pour créer,motiver, fédérer cet élan "citoyen" complémentaire et essentiellement de quartier au final. Les maires d'arrondissement? Pas sûr, en tout cas directement. Donc trouver, créer la/les vecteurs (associations,syndicats de commerçants, de jeunes Verts ou ... ) en tout cas porteurs qui puissent lancer la dynamique. Travail de longue haleine mais peut-être pas tant que cela si intelligemment mené (Internet..) 3) Bannir tout mobilier urbain constitué "d'aplats" favorables aux tags et aux collages (stickers etc).4) Aider, subventionner, favoriser "dans la bonne humeur" le changement des volets métalliques soit intérieurs, soit d'une composition (mailles)qui ne permet pas les tags 5) Puisqu'il y a le 1% artistique pourquoi ne pas l'orienter vers des créations en Trompe l’œil. Comme nous avons sur certains pignons des fausses fenêtres, nous pouvons avoir des faux portails, des arbres, des fontaines, des allées.. ATTENTION, ATTENTION le but n'est pas de surcharger le cadre déjà trop plombé. Aux endroits judicieux avec comme Maitres Mots, Discrétion, acceptabilité par tous, espaces de respiration et NON création échevelée ... 6) Arrêter cette mode de parterres, d'encadrements, d'herbes folles moribondes favorables aux détritus et difficiles, si ce n'est à entretenir, en tout cas à nettoyer (si tant est que). 7) Des poubelles, des cendriers, des WC (importants les WC surtout pour ces messieurs) 8) Et puis bien sûr retour à la Brosse, au gros Karcher etc ... Désolée pour la contribution un peu longue mais puisque participation demandée !

Quand on aura trouvé les moyens d'attraper les auteurs de ces tags, il faudrait les condamner à passer leurs dimanches à les nettoyer, pendant quelques mois.

Caméras de surveillance et pénalisation : celui qui détériore paie, un point c’est tout.
Interdiction de vente de leurs bombes.

Il faut effectivement un appareil législatif beaucoup plus dissuasif : une lourde amende et des menaces de prison en cas de récidive. Ainsi faut-il généraliser les caméras de surveillance et demander aux agents de la ville de faire des rondes. NY était submergé par les tags dans les années 80 : il a été possible de remettre la ville en l'état. Il n'est question que de volonté politique, y compris pour les budgets. Au lieu de dépenser des milliers d'euros à végétaliser hideusement les pieds d'arbre et à trouver toutes sortes de bidules urbains (uritrottoirs, peinture sur les boitiers électriques et nouveau mobilier urbain plus que laid), la Mairie ferait mieux de commencer par assurer la simple et élémentaire propreté des rues. Merci à Vivre le Marais pour sa lutte anti-tags !

Bonsoir
Venez donc rue de la verrerie, rue saint croix de la bretonnerie, rue vieille du temple, rue du bourg tibourg, rue de moussy, rue du roi de Sicile : entre les tags, les affiches sauvages là depuis des semaines et toutes celles rajoutées ce we par les hordes d’intégristes ecolo qui ont tapissé les rues du marais de slogans pour la manif sur le climat du 28 mars, on nage en plein délire !
C’est vraiment crasseux !
Sans intervention énergique des services de nettoyage on arrivera à rien !!
André

Bonsoir, je crois qu’il existe des produits (s’ils n’existent pas, il fait les inventer) dont il faut enduire les surfaces pour empêcher l’imprégnation (je ne sais pas si le mot est juste) des tags.
Bonne soirée

Je me demande s'il serait possible de contrôler la vente des bombes dont l'usage est répréhensible puisque passible d'une amende ? Si le marchand était contraint à relever l'identité de l'acheteur, ce serait possiblement un frein à un usage délictuel. A ce propos, il existe un tel commerce rue Quincampoix. Il vend ses bombes, nous payons des entreprises qui effacent les souillures laissées sur les murs. Il y a bien quelque chose qui va de travers dans cette affaire !

Ne faudrait-il pas trouver les "signatures" de ces abominables graffitis, afin éventuellement de faire nettoyer leurs graffitis à leurs propres frais ? Un rêve, sans doute. Sinon, les caméras pour surveiller le carrefour ? Mais il faut que cela s'arrête.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)