Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Terrasses des Archives (IVe)... et d'ailleurs : c'est la jungle ! | Accueil | Eclipse de soleil à Paris : un événement qui rappelle la taille infime de l'homme dans l'univers... »

11 juin 2021

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Lorsque l'élu est sourd et ne respecte pas le principe démocratique, le citoyen n'a plus d'autre recours que l'abstention

Merci pour cette pétition Change.org mais elle ne s'insurge pas contre l'autorisation pérenne donnée à toutes ces terrasses. Et c'est contre cela qu'il faut protester à tout prix.

RIEN N'A CHANGE

ON REGLEMENTE MAIS ON AUTORISE !!!!

Allez !

À l'action.

Un petit geste de 5 minutes, n'attendez pas des autres ...

https://www.change.org/p/mairie-de-paris-les-habitants-de-paris-centre-refusent-l-anarchie-des-terrasses-temporaires

Vous avez bien une amie compatissante qui ne vous prend pas pour une dépressive obsédée des terrasses.

Faites circuler, copiez sur les autres sites

Lili

Habitant depuis 25 ans du troisième arrondissement , je ne peux que me joindre à cet élan d'indignation.
Sur 100 mètres c'est 3 terrasses qui n'ont d'éphémères que le nom qui se sont installées sur la rue du Pont aux Choux et dans son prolongement rue de Poitou.
Ci-git deux rues qui furent calmes et résidentielles.
La fermeture à 22h est un voeux pieux.
A cela ajoutons que les nouvelles vitrines amovibles offrent une ouverture complète des espaces intérieurs sur la rue renforçant le bruit des voix et de la musique amplifié.
Allons nous devoir subir ses nuisances chaque année du 1er avril au 31 octobre. 7 mois de cauchemar...
Quelles sont nos recours devant un tel mépris des riverains?

La gestion d'Anne Hidalgo est catastrophique. Paris est devenu un chaos sans nom, les comportements inciviques appellent d'autres comportements inciviques et la spirale est sans fin. Comment vivre à l'année à Paris ? Ce n'est plus possible. Heureux les détenteurs d'une maison de campagne...

Hier soir (Samedi 12/06) alors que j'étais rue Saint-Merri vers 18h30/19h00, j'ai vu subitement tous les restaurateurs/cavetiers du coin investir non seulement les trottoirs mais carrément la rue avec tables et chaises installées telle une volée de moineaux. Ce qui signifie que cette rue est devenue totalement impraticable par tout engin motorisé et même vélos depuis le BHV jusqu'à la rue Vieille du Temple grosso modo occupée par des clients attablés ?

Le débordement des terrasses a entraîné un débordement des comportements.
Malheureusement Mme Hidalgo n'a pas réalisé qu'elle ne pouvait pas gérer cette tolérance.
C'est malheureusement le problème: il faut savoir prévoir les conséquences. Ce qui n'est pas son cas puisque à ce jour, les plaintes sont massives et le ras le bol de riverains est au paroxysme.
Notre jeunesse n'arrive plus à se contrôler et ce n'est pas forcément de sa faute, elle a reçu les armes pour agir.
Seul un ressaisissement massif pourra rétablir un peu de calme, mais cela risque d'être difficile, car lorsque les choses s'installent il est difficile de les disperser.
À bon entendeur salut!

Aujourd'hui encore une autre de nos amies nous a annoncé qu'elle quittait Paris: marre de ne plus dormir à cause du bruit, marre de l'incivilité ambiante que la mairie encourage, marre de cette saleté laissée après les beuveries quotidiennes.
Cela me désole, pour autant à notre tour nous pensons aussi que nous devons quitter Paris. Il ne nous est plus possible d'élever nos enfants dans cette anarchie absolue.
Mme Hidalgo à eu raison de notre patience.
Nous représentons la population active de la capitale, et pourtant nous ne nous santons pas respecter. Ces débordements le prouvent.
Il n'est plus acceptable, tous les matins, d'imposer à nos enfants la traversée nos rues dans la porcherie de la veille, quand ils ont eu un sommeil mouvementé à cause des nuits brillantes des fêtards.
Nous sommes à bout de cette politique faussement socialiste (désolé de devoir l'admettre!)
Nous regrettons l'achat de notre nouvel appartement, et l'investissement a été énorme.
Nous ne nous santons plus soutenus, mais rejeter: aujourd'hui à Paris il n'y a plus de place pour la famille: cela devrait être le prochain slogan de campagne de Mme Hidalgo!
Il ne suffit pas de développer des crèches, ce n'est que de la poudre aux yeux: il y'a aussi la vie sociale qui contribue à cette éducation.
L'exemple que la mairie nous donne n'est vraiment pas concluant: si Paris ne doit être qu'une fête, ce sera donc sans nous, même si nous aimons aussi la fête!
Mme Hidalgo est responsable de tous les débordements qui hier encore ont envahi la capitale, et cela ne fait que commencer.
En n'agissant pas, nous incitons la jeunesse à perdre ses repaires, alors que nous devrions l'aider à entrer dans la vie en leur montrant un meilleur exemple.

Il y a une terrasse sous mes fenêtres depuis deux ans.

L'année dernière elle s'appelait "Éphémère", cette année selon le Parisen elle s'appelle déjà "Estivante", et est pérennisé je crois, du 30 avril au 30 septembre

Sa durée était de deux mois cette année, elle est passée à cinq.

Sa superficie était de quatre tables, cette année on a rajouté des chaises, bientôt deux autres tables.

Garder le silence, c'est entériner cette progression, acquiescer à une prolifération massive.

Ce qui est déjà insupportable aujourd'hui sera invivable demain.

Si vous lisez, que vous écrivez ces textes, c'est que la nuisance est déjà assez importante pour que vous soyez passé à l'action.

Peu importe la légalité, le combat n'est pas légal, l'émotion est réelle, je n'ai pas à justifier que ces terrasses me pourrissent la vie.

La nuisance est réelle.

Ce qui est légal, c'est ce qui, en période de crise, est décidé par le gouvernement.

On a créé des lois, insuffisamment réfléchies, dans l'urgence, parce que c'était nécessaire.

Mais l'implantation des terrasses n'a aucun caractère d'urgence.

Hors période COVID, personne n'aurait accepté cela.

On profite bien de la pandémie pour faire passer ça.

Et, touchée dans mon intimité, je pèse mes mots.

Pourquoi accepterions-nous cette dictature affirmée ?

La fin du monde, l'apocalypse a toujours été un très bon moyen de manipulation des sectes pour faire passer ses volontés. (Jusqu'au suicide collectif Si si lisez le Parisien)

Selon le compte rendu d’Air-Parif (Toujours selon le parisien, que je lis comme avant la covid, à ma même place de terrasse) ; la diminution de la circulation n'a aucun impact sur la couche d'ozone, mais et (Merci Hidalgo, je suis asthmatique), a une très grosse diminution de la dioxine de carbone.

Que ce prétexte apocalyptique n'endorme pas nos consciences et ne nous empêche pas d'agir.

À QUAND L'ACTION ?

Rue François Miron et rue de Jouy, c'est le désespoir des riverains contre l'irrespect des tenanciers de cafés restaurants. Jusqu'au salon de thé d'une boulangerie qui reste ouvert jusqu'à 23h passées. Son code Naf ne prévoit certainement pas cette activité de restaurateur. Mais qu'importe la loi et les règlementations. Les terrasses ne respectent ni l'horaire ni l'espace accordé par la charte, se moquent des riverains, mais de la Mairie aussi. L'impunité règne en maître des lieux 7/7 jours. La Police dit ne rien pouvoir faire pour l'instant, Dans Ma Rue semble ne donner aucun résultat,la Mairie de Paris Centre a donné des signes positifs par mail il y a plus d'une semaine, mais depuis la situation empire. Est-ce qu'on attend qu'il y ait des conflits graves. Je lis que des riverains ont été agressés par les tenanciers. Moi-même j'ai été extrêmement mal reçue en demandant simplement pourquoi la terrasse ne respectait pas la charte apposée sur la vitrine de l'établissement. Paris va dans le mur. Oui, Pariscide est bien trouvé. S'il vous plaît, n'allez plus en terrasses, n'alimentez plus cette situation gravissime. Boycottez les terrasses, écrivez à votre maire et à son équipe, portez plainte au commissariat, agissez, agissons!!! De grâce, écrire seulement ne suffira pas. Rappelez-vous: ces établissements ont reçu des aides et cela leur a permis de rouvrir contrairement à d'autres entreprises qui ont dû mettre la clé sous la porte, et d'autres secteurs sinistrés.
Rappelez vous: ces établissements sont restés fermés longtemps, car ils ont créer des clusters l'an passé. Ils auraient dû être mis à l'amende. Mais au lieu de cela, on leur laisse la bride sur le cou, et aucune distanciation n'est mise en place sur ces terrasses. Aucun ne prend les coordonnées des clients en cas de déclarations de cas contacts. C'est juste criminel. Agissons ensemble et soyons juridiquement plus forts. "Indignez-vous" écrivait et répétait le regretté Stéphane Hessel, figure de la Résistance

Lettre à Mme Hidalgo,
Madame,

Nous vous avons élue pensant que vous porteriez haut et fort le drapeau d’une ville qui pouvait s’enorgueillir de défendre l’équité et le respect de l’autre.
Vous n’avez cessé de créer des rues où l’espace public devait être un lieu commun de convivialité et vous avez opportunément profité de la crise sanitaire pour « aider » les cafetiers à rétablir leur économie en donnant le droit aux terrasses éphémères.
Aujourd’hui cette générosité laisse apparaître les réelles raisons de vos actions aux accents démagogiques.
Disons le avec plus de limpidité : votre but est de débarrasser Paris de ces voitures et motos afin d’en faire, un centre touristique à gros rendement économique (voir l’exemple des différentes capitales d’Europe)
Aujourd’hui vous êtes dévoilée et l’étendard socialiste que vous porter haut et fort est bien loin d’afficher l’étique du parti auquel vous êtes sensée appartenir.
Malheureusement vos méthodes sont maladroites et vous manquez de pédagogie : les riverains en colère que nous sommes et que vous décevez, ont décidé de ne pas se laisser faire. Et de se faire entendre.
Après nous avoir berné sous de faux prétextes écolos, en profitant de la crise sanitaire, vous avez pérennisé les interdictions de circuler aux véhicules motorisés sur des voies majeures et de dégagement rapide. En contre partie vous favorisez d’autres axes et développez d’autres pôles de pollution.

J’éviterai de citer les nombreux exemples que nous connaissons tous.
Vous élargissez les trottoirs en supprimant toutes les places de stationnements afin de faciliter une circulation plus fluide pour les piétons et en même temps vous défigurez le paysage urbain à grand coup de bornes jaunes dont les voitures et camions n’ont que faire: la majeure partie d’entre elles sont détruites et gisent désormais sur la chaussée. Question : combien nous a couté cette installation éphémère que vous allez maintenant pérenniser par l’installation de barrière définitive en métal ?
Pour finir vous pérennisez les terrasses dites éphémère et les rendez payantes à la rentrée de septembre !
Vous avez mis en place une charte pour les terrasses éphémères que personne ne respecte et vous le savez pertinemment : seul les services de la mairie sont habilités à contrôler et à verbaliser en cas de non respect, mais personne n’intervient jamais (cela se saurait et nous n’aurions pas à nous plaindre autant).
Le bruit et la saleté se sont désormais installés dans notre ville.
Aujourd’hui la coupe est pleine et les riverains ne sont plus d’accord avec vos débordements et vos excès de pouvoir !

Le bilan est bien triste, et à cette crise vous rajoutez la désolation de vos électeurs.
Vous avez, disons le encore, défiguré Paris et fait naitre des ghettos par quartier.
Aujourd’hui chacun vit dans son environnement et ne se déplace plus, et pour cause : difficultés de transports, manque de parking, interdiction de circuler et de stationner etc.
Seuls quelques arrondissements restent convoités car ils sont devenu le centre de la fête et de la beuverie.
Que sont devenus vos projets de convivialité et d’échange ?
Serait-il possible que vous réfléchissiez à un avenir plus clément ?
Je vous en remercie
S.A

Notre ville vendue aux limonadiers, on savait depuis longtemps que c’était l’objectif de cette équipe lamentable mais la catastrophe du Covid lui a permis de se parer des atours de la générosité pour donner le coup d’accélérateur fatal à ce funeste dessein. Cet opportunisme qui profite de cette pandémie est écœurant. Les autres commerçants, dont je suis, eux, peuvent pleurer car n’étant pas dans les petits papiers de la mairie, non seulement ils sont délaissés par cette municipalité mais en plus ils subissent de plein fouet les conséquences de la politique de circulation désastreuse qui s’intensifie.
Quant aux riverains, nous en sommes venus à redouter le deconfinement, c’est dire.
Nous sommes si nombreux, organisés en associations ou pas, à demander par tous les moyens possibles que la mairie cesse de briser ces équilibres subtils de la courtoisie et du partage de l’espace public. Comme des apprentis sorciers, ils déséquilibrent tout et, au son de "Paris est une fête", est organisé un enfer d’incivilité, de désordre, de laideur et d’agitation.
Si l’ intention était peut être louable, leur entêtement à ne pas voir le résultat anarchique de ces actions est coupable. Il est temps maintenant de remette du calme et de la justice dans les décisions, de nous laisser nous circuler, travailler, dormir en paix, de cesser de vendre notre espace commun, nos trottoirs, nos rues aux intérêts commerçants de quelques uns au détriment de tous, d’être plus bienveillants avec les riverains au lieu d’agir contre eux. Nous en profiterions tous.

Je suis bien triste à la lecture des remarques des habitants du quartier quant à la création des terrasses éphémères des cafés et restaurants ; pour certains c’est l’angoisse c’est vraiment regrettable ! dans ma rue du grenier St lazare les clients des restaurants n’exagèrent pas et c’est formidable !
Cela devrait être le cas partout
Peut être que les habitants devraient prendre une part plus active et se regrouper pour faire le service d’ordre, habillés d’une tenue originale non agressive ?


A louer appartement pas cher, premier étage rue J P Timbaud.

Parait que rue de Lappes c'est tranquille, en ce moment, les boites sont fermées

Oui nous sommes désespérés, exaspérés, épuisés... A quand la révolte ?

Bonjour a tous
Très drôle le jeu de mot Pariscide à pleurer..
Je rajoute mon témoignage à ce groupe de parole des insomniaques anonymes.Ca se passe rue du Trésor, même système : occupation de l'espace public vacarme des clients suivi de trainages de tables,pieds de parasols etc..Et ensuite on a droit à des afters dans les appartements .
Quelqu'un travaille -t - il de bonne heure ?? Dans ce cas bon courage !
Sophie'

Il y a des elections dans quelques jours
Malheureusement il faut arreter de tout permettre a l equipe actuelle
Ils ne respectent pas leurs electeurs
Un bon coup de semonce va leur faire comprendre grâce a qui ils sont a la manoeuvre
Fini l idéalisme il ne faut plus croire aux mots et aux discours sans suite

L'idée de la mairie est de faire de la capitale le décor d'une fête permanente, touristique, jeune, à la Barcelone, même si les habitants fuient la ville.
On pourrait appeler ça un Pariscide.

Je me réveille, il est six heures du matin. Elles ne sont pas encore là, mais déjà j'angoisse à l'idée de passer encore une journée rideau clos pour ne pas ressentir l'omniprésence de ces non-invités. Mes vrais amis, eux ne viennent plus, ressentent le malaise, se tiennent inconsciemment hors de visibilité de la rue. Du coup, ils sont collés au mur, n'osent plus s'assoir sur les chaises. Jamais, je n'aurais cru penser cela ; quitter mon appartement que j'adore, voire quitter la ville. À cause de cela, je n'ai pas pu voter selon mes opinions, vais-je devoir voter contre mes opinions, contre elle, la franquiste de l'écologie qui contre toute écoute crée ce magnifique exode urbain.

Moi aussi j'adore les terrasses, moi aussi je suis solidaire de ces pauvres cafetiers même si ma profession est plus impactée que la leur et que j'ai perdu mon boulot.

L'équilibre riverain-loisir a été si long et si difficile à mettre en place. Et là tout d'un coup, on pérennise un rééquilibre temporaire de crise au détriment d'électeurs qui, eux aussi, ont subi le COVID et ne vont pas retrouver leur énergie, leur emploi, leur joie de vivre uniquement en se saoulant aux terrasses.

Pitié, on sort à peine du COVID, madame la maire ne nous pourrissez pas plus la vie...

Partout dans Paris c’est maintenant le même cauchemar… on ne passe plus sur les trottoirs il faut marcher sur la chaussée, des bruits assourdissants de musique, de cris et de rires jusqu’à pas d’heure sur des espaces « privatisés » (sans redevance…), un couvre-feu pas respecté… quadruple peine pour les Parisiens : nos impôts ont aidé les restaurateurs (tant mieux pour eux), la mairie ne loue pas mais offre gratuitement les terrasses jusqu’en septembre (ensuite les terrasses « éphémères «  seront pérennisés sur les trottoirs), notre espace public est squatté… et on ne dort plus la nuit… et on s’étonne que des milliers de Parisiens quittent cette ville chaque année… du fond de son duplex, de sa voiture avec chauffeur ou de ses tournées de campagne électorale Hidalgo s’en fout… cette ville n’est plus gérée, c’est le Bronx…

Paris s'est transformée en capitale de la beuverie, de l'alcoolisme et des nuisances pour tous.
Bravo Mme Hidalgo, c'est une grande réussite.

La mairie accorde à n’importe quel commerçant le droit d’étendre sa terrasse sans se soucier du bruit , en leur permettant d’accroître encore leurs revenus alors qu’ils ont été massivement subventionnés par l’Etat pour la simple raison qu’ils occupent des places de parking.
Voilà transformer le centre de Paris en maxi zone touristique et de loisirs au détriment de ses habitants et de ses travailleurs. Veut-on vraiment faire du centre Paris une seconde Rome ??

Voici un lien vers des démarches utiles :

Terrasse bruyante à Paris : que faire contre les nuisances sonores de terrasses ? | Droit au sommeil PARIS

https://droitausommeil.fr/terrasse-bruyante-a-paris-que-faire-contre-les-nuisances-sonores-de-terrasses

Merci d'entendre notre appel au calme et d'essayé de nous soutenir dans notre désespoir.
Comment pouvons-nous accepter aussi longtemps cette polution du bruit et cette saleté..
Ce soir encore et encore le Saint Gervais battait son plein a grand coup de gobelets en plastic XXL débordant de bière que ces pocherons de service ont vite fait d'évacuer en s'épanchant sur la voix publique. Avant il avaient au moins la pudeur de se cacher, aujourd'hui ils font ça librement comment si c'était un droit
Nous sommes las de nous battre et de n'avoir aucun soutien: même les forces de l'orde n'interviennent plus.
Mme Hidalgo ne pense qu'à expulser les riverains pour agir librement. Elle le payera cher cette destruction.
Qui pourrait nous aider à faire respecter le droit civique et surtout à qui peut-on s'adresser pour que la charte mis en place par la mairie soit respectée.
Merci pour vos réponses

La mairie a privatisé l'espace public au détriment des riverains qui subissent un préjudice lourd. Les nuisances sonores sont devenus insupportables et les bars sont devenus les maitres et nous leurs victimes.

Les services "spécialisés" ? (Lesquels,Combien? avec quelles instructions?) ne rétabliront jamais le calme. C'est une évidence. A. Hidalgo se fout comme d'une guigne des sales bourgeois parisiens surtout qu"en plus les terrasses vont lui apporter un joli petit mago (remplaçant en partie? les parkmètres). Au risque de me répéter : Regroupement, actions juridiques sur tous les fronts et à tous les niveaux. Huissiers, (constatations), "épluchage" du réglement des terrasses par des avocats (nombre de terrasses, surface par rapport à l'établissement(1) etc, droit des maires (étendue, limites), capacité de faire respecter le réglement,etc actions juridiques globales, spécifiques, au niveau administratif français, européen etc ....C'est le SEUL et UNIQUE moyen :Illégalité des mesures, annulation et sanctions.
(1) Dans ma rue 1 café de 30m2 (et encore)occupe la moitié de la rue (Trottoirs face, gauche et droite élargies)).200m2 de terrasse.

Oui nous sommes aussi complètement désespérés: Le Saint Gervais est devenu un des lieux les plus courus de notre quartier, mais pas pour la bonne cause hélas, sans parlé de l'état de la rue des Coutures Saint Gervais après la Bataille : une porcherie à ciel ouvert, où plus personne ne se retient. Les portes d'entrées d'immeubles servent désormais d'urinoirs publics : c'était la rue des chiens, désormais les humains sont pires.
Mais la brasserie le Saint Gervais n'ai pas la seule à inciter à cette débauche, la Pizzeria le Pink Flamingo n'a rien à lui envier.
Que font les services spécialisés pour rétablir le calme ? Même les services d'ordre n'agissent plus contre ces débordements.
S'il vous plait aidez-nous!
Merci

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)