Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Fin des terrasses éphémères : on fait comme si, mais on a du mal à y croire ! | Accueil | La Maison de la Poésie, passage Molière (IIIe) »

13 novembre 2021

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

C’est révoltant car aujourd’hui, à Paris, les personnes faibles physiquement ou psychologiquement, les personnes seules, voient leur mal empiré par l’isolement dans lequel on les abandonne, on pourrait même parler de leur mise à l’écart du Paris festif et cycliste. Sous des dehors « inclusifs » et « tolérant », aucune compassion, aucune délicatesse, aucune justice ne guide la politique actuelle et ne tempère l’idéologie cruelle qui est en marche. Comme disait M.Delanoë, « qu’ils aillent vivre à Rodez », de victime on devient empêcheur de festoyer en rond. Et lorsque l’on est affaibli par la vie, c’est trop difficile à supporter.
Si vous n’avez pas la force de pédaler, si vous n’avez pas d’amis pour aller en boîte, si vous êtes trop triste pour prendre des verres « en terrasse », si vous êtes trop handicapé pour courir un marathon/semi-marathon/10km de Paris etc., si vous travaillez trop pour subir le boucan des terrasses, si vous habitez trop loin pour voir votre famille ou aller au boulot sans voiture… passez votre chemin, vous serez exclu de ce qui fait désormais les canons de la vie parisienne. Et vous serez pointé du doigt comme un déviant.

Triste nouvelle vraiment… on ne sait quoi dire et peut-être devrait-on ne rien dire… Je pensais à lui et à son compagnon lorsque je voyais les attroupements du WHO’s coloniser la ruelle Pierre au Lard… Stéphane ne cochait pas les cases du « propriétaire friqué - hétéro intolérant- vieux râleur », cliché dans lequel les tenants du tout-festif tentent d’enfermer ceux qui souffrent du bruit et osent le dire… Cela n’a pas incité pour autant à une réflexion sur la situation que vivait Stéphane certains de nos édiles et les « professionnels de la nuit ». Il est donc peu probable en effet que le « poids de leur bonne conscience » les amène aujourd’hui à plus de lucidité - voire à éprouver un vague sentiment de culpabilité - persuadés qu’ils sont de vivre pleinement dans leur époque et d’œuvrer positivement et joyeusement pour le bien commun … Difficile comme toujours d’établir un lien de cause à effet, chaque drame est individuel et possiblement motivé par des facteurs que nous ne connaissons pas… On a vu d’autres situations tragiques il y a quelques années rue Quincampoix toutes aussi délicates à commenter. Mais il est clair que pour les personnes de santé fragile, Paris-Centre est devenu un pôle d’exclusion… Un mot sur le « Tango » : c’est sans doute une « fausse bonne idée ». A la fin des années 90, c’était un lieu sympathique – pas « mythique » pour autant comme on le lit partout - qui mélangeait les âges et les genres, où l’on dansait à deux loin de la techno, une maison de « vraie » tolérance… Le concept développé et surveillé par la « taulière » « Madame Hervé » a très bien fonctionné plusieurs années puis s’est peut-être répété et essoufflé bien avant la COVID. De plus en plus d’hétéros qui viennent s’encanailler et la génération Millénium a sans doute moins besoin de cette convivialité. Sa fermeture n’était pas pour autant une bonne nouvelle et, sauf erreur, l’activité du dancing n’a jamais généré de nuisances pour les voisins … Alors le sauver pourquoi pas, mais, une fois qu’on a payé généreusement les 7 Mios EUR, quel projet désormais pour faire vivre ce lieu et avec qui – sachant que son fondateur prend apparemment sa retraite ? Quitte à vouloir démontrer son empressement à « sauver » les cultures communautaires, sans doute aurait-il été plus justifié de sauver « Les Mots à la Bouche » dans le quartier… Libéralisme commercial d’un côté avec les bars et les terrasses, interventionnisme compassionnel de l’autre sans projet et au frais des contribuables… on comprend bien pourquoi la gestion de cette « gauche » (?) ne semble pas prendre à l’échelon national…

Ni le propriétaire du Who's, ni Messieurs Frédéric Hoquart (élu en charge de la nuit à l'Hôtel de Ville) et Brossat, ne pourrons jamais plus se regarder avec fierté dans une glace sans voir apparaître sur leurs épaules les fantômes de Stéphane et Thierry
Que les remords hantent leurs nuits et leur fassent enfin regretter leur non engagements vis à vis des riverains en détresse. Après nous avoir accabler avec les terrasses soit disant éphémères mais à rallonge, sans règle ni respect, ils persistent et signent avec l'horreur.
Quand seront-ils enfin responsables et se rendront-ils compte qu'ils détruisent Paris et notre patrimoine.
Quel gâchis !

"Messieurs Frédéric Hoquart (élu en charge de la nuit à l'Hôtel de Ville) et Brossat ont de quoi méditer". Ils ne méditeront rien du tout. Ils vont juste attendre quelques jours qu'il n'y ait pas de vagues à suivre et ...."the show goes on". Leurs intérêts sont ailleurs.

On ne peut qu'être attristé par cette terrible histoire.
La qualité de vie à Paris s'est considèrablement dégradée ces dernières années et cette triste affaire démontre une fois de plus que l'on ne peut pas compter sur l'administration municipale pour aider les résidents, même quand il s'agit d'un bailleur social.
Il faut croire qu'il y a des lobbies puissants autour de la Mairie.

J'apprécie qu'il n'y ait pas de colère dans votre message. Rien que de la tristesse. Stéphane ne serait peut-être pas d'accord mais la condamnation sourde qui se manifeste aura peut-être plus d'effet sur les consciences de ceux qui n'ont pas réalisé encore que les citoyens ont besoin de calme pour affronter leur existence.

Triste nouvelle. Où sont les mesures indispensables prises par les les élus pour éviter ce genre de drame et quelles sont les réactions des gérants et commerçants du quartier ????

Combien de drames, de vies détruites, de maladies graves en augmentation, faudra-t-il pour qu'on réagisse à la dégradation de la qualité de vie à Paris, à son ambiance délétère de plus en plus irrespirable. Le climat : ce n'est pas juste une question de pollution de l'air. C'est un tout. Le climat à Paris est de moins en moins bon. Paris ne devait elle pas devenir une capitale modèle? A la 61eme position du classement international Forbes, à la 55eme place des villes de France où il fait bon vivre pour l'année 2021, elle peine à faire revenir les touristes vaccinés qui préfèrent aller voir ailleurs, elle fait fuir les familles qui souhaitent mieux, pour élever leurs enfants, que le bruit, l'insécurité et l'agressivité qui gangrènent le quotidien. Mieux vivre à Paris, voilà le challenge à partir de 2022 pour notre municipalité qui devra se rappeler que, si "fumer tue", le bruit, aussi, tue. Tout pareillement, insidieusement. Stéphane et Thierry, en sont malheureusement la preuve tragique. Tous les désordres et dérèglements sont nocifs à la santé, mais aussi à l'image. Quand il fera à nouveau bon vivre à Paris, car oui cela fut le cas et cela peut l'être à nouveau, les touristes reviendront parce que Paris le vaudra bien, à nouveau. En attendant, Stéphane a retrouvé Thierry, et, en leurs noms, nous espérons des jours meilleurs sous le ciel de Paris, où "les gens par milliers
Jusqu'au soir vont chanter
Hum, hum
L'hymne d'un peuple épris
De sa vieille cité", en espérant que oui" à Paname, tout peut s'arranger", comme le chantait Piaf, hier, et ZAZ, aujourd'hui.

Quel désastre!
Mais ni le gérant du WHO, ni aucun responsable de la mairie ne sentira concerné.
Dans cette ville de Paris, si nous faisons face à un problème, il ne faut surtout pas compter sur les institutions.
Qu'il repose enfin en paix.

Qu'il repose en paix. Triste et révoltée de lire ceci.

Quel article dégueulasse. Aucune limite à l’outrance et à ce qu’on appelle chez les gens bien enlevés “la dignité”. Tirer profit du malheur des autres… honte sur vous pauvres merdres.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)