Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Les riverains du quartier des Halles demandent au Maire d'activer sa police muncipale.... | Accueil | Retrait des terrasses éphémères : le Maire de Paris-centre réagit manu militari contre les ultimes récalcitants....! »

08 janvier 2022

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

« S'agissant du vélo, les élus de Paris parlent de "circulations douces".... » Pourquoi pas ?
Il ne faut jamais définir une totalité par les caractéristiques d'une de ses parties, ne pas dire « Le monde est horrible. », mais : « Le monde est beau, mais dans le monde il y a des choses horribles. » Encore une fois vous vous trompez de cible : certes ! c'est intolérable que des vélos zigzag à grande vitesse dans les zones piétonnes, encore plus quand ils blessent une personne. Mais le vélo reste globalement un moyen de locomotion beaucoup moins polluant (sauf les assistés électriques) que les motorisés, et sont plus silencieux ; préférez-vous les pétarades de moto ? Eh oui ! ça demande un apprentissage de vivre dans un environnement calme et serein : regarder des deux côtés avant de traverser (j’ai appris ça enfant, mais je vois peu de personnes le faire), car les vélos sont silencieux, ont-ils tort de l’être ? Perdre cette mauvaise habitude donnée par les véhicules motorisés bruyant, de ne se fier qu’à l’oreille, et utiliser plus ses yeux (sauf les personnes malvoyantes évidemment), sans pour autant attraper un torticolis. Se promener dans un espace public ne sera jamais sans danger : ce n’est pas un salon où l’on cause en buvant une tisane, beaucoup d’évènements inattendus peuvent se produire à tout moment, attention constante, de surcroît quand on croise d’autres cheminements et qu’il n’y a aucun bruit. Un vélo ne peut pas vous voir si vous ne l’avez pas vu : comprendre qu’il ne pourra anticiper vos mouvements si vous divaguez sans regarder autour de vous, et changez de direction de façon distraite sans vous préoccuper des autres usagers, y compris les piétons.

Moi, pauvre octogénaire, j'ai peur pour traverser la rue de Rivoli !

Vélos, patinettes, trottinettes, monoroues (dignes du cirque), planches à roulettes, voire mobylettes et scooters, le tout sur les trottoirs, quand les routes ne suffisent plus (et où, de toute façon, ils ne respectent jamais les feux), sans jamais aucun contrôle (le pire sont les livreurs Über dont il faudrait attaquer la maison mère), tous les jours la boboïtude et l'égoïsme du pousse-toi-de-là-que-j'm'y-faufile TUENT. Après la laideur, Paris devient léthale et le piéton, le sans-lobby, l'ennemi à renverser.
Encore une grande réussite de la mairesse...

On ne nous donne aucun chiffre sur l’accidentologie liée aux vélos… Une transparence digne de l’URSS! Il faut croire que ces chiffres sont très mauvais et bien pires que ceux de l’accidentologie liée aux voitures.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)