Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Un restaurant pas comme les autres : "Le Jackpot", des mets raffinés en "mode tapas" | Accueil | Litige façon Don Camillo entre la mairie de Paris et la paroisse de Saint-Denys rue de Turenne (IIIe) »

04 mai 2022

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

La mairie de Paris a tendu la main aux bars débits de boissons, ils lui ont pris le bras entier, voire plus encore. Pourtant la crise sanitaire COVID de 2020/2021 nous a montré qu’ils ne sont pas des commerces essentiels : aucune personne n’est morte de ne plus être allé momentanément dans un bar.
Si par le passé les débits de boissons animaient les quartiers la journée, ils restaient discrets le soir, mais aujourd’hui ils sont devenus des commerces arrogants, accapareurs, envahissants, calculateurs, opportunistes, profiteurs, rapaces et vénaux, une mafia groupe de pression du commerce du tourisme industriel festif nocturne (avec les boites de nuit), qui ne sont plus que des machines à vendre de la bière (souvent ne servent plus de boissons chaudes le soir), avec pour seul but de faire des profits financiers, et thésauriser pour ouvrir de nouveaux établissements pour contaminer encore plus la ville et la rendre insalubre.
Avant la Loi du 10 janvier 1991, dite « loi Evin » et le Décret n° 2006-1386 du 15 novembre 2006, dit décret Bertrand, imposant l’interdiction de fumer aussi dans les lieux dits de « convivialité » comme les débits de boissons, ces derniers étaient déjà insalubres et n’ont rien fait à l’époque pour protéger leurs clients ; ils le sont toujours aujourd’hui à cause du niveau sonore élevé qu’ils génèrent : les écoles de techniques du son, enseignent que les dangers des niveaux sonores élevés viennent aussi de la duré d’exposition, qui peut causer des dommages irréversibles à organe auditif humain ; hors les bars du soir de l’industrie du tourisme festif, font monter volontairement le niveau sonore en diffusant de la musique pour une simple raison : le bruit oblige la clientèle à parler plus fort, et parler fort donne soif, soit une technique de vente inique et mortifère rendant ces lieux insalubres, dangereux et malsains ; une raison de mauvaise foi donnée par un gérant étant que, s’il n’y avait pas de musique, les personnes entendraient les conversations des tables voisines.
La loi est la même pour tous : « Aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme, dans un lieu public ou privé (…) », Art R1334-31 du code de santé publique.
Cette population de personnes ne recherchant dans ces lieux que le ludique festif superficiel, qui par son petit niveau de conscience adulte égoïste, ne fait aucun cas de la gêne qu’elle occasionne au voisinage, est autant responsable des nuisances sonores générées que les propriétaires ou gérants de ces établissements. Cette population sera la même que les personnes sales et mal polies qui jettent leurs mégots partout où elles peuvent poser un pied.
Si aucune limite n’est mise à ces débordements et ces non-respects de la loi par les autorités républicaines, Paris deviendra un centre commercial à ciel ouvert le jour, et une discothèque à ciel ouvert le soir et la nuit, ce qui aggravera les effets externes de nuisances déjà présents dans ces quartiers monopolisés et privatisés par les commerces opportunistes du festif ludique superficiel nocturne :

- la présence de revendeurs de drogues dont les populations qui fréquentent ces établissements sont consommatrices, la drogue ne touchant malheureusement pas que les jeunes personnes en détresse sociale, mais aussi celles bien installées dans la vie active professionnelle de la partie favorisée de la société, pour preuve la triste aventure de Maxime narrée par sa famille et ses amis dans l’épisode du vendredi 6 mai 2022 de l’émission Les Pieds Sur Terre sur France-Culture : « Une odeur de poudre : Maxime », qui explique entre autres que consommer de la drogue est devenu un phénomène culturel ;
- la dégradation de la qualité de la vie dans ces quartiers qui est une tactique de spéculation immobilière : faire partir les habitants, racheter les biens pour les transformer en locations touristiques, et investir tous les bénéfices dans l'achat/reprise ou création de nouveaux établissements.

L’académie du Climat (ancienne mairie du 4e arr.) avec sa cour centrale transformée le soir en bar avec musique amplifiée, est la plus probante illustration de ce fléau socioculturel.

Il est évident que la Mairie de Paris est complètement dépassée et plutôt (euphémisme) tolérante (euphémisme). Néanmoins lorsque l'on met une mesure en place, la moindre des choses est de s"assurer que l'on puisse veiller à sa bonne application. La seule solution qui lui reste, aujourd'hui, est de frapper fort lorsqu'elle constate le non respect des normes qu'elle a établies (tous les constats des riverains devraient les y aider). Car même si les contrôles sont rarissimes, la fermeture administrative de ceux qui contreviennent devrait amener les autres à plus de réflexion et de modération.

Ce n’est pas possible d’employerun tel vocabulaire merci pour la définition mais les dictionnaires existent venez le 22 mai retrouver saccage paris à 15 h place de l’hôtel de ville ce sera bien mieux que vos sondages qui ne concentrent que ceux qui ne vivent pas cela .

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)