Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Au Vieux Paris d'Arcole, 24 rue Chanoinesse (IVe) | Accueil | L'affaire de la rue Aubriot (IVe) devant la 31ème Chambre Correctionnelle du Tribunal de Paris »

01 avril 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Lorsque le niveau sonore est insupportable, de jour comme de nuit, n'hésitez pas à appeler la police. Ils dresseront des PVs et vous pourrez ensuite demander la fermeture administrative des établissements à l'origine du trouble...

Vu le niveau des loyers dans Paris, il est hors de question qu'on se laisse polluer plus longtemps par le commerce sauvage de quelques cafetiers...

Dans les voies piétonnes du quartier des Halles, il n’y a pas de trottoir et l’interprétation de l’administration est différente. Elle donne des autorisations de terrasses aux cafés et aux restaurants allant jusqu’à plus de la moitié de la largeur de la rue. On se demande dans ces conditions si on peut toujours les appeler des «voies piétonnes». Le critère retenu dans le quartier des Halles, c’est la largeur nécessaire aux véhicules de secours. L’administration procède par soustraction : je prends la largeur de la rue, j’enlève 4 mètres pour les véhicules de secours et je donne tout le reste aux terrasses. Il faut remercier les Pompiers de Paris qui se sont équipés il y a quelque temps de gros véhicules dont l’emprise nécessite 4 m avec les stabilisateurs. Avant, c’était seulement trois mètres.
Si la grande échelle des pompiers tenait sur une Smart, soyez sûr que les piétons devraient se contenter de la largeur de la Smart ! "
Laurent JN

Réponse du 1er avril à Philou, si les 2 roues se garent sur les trotoirs, c'est qu'il n'y a pas assez de place de stationnement , Donc si eles roulent sur les trottoirs comme chaque jour partout dans le centre de Paris, c'est que les chaussées ne sont pas assez larges (:-) Enfin aucune organisme n'analyse les rejets polluants 2 roues motorisées , donc difficile de comparer!
Vous parler d'Italie soyez précis, quelle région ? quelle ville ? Je suis Italien, et je n'ai pas encore vu cela !
Etude faite : un livreur motorisé de Pizzas traversant Paris en Eté , réveille 100.000 personnes !

Merci M. le Maire pour votre position.
Un fourgon de pompiers classique fait 3.20m de large. Si la voie fait 4m cela laisse 40cm de chaque côté. Autant dire pas assez pour un piéton, encore moins s'il a une poussette ou s'il est en fauteuil roulant!
Un véhicule "grande échelle" doit être un peu plus large. Il reste donc encore moins de passage.
Il faut vraiment tirer la sonnette d'alarme sur cet aspect de la règlementation.
Ce nouveau règlement est tout simplement DANGEREUX.

"Philoup" fait partie de ces personnes qui viennent faire du bazar sous les fenêtres des autres et rentrent ensuite dormir chez eux où ils sont bien tranquilles.Trop facile de faire la morale aux autres.Vous savez ce que c'est d'être empéchés de dormir??
Gnafron

C'est drôle, ce petit côté "insulaire" de certains quartiers! Dès que leurs rues deviennent vivantes, qu'il y a du monde, qu'on essaye de lutter contre le métro-boulot-dodo, que l'on peut prendre du plaisir à y vivre, à y échanger avec les autres, ça râle comme des vieux aigris! Que diable! Profitez-en pour faire isoler vos fenêtres et vos appartements, n'avons nous pas un grand et beau "Grenelle" pour ça? De plus, vous oeuvrerez pour le bien commun de la Terre en faisant des économies d'énergies. Heu! Sinon, pour les deux roues sur les trottoirs, c'est parce qu'il n'y a pas de Parkings dignes de ce nom pour eux. Allez donc passer vos vacances en Italie, dans les vieilles villes, vous n'y verrez aucun deux roues mal garé. Par contre vous y verrez des rues entières réservées à leur stationnement. Un citadin en deux roues est deux fois moins encombrant et pollueur qu'un citadin en quatre roues. Suffisait d'y penser...

Sur les trottoirs il y a aussi énormémement de deux roues motorisées, et encore plus à proximité des terrasses !
On en vois meme maintenant retirer de l'argent aux distributeurs sans descendre de leurs motos !

En réponse à nos protestations, la Directrice de l'Urbanisme nous répond et nous rassure (en partie). Voici son message :

"Nous allons introduire les 3 modifications dont nous sommes convenus en réunion :
- mention explicite de l'avis de la PP ; (préfecture de police - NDLR)
- déduction des "bateaux" dans le calcul du 1,60 ; (mètre -NDLR)
- mention explicite du fait que les chartes sont plus restrictives que le règlement général. (car le contraire était possible ! - NDLR)
Cordialement
Elisabeth BORNE"
Directrice de l'Urbanism(NDLR)
Mairie de Paris (NDLR)

Il reste encore ouvert le cas des rues piétonnes, dont nous avons parlé.
Gérard Simonet

Lorsque je passe avec mes enfants sur des trottoirs étroits (moins d'1m50) et occupés par des terrasses et des consommateurs jambes croisés en forme de croche-pied et que mes enfants se prennent dans leurs pieds, qui se fait engueuler? Mes enfants (et moi au passage). Réflexion d'un client: "vous ne pouvez pas marcher ailleurs que sur mes pieds?" "Euh... Si sur le trottoir mais il est occupé par les tables, les chaises, le porte-menu, le chevalet et vous..." Qui n'a pas vécu d'anecdote similaire?
La circulation des piétons devient de plus en plus en plus difficile à Paris, alors que c'est le PREMIER mode de déplacement!!! L'argument que le Maire des Paris a appliqué pour réduire la pression des voitures était: les bus transportent plus de personnes que les voitures donc donnons plus de places aux bus et moins aux voitures. Bravo! Imparable! Pourquoi ne pas appliquer ce même principe aux piétons qui sont quand même plus nombreux que les cafetiers et leurs clients?

Que dire de cet "ilot terrasse" implanté devant la fontaine à l'angle de la rue des Haudriettes et de la rue des Archives ? Il est très difficile de passer car à cela s'ajoute les poubelles et les jardinières. Cette brasserie possède déja une importante terrasse le long des deux côtés de son établissement. Pourquoi faut-il que , dès qu'il y a un espace libre, on se croit obligé de l'encombrer. Il va falloir surveiller le salon de thé nouvellement ouvert sur la place de Thorigny (La Petite Place), qui , le dimanche aurait lui aussi tendance à déborder ....

Consternant...Quelqu'un parlait de déni de démocratie ? Je n'ose qualifier le comportement du Maire de Paris, qui se surpasse dans tous les domaines...Non fluctuat : xxxxxx (censuré ! par la rédaction)

Je soutiens et apprécie tout à fait votre démarche sur les terrasses en zone piétonne et confirme que c'est la porte ouverte aux abus:

J'en veux pour preuve le cas de l'angle rue des Rosiers / Rue des Ecouffes avec une boulangerie qui, depuis que la rue a été pavée (et rendue piétonne le dimanche après midi seulement!) n'en finit pas de rajouter des tables, puis des parasols, puis des tentes avec chauffage, en débordant maintenant sur la rue des rosiers.
Tout cela se fait en finesse, très discrètement, petite avancée après petite avancée mais le constat est là, observé tous les jours (et photos à l'appui).

Cette boulangerie a ainsi augmenté sa capacité de tables en quelques mois sans débourser un euro en immobilier!!

Proprement scandaleux.
Sophie

Pour ceux qui disent que la sensibilité au bruit est affaire de génération (VlM) :

"Je suis étudiante à Lyon. J'étudierai certainement l'année prochaine à Paris. Je suis en train de choisir des résidences du CROUS, mais m'interroge sur leur situation, surtout sur le risque de nuisances sonores qui m'inquiète beaucoup, car je devrai vraiment étudier l'année prochaine. Pourriez-vous me dire si je serai susceptible d'entendre du bruit de ces résidences, situées 8 rue rollin ( 5ème), 24 rue bonaparte ( 6ème), 41 rue tournefort ( 5ème).
Merci beaucoup de vos conseils.
Cordialement,

Oui, sur le plan juridique, c'est indéniable, l'absence de mention de la préfecture de police, en comparaison du règlement précédent, risque de faire jurisprudence et alors bonjour les dégâts ; il est dommage qu'au nom de l'aspiration légitime à un surcroît de liberté au bénéfice de la ville, des élus et leurs représentants en viennent, obnubilés par les revendications des épiciers de tous acabits et cafetiers de toutes sortes, en viennent à oublier les habitants, piétons ou riverains, leurs électeurs, véritables animateurs de ce quartier historique... qui ne pourra continuer durablement à attirer un tourisme national et international de qualité que si l'on évite le luna parc avec tous ses ... débordements (horaires et terrasses comprises)..

Plût à la Raison que Monsieur le Maire de Paris n'oublie pas, même un instant, quand il signera le décret de son nom, que ses hautes fonctions dans la Ville Lumière ne sauraient se confondre avec celles de feu le Prévôt des marchands...

Et dire que la Gauche se veut le défenseur des services publics !!Non elle défend les "pourvoyeurs" de fric!

On pressent que les habitants ont été roulés dans la farine.
C'est une sensation désagréable.
Monsieur Delanoë, au secours !!!
Vivre le Marais !

Message de "Vivre Paris !" à la directrice de l'urbanisme, Mairie de Paris :

Nous sommes stupéfaits de ce que nous apprenons de la part de la préfecture de police.
Quand nous vous avons demandé de maintenir, dans le règlement, l'obligation de demander l'avis motivé du Préfet de police pour toute dérogation à la règle du tiers, vous nous avez constamment répondu que cela n'avait pas à figurer dans le règlement puisque c'était obligatoire. Voilà le résultat : comme cela ne figure pas dans le texte, la Préfecture ne se sent plus concernée.
Nous vous demandons instamment de réintroduire cette mention dans le texte, ainsi que la référence à l'avis des maires d'arrondissement, car nous voulons être sûrs que les mêmes acteurs qu'aujourd'hui seront consultés en cas de demande de dérogation, et nous voulons que l'obligation de cette consultation soit connue aux yeux de tout un chacun, ceux qui doivent la solliciter et ceux qui doivent y répondre. A défaut, ce nouveau règlement marquera le triomphe de "l'arbitraire" si chaudement défendu par Mme Cohen-Solal lors de la réunion du 08/10/10 : "Je trouve que c'est dommage d'encadrer la Ville [...] Maintenant la Ville peut faire ce qu'elle veut. C'est beaucoup plus difficile de faire de l'arbitraire quand il y a un règlement" (nous tenons l'enregistrement de cette réunion à votre disposition).
Je vous prie instamment d'avoir l'amabilité de répondre à ce message ainsi qu'au précédent.
Bien cordialement,
Elisabeth Bourguinat
"Accomplir"
Membre de "Vivre Paris !"

J'ai eu un entretien hier soir, en marge d'une réunion publique dans le 10e, avec le Directeur de Cabinet du Préfet de Police.

Son sentiment est que, selon le nouveau règlement, la préfecture de police n'est plus concernée et n'a plus à donner d'avis concernant les emprises sur le domaine public à Paris.

Cette position a été réaffirmée, en public quelques instants plus tard, suite à une question d'un participant excédé par les dépassements des terrasses.

J'ai indiqué que nous allions lui demander de préciser, par écrit, son interprétation du règlement sur ce point.

La communication du Maire au Conseil de Paris ne mentionne l'avis du préfet de police que dans le cas de contre-terrasse sur chaussée et à la fin d'un paragraphe consacré aux chartes locales (page 3). Le règlement, lui, n'en parle pas.

On peut redouter que le préfet de police ne rende un avis QUE dans le cadre des chartes locales, laissant l'attribution des terrasses " hors tiers " à l'absolu arbitraire de la Mairie de Paris.

Laurent Jeannin-Naltet
Les Droits du Pïéton
Membre de "Vivre Paris !"

Ces précisions sont INDISPENSABLES si l'on veut que les piétons puissent continuer à se déplacer sans se faire renverser. D'ores et déjà, il est difficile de progresser sur les trottoirs encombrés de notre quartier: entre les touristes flâneurs, les potelets anti-stationnement, les poussettes, les terrasses débordantes (ah, la troisième personne qui pousse son fauteuil pour être plus à l'aise), je me retrouve bien souvent sur la chaussée afin de pouvoir progresser.
N'oublions pas que les piétons sont surtout des habitants du quartier, et qu'ils subissent l'accumulation des nuisances tout en payant l'essentiel des impôts. Quoiqu'ils parlent moins fort que les tenanciers de cafés, espérons que M. le Maire les entendra...

Le règlement doit tenir compte des piétons, ET aussi des riverains dont le sommeil devient impossible. Imaginez-vous pouvoir dormir au 1er étage de l'immeuble pris en photo ci-dessus ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)