Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« La rue Barbette (IIIe) potentiellement sinistrée ? | Accueil | Le Maire du IVe convie les riverains à une réunion d'information sur la restructuration du multi équipement Saint-Merri »

12 mars 2016

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Toute information sur l esquive serait la bienvenue
Location temporaire de locaux. Réseau ? Motus et bouche cousue pendant deux semaines
Suivi de la réouverture... À suivre

Deux poids, deux mesures, c'est tellement évident, si le SOMA a été fermé pour 2 semaines, c'était vraisemblablement justifié: alors quid des autres établissements dans les III et IVème qui, au moins, dérangent autant les riverains, si ce n'est pire. On constatera que ces derniers ne sont JAMAIS l'objet d'aucun contrôle!


Jean-François Bayart

Fermetures administratives des établissements bruyants : deux poids-deux mesures

Le SOMA, restaurant japonais du 13 de la rue de Saintonge, dont l’ouverture avait suscité l’inquiétude et l’opposition des riverains, a en effet été fermé par la Préfecture de Police, du 24 février au 10 mars, pour tapage. Ce qui n’a nullement dissuadé sa direction de se délocaliser dans un local éphémère, quelques dizaines de mètres plus loin.
Deux questions viennent à l’esprit naïf que je suis.
1) Cette délocalisation, sous forme de provocation, était-elle légale ? J’en doute. Le local éphémère n’a vraisemblablement pas fait l’objet des contrôles réglementaires en matière d’hygiène publique auxquels sont assujettis les établissements de restauration, sans même parler de leurs obligations fiscales.
2) Pour avoir été frappé d’une telle sanction administrative, rarissime, le SOMA a certainement dépassé les bornes du tolérable par les riverains. Cela étant, le passant régulier que je suis n’a jamais constaté dans cette portion de la rue de Saintonge le dixième des nuisances que provoquent des établissements comme le Saint-Gervais, au coin de la rue des Coutures-Saint-Gervais et de la rue Vieille-du-Temple, La Perle, au 78 de cette même rue Vieille-du-Temple, ou encore les terrasses entourant le Carreau-du-Temple – débordements qui ont suscité de nombreuses plaintes de la part du voisinage. La Perle, prise en flagrant délit de violation de la législation réprimant l’ivresse publique lors de la pitoyable affaire Galliano, n’avait même pas été fermée un seul jour, alors qu’elle occupe indument l’espace public soirée après soirée et que sa clientèle avinée engendre un tapage insupportable dès que le temps devient clément. Son propriétaire s’est même vu accorder, l’année dernière, par la Préfecture de Police, un permis de nuire sur toit au 4 de la rue des Quatre-Fils, en dépit de l’opposition de la Mairie d’arrondissement. La fermeture administrative du SOMA, certainement justifiée, donne ainsi à penser que la Préfecture de Police pratique le deux poids deux mesures, quand bien même la Constitution garantit l’égalité devant la loi.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)