Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Signature de la "charte des bons usages de la rue des Archives" en présence de la Maire du IVe | Accueil | Don Giovanni au Latina »

28 mai 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Il FAUT les appeler (01 42 76 13 00)et c'est inexact de dire qu'ils ne viennent jamais. Ils viennent au contraire souvent mais vous ne constatez pas forcément leur passage.
N'hésitez pas à nous décrire votre problème avec plus de précisions.
VlM

Que dire, si ce n'est que les policiers du 3ème arrondissement sont extrêmement mobilisé dans la journée pour verbaliser les automobilistes pour défaut de paiement du stationnement.

En revanche le soir je ne les vois que très peu dans les rues. Dès lors on ne s'étonnera pas trop que de nombreux abus soient constatés le soir dans nos rues.

Il m'est arrivé des les contacter quelque fois en leur demandant de bien vouloir calmer un tapage nocturne (2 heures ou 3 heures du matin quand même, je ne les déplace pas pour rien). Et bien, jamais ils ne sont venus.

Qu'en penser ?

Tout ceci me rappelle le différend qui m'a opposée à l'exploitant du bar installé en bas de chez moi, dans mon immeuble, qui bénéficie d'une autorisation d'ouverture de nuit dont il se sert pour transformer son établissement en boîte de nuit. J'en ai demandé la communication (j'ai dû passer par la CADA pour cela) et j'ai été à cette
occasion plus qu'étonnée de constater que cette autorisation ne mentionnait
aucune restriction en ce qui concerne la diffusion de musique, autre que celle de ne pas gêner le voisinage.
Après avoir en vain tenté de régler la situation à l'amiable, j'ai fait appel au bureau d'action contre les nuisances de la préfecture de police (01 49 96 35 06). Là, a commencé un processus incluant la prise de mesures acoustiques permettant de constater et de mesurer les émergences sonores, suivie de l'injonction délivrée à l'exploitant de faire
réaliser une étude d'impact. Puis, au vu des résultats de cette étude, une autre
injonction a été délivrée à l'exploitant, aux fins cette fois de le contraindre
à faire réaliser les travaux préconisés par l'étude. Je dirais pour l'instant, le résultat, récent, est assez satisfaisant
en ce qui concerne les nuisances occasionnées par la diffusion de musique à
l'intérieur de notre immeuble. Tout cela pour témoigner de l'efficacité réelle et de la qualité des interventions du bureau d'action contre les nuisances et bien sûr aussi, pour apporter un peu d'espoir ! Cela dit, je demeure prudente
pour la suite, et il me semble que la solution vraiment idéale serait
d'interdire à des établissements qui ne sont effectivement pas des discothèques et qui n'en ont pas l'infrastructure, de diffuser de la musique surtout la nuit et bien sûr de soumettre cette
autorisation de diffusion à un contrôle drastique et préalable de leur installation acoustique et de l'environnement. On en est loin.
Claire U.

0n pourrait ajouter à ces points chauds le Darling, au coin de la Rue du Grenier St-Lazare et de la Rue Beaubourg: généralement calme dans la journée et le soir, il s'anime en fin de semaine, pour des soirées qui se prolongent parfois jusqu'à 9h du matin (le record)
et qui bien sûr se déroulent au son d'une musique disco pas nécessairement tonitruante, mais dont les basses font vibrer les murs des riverains. Et bien sûr, on profite des habituels fumeurs sur le trottoir...
J'ai téléphoné au commissariat qui est tout près, sans savoir le résultat de ma démarche, et je serais curieuse de savoir ce qu'en pense M. Millot...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)