Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Dernière annonce des "Moments Lyriques du Marais": concert "Opéras et Mélodies" vendredi 18 juin en l'église des Blancs-Manteaux ! | Accueil | Pérennisation des terrasses éphémères : désarroi des habitants face à l'anarchie ambiante.... »

13 mai 2021

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Je crains que Paris ne devienne une ville de la "soif", de la "bouffe" et de la 'fringue' livrée a des 'utilisateurs' peu respectueux.

Je rajouterais que cela est une forme de favoritisme puisque ceux/celles qui habitent dans le périmètre interdit verraient la pollution, le bruit des véhicules diminués et les autres en subiraient davantage ; tout cela pour une fallacieuse excuse qui en réalité ne sera mis en œuvre que pour la satisfaction d'une poignée de personnes imbues d'elles mêmes.

J'adhère à beaucoup des commentaires précédents. Quand on voit le plan de la "zone apaisée" diffusé par la Mairie, limitée au nord par les grands boulevards et au sud par le boulevard Saint-Germain, on a plutôt l'impression que l'on va se retrouver en résidence surveillée, avec un personnel (au pouvoir juridique douteux)contrôlant votre identité à l'entrée, comme on le constate les dimanches de "Paris respire". Les résidents ont le droit de rentrer chez eux, mais ils ont aussi le droit d'avoir la visite de famille et d'amis, qui peuvent avoir besoin d'un véhicule automobile. Avec cette municipalité, on n'est pas près de sortir de cette obsession des attestations et des laissez-passer, lancée par l'actuelle pandémie. Sauf à faire du centre de Paris un vaste quartier de la soif, avec les nuisances qui vont avec, et sans habitants. Avec en prime le massacre de l'espace public, déjà entamé, à coup de terrasses-bidonvilles, de plots en plastique et béton, et d'envahissement de toute sorte des trottoirs. On peut craindre le pire de la démarche "embellir votre quartier", lancée simultanément, quand on voit les aménagements récents de l'espace public réalisés par la mairie.

Aucune concertation réelle mais un simulacre, comme d’habitude, dont notre équipe municipale de choc ne gardera que ce qui va dans son sens.
Les idioties qu’ils se préparent à faire, contre l’avis des habitants qui sont quand même les premiers concernés et qui devraient être le centre de leurs préoccupation au lieu de n’être qu’une variable d’ajustement ou, pire, les empêcheurs de festoyer et de bétonner en rond, ces idioties donc, ont été faites dans nombre de villes il y a des années déjà, et les ont tuées. Allez à Dubrovnik, ville de bistrotiers et de tourisme de masse, et vous m’en donnerez des nouvelles, regardez les manifs à Barcelone ou à Palma, d’habitants excédés par l’artificialisation de leur ville uniquement orientée vers la fiesta et les touristes.... et en plus Madame le maire a le toupet de se plaindre de la multiplication des Rbnb, alors que toute son action ne fait que les multiplier en nous rendant la vie impossible, en nous faisant fuir et en faisant de nos quartiers des coquilles inhabitables.
Pour résumer nous habitons désormais une ville surendettée, où se développe la délinquance, sale comme un peigne, aux aménagements laids et négligés, qui va être transformée en salle à manger permanente et où il est impossible de se déplacer, de travailler et de commercer.
Cette gestion de Paris nous mène à la catastrophe, comment pouvons nous réagir autrement qu’en déménageant?

Bravo Eliabeth.
En peu de mots et avec le style de qui on sait, tout est dit.
Pierre MERLIN

Le recours aux « uber « permettaient de pallier en partie l’impossibilité de circuler avec sa propre voiture. Désormais, seuls les taxis traditionnels peuvent continuer à circuler partout.
Pas de voiture personnelle, soit. Mais pas de possibilité de se déplacer à un prix abordable, cela devient compliqué de vivre à Paris...

Touffu et surtout diffus !
Le Grand Discours final du Balcon de l'Hôtel de ville est en cours:
Paris terrassé,
Paris vidé,
Paris désenchanté,
Paris lobomotisé,
Paris relooké
Mais Paris libéré, libéré de sa vraie France, sa France éternelle.
(NB : Finalement, un peu revisité, ça sonne encore bien, même (surtout) pour la nouvelle Gauche)

Un survol rapide de ce "chat" qui ressemble plus a un marché ou tout le monde essaie de vendre sa salade ; prouve une fois de plus que les aménagements sur la circulation faits par la municipalité actuelle sont faits n'importe comment et entravent plus la circulation des parisiens, de ceux qui doivent travailler dans la capitale qu'autre chose.

Ne parlons pas également du fait qu'absolument rien n'est fait pour mettre en place une possibilité aux propriétaires de véhicules venant soit visiter soit travailler sur Paris en matière de stationnement a l'extérieur de la capitale .

Ce qui est sur, est que les communes limitrophes ne vont pas apprécier la plaisanterie de voir leur ville encombrée de véhicules garés n'importe comment, une saturation de leur réseau routier et des habitants ne pouvant circuler librement dans leur propre ville, tout cela a cause de municipalité de BOBO ECOLO qui ne voit le déplacement que par l'utilisation du vélib - électrique (pédaler c'est trop fatiguant).

Quand comme le décrit une des personnes participant a ce "chat" que pour traverser la place de la Bastille un bus met pratiquement 20mn pour le faire, je n'ose imaginer ce qui se passe du coté de la place de l'Opéra, de la Place Clichy aux heure de pointe ; habitant porte Saint Denis,le croisement Boulevard de Sébastopol - Boulevard Saint Denis est devenue un enfer a traverser du fait :
1° de la mise en double sens des grands boulevards depuis l'arrivé de Mme Hidalgo a la mairie de Paris.
2° du rétrécissement de ces même grands boulevards par la mise en place d'une piste cyclable dans les deux sens protégée par des plots en béton, réduisant de ce fait les possibilités de circulation, ne parlons pas des livreurs qui doivent impérativement stationner le long de la piste cyclable et uniquement dans le sens république - Opéra , résultat ces mêmes livreurs perdent un temps fou pour livrer les commerces ce trouvant de l'autre coté des Grands boulevards, rien que pour le Monoprix porte St Denis ce sont des dizaines de palettes tout les jours , imaginez la perte de temps et le foutoir que cela met.
Auparavant il ce mettait juste devant et en peu de temps livrait sa marchandise et repartait .

Il est certains que dans l'ensemble de la capitale c'est le même problème qui gêne autant les livreurs qui ne veulent qu'une chose, livrer rapidement les clients pour rentrer au plus vite au dépôt, que les habitants qui sont bloqués du fait des livraisons.

Les villes qui ont mis leur centre ville totalement piétons , ont vu ce dernier mourir a petit feu, même les habitants ont fui faute de trouver un commerce ouvert ne serait-ce qu'un boulanger.

Certes l'automobile est envahissante mais avec plus de concertation, d’aménagement permettant un stationnement en sous sol (des parcs de stationnement souterrain ont été fermés et transformés en lieux d'activité économique comme des champignonnière par exemple), on peut tranquilliser la surface en ré-ouvrant les parcs souterrains pour les riverains en priorité .
Actuellement ce n'est plus l'automobile qui pose problème mais c'est la prolifération anarchiques de vélos en libre service sans station , les scooters et moto, les travaux qui ne sont ni commencés (balisage en place) ni finis (trou fait mais non rebouché), la prolifération des blocs de béton sur la voirie avec son copain le plot jaune.

Le #saccageparis montre bien le problème actuel de l'aménagement anarchique de la capitale par la municipalité Hidalgo , ainsi que le non entretien des aménagements existants (plus de sous dans les caisses, sauf pour les C*****es ).

On est vraiment en droit de ce demander si il ne faut pas un 1789 Parisien pour mettre fin une fois pour toute a la destruction de cette ville par la municipalité.

Je m'excuse de ce long post, mais il fallait que cela sorte.
Je m'excuse également pour les éventuelles fautes d’orthographes.

A la lecture chronologique des débats, on constate que les riverains n'ont eu de cesse de souligner la dérive de Paris Centre vers une mono activité bistrotière, qui va s'accentuer avec la piétonisation et l'extension sans limite des terrasses. Les habitants ne peuvent plus dormir ni même vivre normalement. Aucune réponse n'a été donnée à ces inquiétudes légitimes. Entre le tiroir-caisse des restaurateurs et la qualité de vie des habitants, la mairie a visiblement choisi. Grave erreur. L'attraction d'une capitale ne provient pas d'un haut niveau de décibels nocturnes ni de tonneaux de bière dans les rues, mais de la beauté du patrimoine, du raffinement de ses commerces, de sa vie artistique et intellectuelle. Or Paris est lamentablement bradée aux bistrotiers.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)