Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Devantures : provocation puis ... politique du pire ? | Accueil | Bienvenue au "tricycle urbain de proximité" (Trip'Up) »

14 mars 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Le Marais comme le quartier des Halles ou du Sentier, parties anciennes et historiques de Paris souffrent des mêmes malheurs.
Circulations de mobiles à moteurs thermiques (autos et motos) excessives et anarchiques, en violation avec les règles du Code de la Route, et aussi des Arrêtés pris par la Ville de Paris.
De l'occupation indue de l'espace public par les commerçants qui utilisent une grande partie de celui-ci gratuitement pour accroître leur chiffre d'affaire, et donc leur bénéfice.
de la présence de devantures de commerces, en activité oui pas, qui sont de véritables agressions vis à vis du patrimoine architectural de ces ensembles de quartiers historiques.
Tout cela, parce que les règlements et lois en vigueur ne sont pas respectées mais aussi, et surtout parce qu'aucune autorité ne fait son travail de surveillance et de répression.
Si les deux roues, motorisées ou non, circulent sur les trottoirs en toute impunité, c'est bien parce que la police n'est pas efficiente.
Si le stationnement est abusif, c'est encore parce que cette police ne s'en occupe pas suffisamment.
Si les devantures sont ce qu'elles sont, c'est parce que les services de la surveillance de l'architecture parisienne s'en désintéresse.
Si les terrasses et étalages envahissent les trottoirs, au point que les piétons doivent descendre, à leur risque et péril, sur la chaussée.

Aucun aménagement n'est nécessaire pour ces quartiers, il suffit d'exiger que les règles soient respectées.

Bonjour,
Les plans rue Perrée et Dupetit-Thouars sont intéressants. Pour ce qui est des projets, manquent deux choses :
- une, mineure : par l'absence d'indication du nom des rues sur les plans, on a du mal à s'orienter ;
- l'autre, majeure : l'explication du coût.

Accessoirement, sur le plan, c'est le sport qui est en sous-sol ; dans votre article, c'est l'auditorium : quelle sera la réalité ?

Comment peut-on passer de 30 millions à 45 il y a deux ans, et à 60 aujourd'hui ? Et ce, avant tout début de travaux ; autant dire qu'en fin de comptes, on sera plus près de 100 que de 50 !
Bien sûr, le Maire de Paris augmente les impôts fonciers en 2009 ; et en crée au titre du département, pour tenter de masquer une partie de la hausse…

Je suis d'accord que le projet ne manque pas d'allure, MAIS n'importe quelle ménagère s'obligerait, par les temps si difficiles qui courent, à réduire considérablement sa dépense. Il faut obtenir cette réduction, et, pour commencer, avoir des autorités compétentes une décorticage des devis : la démocratie participative a du bon, surtout quand on vous demande votre avis une fois qu'un projet est chiffré valablement.
Michel Baillon

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)