Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« L'agence "Beaubourg Immobilier" (IVe) laisse sa place à une "affaire en or" | Accueil | Big is beautifull ! Une enseigne démesurée rue Michel le Comte »

29 avril 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

J'habite à l'intersection de deux rues très passantes, avec 4 lignes d'autobus qui passent sous mes fenêtres. J'ai, bien entendu (c'est le cas de le dire), des doubles vitrages.
Tableau du bruit: Dès 6h. du matin, la circulation s'intensifie. Ce qui domine: les camions, les deux roues dont les redémarrages au feu vert sont toujours bruyants. Bruit de circulation constant mais supportable jusque vers minuit. Toute la journée, les sirènes d'ambulances, de pompiers et de police déchirent le fond sonore. De minuit à 6h. du matin, la circulation diminue, mais le relais est pris par les noctambules. Les pigeons ne semblent pas avoir élu domicile dans mon voisinage, mais, ô divin moment, j'ai droit au lever du jour à un concert de petits oiseaux qui nichent dans les arbres proches... Je pourrais évidemment aller habiter la campagne, mais j'y aurais droit au chant du coq, beaucoup plus dérangeant que celui des pigeons. Tout cela pour dire que les mesures envisagées dans l'article vont dans le bon sens en réprimant ou limitant les nuisances les plus fortes (2 roues, klaxons, sirènes) mais qu'il ne faut pas oublier les bruits de voisinage (noctambules, boîtes de nuit). Bon courage pour continuer à présenter le point de vue des parisiens.

[désolée pour ce presque hors-sujet]
Il existe en effet quelques édicules (en fait je n'en connais qu'un seul, situé rue Réaumur), mais apparemment ce système ne fonctionne pas bien, car force est de constater qu'il y a de plus en plus de pigeons à Paris.
Malheureusement certaines personnes les nourrissent, ce qui a mon sens devrait devrait lieu à verbalisation. Ainsi chaque jour je constate rue du grenier Saint Lazare de la mie de pain versée sur la chaussée à leur attention.
Heidi, j'adore les oiseaux. Les merles, les mésanges, les petits roitelet. Mais je vous assure que le roucoulement incessant de pigeons dès 6 heures du matin sous mes fenêtres, sans parler de leur crottes, j'ai beaucoup de mal.

A propos des pigeons, une réponse tout de même : la mairie semblait s'en préoccuper avec la décision d'implanter des pigeonniers où les oeufs étaient stérilisés, de façon à réduire voire éradiquer cette population d'oiseaux pas très agréables et nuisibles à la santé publique.
Dans la réalité, on ne voit pas ces édicules arriver. On peut se demander si chacun ne cherche pas à s'en débarrasser sur le voisin ...
On va essayer d'éclaircir le sujet
VlM

Oui cela devient intolérable.
Dans certains pays, les motos en ville, moins puissantes, sont à motorisation électrique silencieux (Chine par exemple) comme les voitures de police en ville ou parcs également électriques. Autre pollution sonore, la police. Leurs sirènes sont beaucoup plus puissantes. Il faut imposer un autre système avertisseur plus doux et aussi efficace existant également dans d'autres pays. La législation n'étant pas respectée, il faudra peut être verbaliser.
La mairie de Paris doit prendre des initiative dans ces domaines.

Le commentaire de Catherine fait rêver.Quand on n'est plus dérangé que par des oiseaux,on est proche du paradis!
heidi

Merci pour ce compte-rendu qui nous redonne un peu d'espoir...

Je trouve néammoins que l'espace consacré dans cet article aux klaxons des voitures est très disproportionné par rapport aux nuisances sonores causées par les deux roues et par les services d'urgence : pour ces derniers, avertir est nécessaire, assourdir inutilement est superflu et très agressif ; des gyrophares seraient largement suffisants, sauf pour les non-voyants pour lesquels un avertissement sonore plus grave et moins intense serait tout à fait satisfaisant...

C'est idiot, mais le bruit qui me dérange le plus en ce moment est celui des pigeons. Il y en eut un d'abord, puis deux, et maintenant trois dans ma rue.
Dès 6 heures du matin, lorsque le jour se lève, ils commencent à roucouler sous mes fenêtres.
Ce bruit est infernal. Je vous jure que je n'en peux plus.
Rien n'est-il fait pour y remédier, à part les cabanes à pigeons qui, apparemment, ne fonctionnent pas ?
Il me semble qu'il s'agit là d'un nouveau fléau à Paris.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)