Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Nouvelle visite guidée : l'histoire des Compagnons du Devoir et du Tour de France | Accueil | Début douloureux pour Autolib rue de Bretagne : station vandalisée, avant même sa mise en service ! »

04 novembre 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

La position de l'association de sauvegarde du Paris Historique est la même que celle de la Commission du
Vieux Paris.

D'autre part, nous vous informons que l'Architecte des Bâtiments de France a bien reçu le dossier de la demande préalable pour l'installation de l'ascenseur dans un escalier XVIIIème siècle. Nous attendons son avis.

Nous constatons depuis plusieurs années que les demandes d'installation
d'ascenseur ont augmenté. Elles résultent d'un aspect, non négligeable, que l'on ne peut pas ignorer à savoir que les occupants de bâtiments
anciens et classés vieillissent et demandent en conséquence un confort
d'accès à leur appartement, pour ne pas être obligés de partir. Qui pourrait refuser ce confort à des personnes âgées ?

Un vrai débat est demandé depuis plusieurs années sur ce problème d'ascenseur. Des alternatives pourraient être trouvées : installation
de petit ascenseur qui ne viendrait pas dénaturer une cage d'escalier ancienne, l'installation sur cour, quand cela est possible, le ou les propriétaires pourraient également laisser un peu de surface de leur
appartement pour permettre l'installation...

On peut espérer que ce débat viendra un jour prochain avec les différents acteurs concernés par ce problème.

Cordialement,
Françoise Amsallem
Association de Sauvegarde du Paris Historique

Et, à mon avis, la rampe sera conservée moyennant un petit travail de serrurerie d'art. C'est pourquoi je pense que Mme Sophie Hyafil devrait finalement donner son accord.

Ils réduiraient la largeur de l'escalier.
VlM

Il me semble que même lorsqu'on installe un ascenseur il faut AUSSI UN ESCALIER.
Comment feraient-ils ?
En tout cas, la question de propriété individuelle et de patrimoine collectif est bien posée, une fois de plus.

Araxie

Pour ceux que cela intéresse, je signale l'excellent ouvrage récent: ESCALIERS PARISIENS sous l'Ancien Régime (Editions d'Art SOMOGY 57, rue de la Roquette). Il mentionne page 232 "2, rue du Pas-de-la-Mule maison à porte cochère (escalier b) typologie: arcade" quand tout ou partie de l'escalier est à l'ISMH (inventaire supplémentaire des monuments historiques -NDLR) et a fortiori classé, c'est indiqué. Ce qui n'est pas le cas ici, mais je suis d'accord avec Vivre le Marais, l'ABF a autorité en la matière.

Réponse à jps :
Dans un secteur sauvegardé, tout est soumis à autorisation. L'ABF est juge d'autoriser ou non les travaux. A l'intérieur du secteur, il y a des constructions "inscrites à l'inventaire des monuments historiques" (légendées en noir plein sur les plans). Elles sont protégées au titre des "monuments historiques" et soumises au contrôle de l'Architecte en Chef des Monuments Historiques (ne pas confondre avec l'ABF)
VlM

Mme Hyafil nous a refusé, dans un premier temps, un ascenseur dans un immeuble 1840 au prétexte que la rampe était à sauvegarder. or il s'agissait en l'espèce d'une rampe en fonte à barreaux droits comme il en existe des milliers dans Paris. Il a fallu se battre pendant deux ans pour l'amener à une position plus raisonnable. Dans le cas de l'immeuble du pas de la mûle, je ne pense pas qu'elle accorde un droit de démolir cet escalier. La question toutefois est de connaitre la différence entre un immeuble classé et un immeuble non classé dans un secteur protégé. Quels sont les droits et devoirs des copropriétaires dans les deux cas?

Nous comprenons parfaitement la position de M. Coret. Nous devons avoir un grand respect pour le handicap qui peut nous frapper tous. Il serait intéressant de savoir si dans cet immeuble la question se pose. Notre attitude en serait évidemment influencée.
VlM

permettre aux handicapès de rester chez eux est une intention louable mais permettre aux futures générations de gambader dans les escaliers en dehors des batiments exceptionnels et classés l'est tout autant
aucun habitant ne possède l'histoire et la culture pour son usage personnel
son devoir est de les transmettre

J'ai une épouse handicapée et je comprends le problème des copropriétaires. Leur escalier est beau, mais certainement pas classé, et j'espère que Mme Hyafil ne fera pas obstacle à des travaux bien faits. Il faut préserver le patrimoine, mais aussi permettre aux handicapés de rester chez eux dans toute la mesure du possible.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)