Amelot bisseuil cour int et fronton

liens utiles

Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Brocante d'automne rue de Bretagne (IIIe) : un mouvement très suivi... | Accueil | Les aménagements du jardin Léonor Fini devant le musée Picasso (IIIe) ne font pas l'unanimité... »

26 novembre 2018

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Pietonnisation totale du Marais = artificialisation inévitable de ce quartier, pour moi c'est une évidence. Sans même mentionner le quartier de la Huchette ou de Montorgueil où la guerre habitants contre restaurants et terrasses fait rage, ou pire, les Halles, regardons ce qui s'est passé rue des Rosiers. Malgré l'opposition opiniâtre des habitants et des commerçants, la semi-pietonnisation a été réalisée et aujourd'hui, à la place de Goldenberg, après un magasin de jeans, ouvre un magasin Leroy Merlin- oui, oui, Rue des Rosiers!! - et les touristes font la queue devant les fallafels qui sont devenus des fasts food attristants. Elle a perdu grande partie de son âme.
Malgré lui, JP75003 va dans mon sens en nous expliquant que l'ouverture d'un Nespresso serait la preuve d'un dynamisme commerçant... dynamisme, effectivement, mais de ceux que nous sommes nombreux à redouter: à ce rythme, nous n'aurons plus que des magasins de chaînes de vêtements, des Starbucks et autres Nespresso. Et si la rue de Bretagne avait été pietonnisee, elle ne serait effectivement pas celle qu'elle est aujourd'hui, comme dit Hugues. Les bouchers et libraires auraient cédé la place aux fringues. Mais aujourd'hui malheureusement, avec cette mairie, le pire est toujours à craindre.
Regardez avec quelle minutie la Mairie tue toute vie dans le village saint Paul, les antiquaires ferment boutique les uns après les autres. Devra-t-on se réjouir là aussi de l'ouverture d'un magasin Nespresso et d'un spa Clarins???
Je suis née Rue du Bourg Tibourg en 1976, mes grands parents et beaucoup de ma famille y habitaient déjà, je suis aussi un témoin des changements radicaux qu'a vécus ce quartier, bien avant 1995, et je ne peux me résoudre à abandonner à cette artificialisation ce qui était un des villages de Paris.
Mais de guerre lasse, si cela se fait, nous déménagerons, comme tant d'autres avant nous puisque le Marais perd des habitants, (ce qui montre bien que quelque chose ne tourne pas rond) c'est le cercle vicieux de ces politiques qui ne sont pas faites pour la vie des habitants!

La Mairie de Paris est trop timide sur la pietonnisation qui doit être totale et radicale. Je ne comprends pas qu'il y ait encore des voitures qui circulent ainsi dans l'hypercentre et polluent les rues et les immeubles. Il est temps de transformer complètement le centre !

Poulbot = d'accord avec vous

Centre piéton pourquoi pas, mais attention a ne pas en faire des ghettos en interdisant tout types de circulations , les riverains, les services de secours, les transports en commun ainsi que les société assurant certains services permettant la vie des quartiers doivent pouvoir circuler quitte a réglementer par des horaires l’accès en évitant les excès de zèle des agents verbalisateurs qu'ils soient sur le terrain ou derrières les caméras comme ce fut le cas pour des collègues sur le secteur des Halles , ou faisant leurs livraisons tôt le matin ils furent verbalisés par un agent d'une société privé mandatée par la mairie pour prétexte qu'ils étaient dans une zone piétonne , même le commissariat des Halles n'en est pas revenu .C'est dire la légèreté dont la mairie de Paris fait preuve en donnant mandat au privé pour les verbalisations. A vouloir faire du chiffre a tout prix la mairie c'est trompé de cible car ce sont les professionnels qui encaissent le plus.

Je suis d’accord avec la plupart des commentaires… la piétonisation à l’emporte-pièce n’est pas dans les faits une bonne nouvelle du tout pour les riverains… Rue Quincampoix, la partie semi-piétonne avec les attroupements sonores et alcoolisés des clients des bars qui privatisent l’espace piéton comme terrasse et s’assoient sur la chaussée est une nuisance répétée. La partie non piétonne de la rue Quincampoix est paradoxalement beaucoup plus calme… On est encore une fois dans l’effet d’annonce et la « fausse bonne idée »… Par ailleurs, les forces publiques sont beaucoup plus à même de faire respecter l’ordre sur les voies de circulation et de stationnement de véhicules que sur les espaces piéton où la DPSP et le commissariat ont étrangement un mal fou à procéder à des verbalisations en cas d’infractions avérées.

D ou vient cette théorie du "pietonisation =mort du petit commerce" ???

Probablement valable ailleur qu a Paris mais pas dans ce cas précis du centre historique de la capitale desservie par un nombre incalculable de transport en commun ....

Le petit commerce ne meurt pas mais se transforme, suis les tenfances , bref se calque sur les besoins du moment ou les créés

N insultont pas l avenir et ne pensont pas qu avant c etait mieux et qu apres nous le deluge...

La pietonisation total du Marais historique est pour moi une evidence

Alain

Le Quartier de l'Horloge présente l'avantage d'avoir 1100 places de parkings en sous-sol pour 750 logements et 20 000 M2 de commerces. Beaucoup l'on choisi parce que la place de la voiture est bien définie.

La nécessité pour les commerçants de faire des livraisons tous les jours est une évidence, tout comme pour les riverains d'accéder à leurs logements.

Le système précédent prévoyait l'utilisation de macarons pour attester du bon usage de ces règles dans l'aire piétonne Saint Merri - Beaubourg.

Peut-être qu'un macaron digital sera une solution innovante, permettant une grande facilité d'usage, tout en limitant la circulation sauvage actuelle ?

Il serait bon que l'Académie Française se prononce sur l'orthographe de "piétonisation, piétoniser" vs "piétonnisation, piétonniser". Impossible aujourd'hui de savoir ce qu'on doit écrire...

Vous aurez relevé que "Vivre le Marais !" ne se prononce pas en faveur d'une "piétonisation" totale, genre rue de la Huchette dans le Ve, qui conduirait aux dérives que certains soulignent dans les commentaires. Nous sommes partisans en revanche d'une baisse de la circulation autos/motos (notamment le transit) dans les conditions qui sont évoquées dans notre article, qui préservent l'usage de leur véhicule par les riverains et autorisent les livraisons en les réglementant un peu mieux. Pour autant qu'on trouve une solution à la question de l'accès aux parkings publics existants.

Vieillebranche: Il n'est pas question de commerce de proximité dans cet article mais d'une piétonisation qui ferait grincer les dents des commerçants ( lesquels) qui viendraient à mourir à petit feu...

Vous cherchez "une quincaillerie, un tapissier de base pas grand prix de Rome pour menus travaux, un marchand fruits légumes pas exotiques ni bio", moi aussi mais c'est terminé. Dans la rue de Bretagne, le cordonnier et le quincailler sont partie depuis belle lurette.

Que faire, sponsoriser une boucherie comme "Chez manu" rue des Gravilliers, mais, entre temps la boulangerie, dans la même rue est devenue une laverie.

"heureusement il reste les épiceries dites arabes". Oui mais à quel prix. Il est préférable d'aller dans les grandes surface moins chères sauf urgence pour les cadres exténués qui à défaut d'une épicerie dite "Arabe", se retrouveraient devant une salade de tomates le soir.

Toujours est il que, maintenant, vivre à paris à 1 prix. Quant au petit commerce du coin il disparait peu à peu comme le Paris des années 50 que vous pouvez voir, à titre d'exemple, dans les films de jean Gabin.

Un habitant du marais 75003 depuis 1995. Aussi, j'ai vu évoluer ce quartier.

Quant à JeromeP, je dis ok. Et Relisons Zola " Le bonheur des dames"où on assiste à la disparition des petits commerces indépendants. Nous sommes dans cette situation depuis longtemps, il faut arrêter de se lamenter sur le passé.'


@jp75003
La rue de Bretagne une autoroute à deux voies, je crois que vous n'avez jamais vu une autoroute...
Autour de Beaubourg, les seuls commerces qui survivent sont les bars restaurants et les boutiques de souvenirs pour touristes.
Quant à la rue des Francs Bourgeois, elle est déserte la semaine mais déborde de personnes qui viennent le week-end pour les boutiques de fringues...
Honnêtement, ce n'est pas la piétonisation qui permet à une vie et des commerces de quartier de se développer!

Les décideurs de la mairie sont toujours dans l'excès idéologique. Piétonniser quelques petites rues du centre, pourquoi pas ? (sauf qu'elles vont se remplir de bars bruyants). Mais les grands axes doivent continuer à servir à circuler. Or maintenant, 1 dimanche par mois, la rue de Turenne est piétonne ! Pourquoi ? elle n'est pas dans Paris-Centre, mais à la frontière entre le 4e et le 11e. Et c'est un axe de circulation irremplaçable. Jusqu'où ira le manque de bon sens ? Au fait, les voies sur berge sont toujours complètement vides.

Parce que nespresso est la preuve du maintien d'un commerce de proximité ???? Je rigole ! Je cherche une quincaillerie, un tapissier de base pas grand prix de Rome pour menus travaux, un marchand fruits légumes pas exotiques ni bio - heureusement il reste les épiceries dites arabes ! Les seuls vrais - enfin tout est fait pour nous convaincre les vieux d'aller habiter ailleurs ..et je me sens solidaire de ces pauvres migrants souvent chassés en banlieue par la gentrification...sauf que moi j'étais la petite bourge avec ses habitudes culinaires liées aux fêtes et ses dépenses comptées qui faisaient prospérer ce qu'on appelait les petits commerçants - pour résumer j'ai de l'arthrose et besoin de ma voiture pour faire les courses- suis je seule ???

En réponse à Hugues. La rue de Bretagne et le quartier ne sont pas piétons à ce que je sache. Cette rue attire du monde parce qu'elle est dans les dernières rues commerçantes du coin (une partie du IVe est entrain de se rapatrier vers elle). Et enfin, si vous regardez bien, ses commerces de bouche du quotidien sont entrain de disparaitre à grande vitesse et ce sont pas Hermé, Bellota, le café japonais XXX etc. qui vont lui apporter cette convivialité qu'elle n'a déjà plus . Mais c'est encore une autre histoire.

Chouette, un quartier piéton généralisé comme la rue Montorgueil: abondance de cafés restaurants attrape touristes, clochards en abondance sur les trottoirs et jeunes alcoolisés tous les soirs! Ca va être le top de la ville festive!

Heureusement que les grossiste s'exilent. Vous n'avez pas connu la rue des Gravilliers avec les camions qui déchargeaient pour les grossistes leurs marchandises en bloquant la rue du temple à partir de l'hôtel de ville et la meute de klaxons en fond sonore à l'angle rue du temple et rue des Gravilliers. Maintenant, ils partent peu à peu et le commerce s'est diversifié: Boucherie "Chez manu",restaurants à jus,végétalien,japonnais, italien, pizzeria, midi et soir, bref le calme et pas de terrasse.

Quant à la rue de Bretagne, c'est une véritable autoroute à 2 voies, une piste cyclable s'impose. Pour Beaubourg, objet de l'article, centre piéton par excellence depuis les années 1980, le commerce n'est pas mort, loin de là.

Également, la rue des Francs Bourgeois où il est difficile voire impossible de se garer, c'est à pied que l'on fait ses achats dans ces magasins depuis longtemps. Depuis quelques mois une boutique NESPRESSO ( le "What else" de Georges Clooney)) s'est ouverte preuve que les commerçants ne sont pas morts. Enfin, Si en semaine les rues et les magasins sont vides, c'est aussi la preuve que les gens travaillent et non le signe d'une arrêt de mort programmé.

On est en train d’assister à la Mise à mort programmée du commerce parisien dans le centre de la capitale ! Tous les grossistes s’exilent et la vie quotidienne devient inexistante !

Quand il a été question du réaménagement de la rue de Bretagne au début des années 2000, les commerçants se sont presque unanimement élevés contre le projet sur le thème de "nous allons perdre nos clients, le quartier va mourir". On sait ce qu'il est advenu de cette rue qui est désormais l'une des plus commerçantes de Paris. Le pire n'est pas toujours le plus probable....

Au risque de me répéter, attention les commerçants vont souffrir et souffrent déjà. En semaine, les rues sont vides, les magasins sont vides. Les commerces de vie quotidienne disparaissent. Il ne faudrait pas que le centre de Paris ressemble à Venise : plus d'habitants mais des cafés/restaurants et des marchands de souvenirs (dont les clients et les salariés repartent le soir... en périphérie).
(PS : je précise à nouveau, je ne suis pas commerçante)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)