Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Nouvelle descente de la DPSP contre une campagne d'affichage sauvage "tapis d'orient" ! | Accueil | Mise au point de la mairie du IVe sur les travaux de rénovation de l'école/piscine Saint-Merri »

11 mars 2019

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Germain | 11 mars 2019 à 11:21

La trottinette électrique tout simplement interdite sur la voie publique , n'étant pas homologué par les services de l'état; faute de moyen policier , nous avons droit a du n'importe quoi .

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F308

Son utilisation est interdite sur les voiries publiques (trottoirs et voies de circulation).

De plus, tout comportement dangereux mettant délibérément la vie d'autrui en danger peut être puni d'1 an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende.

L'utilisation est autorisée sur les voiries privées (par exemple, chemin d'une propriété privée, allée d'une résidence privée).

Pour Jean-François bayart : La ministre chargée des Transports, Élisabeth Borne, a intégré dans le cadre du projet de loi d'orientation des mobilités une section sur l'utilisation des NVE. (Nouveaux véhicules Électriques.)
Le sénat examine le projet de loi. Ce qui est certain, c’est l’obligation d’une assurance garantissant la responsabilité civile des utilisateurs. Restent en suspend un permis de conduire pour les NVE dépassant une vitesse supérieure à 25 km/h et le port du casque.
Le projet de loi prévoit aussi d’encadrer les mobilités en libre-service, comme les vélos, trottinettes ou scooters en location de courte durée et de modifier le Code de la Route.

Il était temps de mettre fin à cet « OVNI » juridique qu’est la trottinette électrique et face à cette problématique, il y avait une nécessité de légiférer pour que les collectivités locales( Communes, départements, régions) puissent réglementer.

Pour ce qui concerne l'assurance, jp 75003 en a une, et c'est tout à son honneur. Mais est-ce le cas de tous les usagers, dès lors qu'il n'y a pas d'obligation, au contraire de la voiture ou des deux-roues motorisés, sauf erreur de ma part ?

Avec les trottinettes il y a aussi les vélos qui roulent sur les trottoirs et bien entendu les scooters bruyants, polluants et qui utilisent les trottoirs lorsqu’ils considèrent ne pas avancer assez vite sur la route.
D’une part l’incivisme de nos concitoyens qui s’accaparent des espaces partagés pour les utiliser de manière inappropriée, d’autre part des autorités (mairie et surtout préfecture) qui laissent faire et ne se saisissent pas du problème bien réel bien que pourvus de moyens en personnel et de budgets faramineux. Et s’ils s’en saisissent c’est parfois pour empirer la situation en autorisant les vélos à rouler à contresens ou à griller les feux rouges.
Situation déplorable d’une ville trop concentrée, et bien mal gérée dans de nombreux domaines.

Merci JP de nous parler enfin du "Législateur".
Nous habitons donc bien un pays,une démocratie qui fait,vote et applique les lois.
A force de lire Mme Hidalgo par ci Mme le maire par là, je pensais fortement habiter une principauté totalitaire dirigée par Mme Hidalgo...
Non seulement elle est accusée de ne pas faire son travail,mais en plus de ne pas faire celui de l'Etat!!!

Il est clair que, devant la multiplication des accidents avec des piétons, la responsabilité de la Maire de Paris est en jeu. La maire de Paris qui possède en propre, désormais comme tous les maires de France, des pouvoirs de Police (notamment pour la circulation) a l’obligation, selon une jurisprudence constante du Conseil d’Etat, de réglementer et d’agir pour mettre fin à des troubles ou dangers qui menacent ses administrés.
Madame Hidalgo en n’agissant pas entraînerait ainsi la responsabilité pour faute de son administration dont elle est le chef. Cette carence est aussi constitutive d’une faute pénale personnelle pour négligence.
Donc, Au prochain accident de trotinettes (véhicules allant jusqu’à 30 km/heure qui n’ont évidemment rien à faire sur un trottoir et qui doivent respecter de toute evidence le code de la route sur la chaussée), je conseille de commencer par demander un dédommagement financier directement à Madame la Maire, puis de la poursuivre en cas de refus, pour faute, devant le tribunal administratif (en plein contentieux).

Je partage l avis de JP 75003

Tout va tres tres vite en ce moment, notre société change à une vitesse incroyable, nos habitudes sont "déstabilisées" et nous souhaiterions que nos édiles anticipent et aient déjà la solution

Epoque du tout tout de suite et sans trop de contraintes

Alain

Bonjour,
Pour une fois je suis d’accord avec ADRIEN, ayant acheté en Août 2016 une trottinette électrique pour me déplacer à l'intérieur d'un même quartier ou d'un quartier à l'autre.
Si j’utilise le trottoir pas plus de 5K/H, donc j’ai abandonné cet espace publique, sinon, j’utilise la chaussée et notamment les pistes cyclables et les couloirs bus (comme les vélos). La vitesse maximum de ma trottinette est de 30 K/H, une utilisation de 15 K/H me suffit.

Etant moi même piéton, je comprends l’émoi de chacun. Pour mémoire, il en était de même au XIX eme siècle avec l’apparition de la voiture. Il n’existait aucune règle avant que le législateur se penche sur les accidents causés par des automobiles.

Jean-François bayart : quid de l'assurance en cas d'accident puisque ce mode de déplacement est hors droit, hors code de la route, et sans doute hors obligation d'assurance.

Inexacte, les compagnies d’assurance ont évolué et dans le cadre de ma multirisque habitation que je bénéficie d’une garantie « Protection mobilité » tout risque en cas d’accidents causé à un tiers et contre le vol, le tout avec une franchise de 200 €. Attestation sur moi chaque fois que j’utilise la trottinette.

- Jeanine Le Bihan Qui est responsable en cas d'accident ? Le responsable est celui qui est à l’origine du dommage causé à un tiers sauf faute de sa part. Exemple, combien de fois ai je vu les piétons traverser hors passage clouté en regardant leur téléphone mobile.

- Pour Germain Quelqu'un a-t-il un avis sur le statut juridique des trottinettes? Ce statut va évoluer bientôt, cet été, une nouvelle loi va intervenir alignant le statut des trottinettes sur celui des vélos.


Ce n’est pas de l’écologie, c’est de l’idéologie. Nos édiles s’interdisent d’interdire, surtout quand c’est un « truc » à la mode. Paris, c’est « fashion week » toute l’année.

Les assurances ne couvrent pas toutes-loin s'en faut-les risques encourus par l'utilisateur mais c'est son problème mais surtout par sa victime qui n'a rien demandé mais qui doit subir toutes les conséquences dans tous les domaines:santé,démarches,dépenses...
Pierre P

Tout à fait d'accord avec ces articles et commentaires, sauf en ce qui concerne l'emploi du mort "anarchique", qui ici est utilisé pour désigner quelque chose de désordonné, de désorganisé. Je rappellerai qu'Elisée Reclus, géographe incontesté et théoricien de la cause libertaire au XIXe siècle a écrit : "l'Anarchie est le plus haute expression de l'ordre". Je me sens attaqué et dénigré dans mes convictions idéologiques profondes lorsque ce mot est employé, comme ici, à mauvais escient. Cela dit, le combat anti-trottinette est juste et mérite qu'on s'y attache.
Salut et fraternité à Vivre le Marais.

Il faut mesurer les propos sur cette question. En tant qu'usager, prudent il se doit, je dois dire que les trottinettes sont un moyen de transport très pratique. Malheureusement, il est parfois difficile de trouver des trottinettes et certaines ne sont plus en état de marche, mais elles représentent malgré tout un moyen alternatif léger et pratique pour se déplacer à l'intérieur d'un même quartier ou d'un quartier à l'autre. L'abonnement est peu cher et permet de compenser l'augmentation des tarifs d'Uber ou la saturation des transports publics. Il faut avoir une conduite extrêmement vigilante, évidemment.

Je ne peux qu'approuver Claude MERCIER, ainsi que les commentaires éclairés de Germain et Jean François Bayart.
Si la Mairie ne fait pas son travail, quel recours avons nous ? Avec ce vide juridique, qui peut faire interdire ces engins devenus extrêmement dangereux ?
C.HENRY


En 1999, 2000 nous avions connu la première vague de trottinettes à Paris, non électrique. Puis, à cause des multiples accidents, cette mode disparu. Vingt ans après, durera-t-elle plus longtemps?

Un article ici de 2000 disant quelles remplaçaient les rollers, trop dangereux à l'époque :
https://www.ladepeche.fr/article/2000/07/23/72385-la-trottinette-fait-son-retour-en-ville.html

Habitant rue de Sévigné, j'ai été renversée le 27 janvier dernier lorsque je rentrai à mon domicile,2 pompiers (l'accident ayant eu lieu juste face à la caserne) m'ont aidée à me relever, rien de cassé mais ce choc violent m'a causé un traumatisme tant physique que psychologique,3 semaines de douleurs intenses au niveau du dos et des lombaires, je ne puis encore rester debout très longtemps ...
le responsable, un jeune élève du lycée Victor Hugo s'est excusé, je n'ai pas voulu de
poursuite ... j'ai adressé un courrier à Mme Hidalgo, sans réponse naturellement.... je crains
quelques séquelles !

Je ne saurais être plus d'accord avec votre analyse. Merci de partager l'information sur Madrid!

Le texte de Monsieur MERCIER traite de tous les aspects, de ce danger que représentent ces trottinettes. Je partage l'interrogation concernant l'assurance. Qui est responsable en cas d'accident ?

Comment nous prémunir contre cette nouvelle invasion et l'incivisme des utilisateurs?

Comment les Madrilènes ont réussi à les faire interdire ?

Il est aujourd'hui évident que le comportement irresponsable de certains amateurs des deux roues est extrêmement dangereux pour les pietons. On peut facilement imaginer la symphonie pour un massacre que serait un Paris centre pietonnise livré a ces cyclopathes!

Dans les statistiques d'accidents parisiens, j'avais noté que n'y figuraient que les morts.
Cela a-t-il été corrigé ?

Quand on pense que les trottoirs parisiens et leurs vitrines faisaient l'admiration des visiteurs. Aujourd'hui, le "lèche-vitrine " est devenu un mot du passé. Trop dangereux !

Tout a fait d'accord avec ce qui vient d'être dit. J'ai été témoin il y a un mois environ d'un accident au coin de la rue St Antoine et Sevigné Deux ados de 15 et 16 ans ont renversé une dame de 86 ans,sur le passage piétons j'ai cru que sa tête allait heurter le bord du trottoir, mais se sont les reins qui ont trinqué. deux pompiers en civil qui étaient dans la rue sont intervenus, la dame n'a pas voulu aller aux urgences . Voilà une dame de 86 ans en pleine forme qui je l'espère n'aura pas eu de séquelles.
Une amie vient de créer un slogan : Mme Hidalgo à quand un couloir à piétons ?

Les loueurs de trottinettes paient-ils une redevance pour le dépôt des véhicules sur les trottoirs. Il s'agit bien là d'occupation de l'espace public. Ces sociétés ont-elle des contrats avec la ville?

Les trottinettes devraient simplement être interdites. Les griefs sont connus de tous, pour un bénéfice contestable à l'heure où les publicités sur les aliments sont assorties d'un "pratiquez une activité physique régulière".

Comme Uber, comme AirBnB, les génies en basket de la Silicon Valley ont trouvé un nouveau vide juridique.

A San Francisco, d'ailleurs, la colère gronde :
https://www.theguardian.com/us-news/2018/dec/28/scooters-california-oakland-los-angeles-bird-lime

Quelqu'un a-t-il un avis sur le statut juridique des trottinettes? Res nullius, res communis, res derelictae ? JP 75003 ?

J'approuve complètement cette analyse - j'ai vu hier une trottinette remonter la rue Vieille-du-Temple en sens interdit, dans sa partie ouverte à la circulation, et montée par un père de famille cinglé et sa fille de quatre/cinq ans, sans casque naturellement !
Mais j'ajoute au propos de Claude Mercier cette question : quid de l'assurance en cas d'accident puisque ce mode de déplacement est hors droit, hors code de la route, et sans doute hors obligation d'assurance ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)