Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Le Maire du VIe Jean-Pierre Lecoq nous rend visite pour nous entretenir de ses ambitions pour les municipales | Accueil | Protéger, sauvegarder la place du Marché Ste Catherine : un des devoirs du Maire du IVe Ariel Weil ! »

20 avril 2019

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

De nombreux sites sont tagués, et notamment, les coffres des bouquinistes "décorés" pour les journées du patrimoine. Les exploitants peuvent toujours se procurer les produits nécessaires pour nettoyer les tags qui sont disponibles à la Mairie de Paris. C’est un voeu pieux, quoique.

Les exploitants dénommés Bouquinistes ont d’abord été régis par l’Arrêté Municipale du 1er octobre 1993 pris par Jean Tibéri alors Maire de Paris, qui a commencé à bouleverser leur quotidien. Face à une fronde de ces derniers, Jean Tibéri précisait, « Les bouquinistes avaient déjà cette chance de ne pas payer la location de leur espace. Notre volonté c’est qu’il y ait des bouquinistes, donc on ne va rien faire qui puisse les gêner. Mais il faut un minimum de discipline, dans l’intérêt même des bouquinistes, parce que les Parisiennes et Parisiens y sont attachés, c’est un élément essentiel du paysage parisien."

Les arrêtés successifs des 9 février 2010, 12 avril 2010 et 1er février 2011 ont continué à dresser un cadre juridique encadrant l’activité des bouquinistes des Quais de la Seine.

«Ils doivent ouvrir minimum quatre jours par semaine, sauf intempéries et s'inscrire obligatoirement au registre du commerce Paris, (Article 7). Le titulaire doit maintenir ses boîtes, dont il est propriétaire, en parfait état de propreté et d’entretien. Il sera personnellement responsable de la bonne tenue et des abords immédiats…(Article 9) En ces de cessation d’activité, le titulaire peut vendre ou déposer ses Boîtes. (Article 11)

Si les exploitants n'ont plus à acquitter un droit de concession, ils ne payent pas de loyer et n’ont aucune charge sauf d’être présent, sauf intempéries, en contrepartie, l'autorisation de stationnement peut être enlevée à tout moment par la Mairie de Paris. Voir format PDF ci dessous.

https://api-site.paris.fr/images/80333

« Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine »….

Le 20 octobre 1955, dans son discours de réception à l’Académie française, Jean Cocteau cite Apollinaire : «.. Guillaume Apollinaire disait que la Seine coule, maintenue par des livres. « Et se référant à l’Académie de la façon suivante, il continue ainsi son discours : « Je ne connaissais que la coque du vieux navire à l'ancre au bord d'un fleuve où règne une autre et ravissante caste de l'esprit, celle des bouquinistes. »
http://www.academie-francaise.fr/discours-de-reception-de-jean-cocteau

« Elément essentiel du paysage parisien », décorés ou non, le 6 février 2019, sous l'impulsion de la Mairie de Paris, le Ministère de la Culture a décidé que les bouquinistes de Paris entrent au Patrimoine culturel immatériel de l'inventaire français, condition préalable à une possible candidature au patrimoine mondial de l'Unesco.

Bel hommage rendu à cette profession qui débuta aux alentours du XVIe siècle avec des petits marchands dénommés alors des « colporteurs ».


Lors de la dernière AG de vivre le Marais j’ai pu m’entretenir avec Mr Simondon au sujet des nombreux tags dans ma rue Quincampoix et la mairie est intervenu assez rapidement mais je ne me fais pas d’illusions car une boutique vend toutes ces bombes à taguer et les clients sont trop pressés de les tester en sortant. Que faire ?

Il est étrange que depuis des années les responsables de la propreté à Paris courbent l'échine devant ces malversations. Tout ce qu'ils ont trouvé, c'est certes mieux que rien, mais c'est de nettoyer avec l'argent des contribuables. J'ai lu que la Ville dépense 3 à 4 millions d'euros chaque année pour effacer les tags et manifestement ça ne suffit pas. Ils devraient comme vous le dites s'attaquer au phénomène pour essayer de l'éradiquer. A une époque où on parle d'aller sur Mars, on doit pouvoir résoudre le problème par une action à la base et déjà ne pas faire la promotion aveugle de "l'art de la rue" qui entretient une confusion malsaine entre une forme d'art scriptural et de réelles exactions.

Voir aussi l'état des certains coffres de bouquinistes... Que fait la Mairie ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)