Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Forces de l'ordre municipales ou police nationale : qui peut le mieux nous protéger des bars bruyants ? | Accueil | L'agence immobilière "Caractère", 50 rue de Turenne, s'affuble d'un déguisement loufoque ! »

13 octobre 2019

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

L'écologie ne peut être une idéologie, Mr Douady, elle n'existe que par la science.
C'est pourquoi vous avez autant d'"écologistes" qui se disent a-politiques. Nous n'en sommes malheureusement plus au monde des idées et des conjectures, mais des faits.
Et si vous ne faites pas confiance au GIEC, alors lisez, lisez ce que les scientifiques disent: nous avons une chance extraordinaire, toutes les communications scientifiques sont libres d'accès.
Et je suppose que vous êtes un honnête homme, que vous préférez ne pas (vous) tromper dans un domaine si crucial?
Car il s'agit de notre vie à tous qui est en jeu.
Les politiques font avec ce qu'ils ont toujours connu, comme vous le défendez, mais ce que nous avons toujours connu disparait. Là, c'est un constat pas une croyance.
Alors, comment vont-ils continuer? jusqu'à quel chaos?

N'étant pas un climatosceptique je ne partage pas les analyses de cet article. Par contre je pense comme son auteur que les progres scientifique et technique actuels sont en mesure d'offrir des solutions permettant de lutter contre les nuisances et les destructions de l'environnement engendrees par les transports. En effet le développement du télétravail et du tele enseignement doit réduire le recours à des moyens de transports pour se rendre à son travail puisque pour de très nombreux travailleurs il est possible d'ores et déjà de travailler chez soi. En attendant la teletransportation à l'horizon du siècle prochain.

Comme d'habitude on mélange tout : Politique, écologie,... le tout nageant dans un magma nourri par l'arrogance (actuelle) de l'espèce humaine. Dans les 2 sens : l'arrogance de croire que l'on va stopper ou lutter contre le réchauffement climatique (qu'il existe ou pas c'est de toutes les façons un phénomène qui nous dépasse totalement. La Terre connait depuis, on va dire sa création, des périodes de réchauffement et de refroidissement. Tout ce que nous pouvons faire est d'essayer de s'y préparer), ajoutée à la bêtise de penser qu'"arrêter tout" (industrialisation, progrès scientifique..) est la solution . L'arrogance de croire que l'on va pouvoir continuer à polluer les océans,tuer les espèces (faune/flore) dans leur diversité, respirer un air saturé de particules fines, d'ondes (on les oublie celles-là) etc.... etc.. Alors? Extinction/Rébellion ? sauf que le premier mot c'est quand même EXTINCTION. Mauvais combat ou mauvais choix des armes ?

Je partage le commentaire de L. CAPDEVILA.
Fallait-il reproduire ce texte de "notre ami François DOUADY" (il y a partout des chevaux de Troie, y compris au sein des associations de "Vivre Paris!") qui reprend sur un ton patelin les arguments des climato-sceptiques ?
Certes, certains discours "catastrophistes " ne servent à rien, sinon à nous faire croire à certains que ceux qui nous alertent sur les conséquences du changement climatique sont des illuminés et à d'autres que la partie est perdue et qu'il n'y a plus rien à faire.
Mais les arguments de F. DOUADY sont bien pauvres. Il ne suffit pas de disqualifier les auteurs des rapports du GIEC -jusqu'à preuve du contraire, savants de réputation mondiale, que personne ne conteste- ou de fustiger -à juste titre- cet ancien ministre de l'écologie (Yves COCHET) qui promet la fin de l'humanité pour 2050.
Certes, le nucléaire a largement contribué -et contribuera encore- à réduire nos émissions de CO2 et on doit se féliciter que la France l'ait largement développé. Certes, les énergies renouvelables, à l'exception de l'hydraulique, souffrent encore de leur intermittence et des difficultés à les stocker, mais on est en droit d'espérer que le progrès scientifique apportera des réponses à celles-ci.
Tous ceux qui y ont réfléchi savent que la solution au problème de l'énergie passe par le recours et l'amélioration de TOUTES les énergies non fossiles et l'abandon aussi rapide que possible des énergies fossiles (dont les réserves sont encore abondantes).
De même, peut-on faire confiance à "une agriculture utilisant raisonnablement des produits phytosanitaires" (alors qu'on constate chaque jour le contraire) et à des entreprises qui "ont bien compris que la préservation de l'environnement était un immense champ de développement pour leurs activités" (cf. LUBRIZOL qui vante sur son site son souci "de l'hygiène, de la sécurité et de l'environnement").
Désolé, M. DOUADY, le capital financier du début de ce siècle est incompatible avec l'environnement.S'il doit se perpétuer, il faudra qu'il s'engage dans des voies totalement différentes, en répondant aux attentes de ses salariés, de la société tout entière (y compris celle des pays pudiquement appelés "en développement") et de l'environnement (naturel et bâti) et non seulement à celles de ses actionnaires et de ses dirigeants surpayés.

Ainsi, "Vivre le Marais" se ferait-il le porte-voix des climato-sceptiques, pour employer le terme en vogue ? Les bras m'en tombent.
Monsieur Douady sait. Seul contre tous, s'il le faut. Le Giec ? Disqualifié : Les experts "n’effectuent pas de recherches ni de mesures sur le climat : ils examinent les dossiers scientifiques publiés dans le monde". Rassembler toutes les connaissances rigoureusement acquises et les mettre bout à bout ne sert à rien. L'affaire est tellement "complexe" que l'on sort du "champ scientifique".
Pas l'ombre d'une réfutation étayée de tel ou tel résultat scientifique précis ; c'est inutile car tout cela est idéologique et n'est que "fonction du pessimisme de certains des auteurs du GIEC". C'est certain, il faut le croire, ... puisque monsieur Douady nous le dit.
Le (gros) bon sens triomphe. Les scientifiques compliqués peuvent aller se rhabiller. Tout est simple.
Et tout va s'arranger depuis que Total a ajouté dans ses statuts "la préservation de l'environnement".
Monsieur Douady, qui est homme respectable et n'a rien d'un gourou à la Greta Thurnberg parrainé par le subversif ministre Blanquer, le sait : tout va bien. Trump et Bolsonaro en sont d'ailleurs d'accord, toutes ces alarmes ne sont que "fake news".
Rassurons-nous, braves gens.

Eh bien moi, je ne suis pas d'accord. Les arguments utilisés font sourire : l'utilisation "raisonnable" des pesticides et OGM par la Chine ?! et la suppression du crottin, certes, par les voitures, mais aussi l'arrivée des particules fines, qui sont bien pires. Quant à la création d'un directeur de la RSE dans les entreprises... On aimerait des actes plutôt qu'un comité Théodule. Espérons que le 16e arrondissement va ouvrir les yeux avant qu'il ne soit trop tard.

Je réagis comme Claude Broussy : comment se fait-il que tant de commentateurs nous embrouillent avec des discours qui sentent l'idéologie à plein nez et une absence inquiétante de connaissance du sujet

Complètement d'accord, mais quand les politiques comprendront-ils ces choses simples?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)