Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Prochaine visite guidée : le Musée du Parfum Fragonard... | Accueil | Les Journées Juridiques du Patrimoine »

27 novembre 2019

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Bonne information !
les partenariats public-privé étant plus couteux à long terme et moins facilement adaptable à l'évolution des besoins, même le Royaume-Uni renonce de plus en plus à y faire appel( cf article récent du Nouvel-Economiste entre autres)
Le Pentagone porte de Versailles, l’hôpital d’Évry, la nouvelle cité judiciaire ( cf :l'article du Monde :

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/06/12/couts-exorbitants-dialogues-de-sourds-enquete-sur-la-gestion-ubuesque-du-palais-de-justice-de-paris_5474961_3224.html

Les exemples qui plombent les finances publiques abondent.
Je sais donc maintenant qui ne me semble pas à même de redresser les comptes de notre ville.
Merci Vivre le Marais !

A propos des élections municipales qui s'annoncent, en tant qu'habitant du 3 ème, je vous transmets mes réflexions sur deux sujets qui me tiennent à coeur et dont j'aimerais que les candidats aient connaissance.
La première concerne la brocante . Elle est devenue une institution mais n'est-elle pas désormais une opération essentiellement commerciale ? En tout cas son installation dans les petites rues qui avoisinent la Mairie du 3 ème, et bientôt de Paris-Centre, pendant quatre jours , deux fois par an est problématique ( le problème est différent quand la brocante est installée sur un vaste terre-plein comme le Boulevard d Richard Lenoir ). S'agissant de la rue Caffarelli, rue peu large, derrière la mairie, où j'habite , il n'est pas normal qu'elle soit occupée par des stands des deux côtés de la rue alors qu'il n'y a des immeubles d'habitation que d'un seul côté ?
Ma deuxième réflexion, très différente, concerne la splendide église de la Visitation, rue St Antoine , une des plus belles de Paris, due à François Mansart. Elle est attribuée au culte réformé et comme telle, elle n'est visible que le dimanche, au risque de déranger le service. Ne serait -il pas judicieux de demander aux autorités cultuelles d'ouvrir l'église une demi-journée par semaine pour la visite ?

Comment faire du clientélisme en dépensant beaucoup d’argent : faire du logement social.

Réponse à Gervais : la propreté/saleté a été longuement évoquée mais ce thème est tellement présent sur notre blog que nous n'avons pas voulu nous répéter. Nous avons insisté sur la nécessité de traiter la propreté GLOBALEMENT au niveau du paysage de la rue, les tags, les affiches sauvages et surtout l'état du mobilier urbain (bancs publics, armoires électriques, boitiers EDF, poteaux et potelets, boites aux lettres, rideaux métalliques, parcmètres, plaques de rues, etc...

Erratum: aux dernières nouvelles, la dette serait de 5,9 milliards fin 2019 (et non 7 milliards) et estimée à 6,14 milliards fin 2020.

https://www.20minutes.fr/economie/2649971-20191112-dette-paris-eleve-59-milliards-euros-fin-2019-baisse

Les priorités pour 2020:
"le réaménagement de 7 places parisiennes, l’aménagement de nouvelles pistes cyclables, le développement chaque année de plus de 6.000 nouveaux logements sociaux, l’ouverture de 5.000 places de crèches, la rénovation des musées et théâtres parisiens, ou la création de 4 nouvelles piscines couvertes"

Il est bien dommage que la propreté (ou plutôt la saleté) n'ait pas été évoqué.

Quant au recours aux PPP (partenariats public-privé) pour réduire la dette, le candidat Griveaux se trompe de cible et devrait relire ses fiches. L'explosion de la dette vient de la politique de logement social (sujet tabou, par excellence) via ses satellites RIVP, Elogie et Paris Habitat :

"Si les dépenses de fonctionnement ont légèrement augmenté (notamment les charges de personnel), ces chiffres s’expliquent surtout par un programme d’investissement colossal de 10 milliards d’euros, lancé par l’édile entre 2014 et 2020. C'est le logement social, priorité de la mandature, qui pèse particulièrement dans les comptes avec un effort global de 3 milliards d’euros investit sur 6 ans. L’objectif de la mairie de Paris est de parvenir à créer 10.000 nouveaux logements par an, pour parvenir à 30 % de logements sociaux à Paris en 2030. 7242 logements sociaux ont bien été construits en 2017. Et pour 2018, l'effort continue : le budget d’investissement total alloué au logement social se porte de 404,4 millions d'euros."

https://www.challenges.fr/france/pourquoi-la-dette-de-la-ville-de-paris-explose_627010

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)