Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Nouvelles brèves de début janvier dans Paris-centre... | Accueil | Une galerie d'art là où on ne l'attendait pas ! »

07 janvier 2020

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Le squatteur occupe de manière illégale un logement, un bâtiment qui ne lui appartient pas. C'est une façon de procéder que l'on ne peut approuver.
Par contre, le Samu social propose un hébergement en hôtel social et depuis mars dernier la mission OPALE s’adresse aux familles hébergées depuis plus de 4 ans en hôtel social dans la capitale. Cette mission OPALE est constituée d’une équipe pluridisciplinaire : un responsable de projets, un psychologue, un chargé d’insertion professionnelle, 4 travailleurs sociaux (bientôt 5) et un juriste épaulé de deux stagiaires. L’enjeu, est de proposer un accompagnement global aux familles avec l’aide d’un professionnel spécialisé dans différents domaines : la santé, la situation sociale et administrative, l’emploi et le logement. C'est une démarche constructive que l'on ne peut qu'approuver.

@KarlR. Nous sommes d'accord sur les maux mais reste les remèdes. La politique générale appliquée produit plus d'effets négatifs et pervers qu'elle ne règle les problèmes. Pourquoi ne pas inciter par des mesures POSITIVES les propriétaires à louer à des employés précaires ou à faibles revenus par exemple. Cautions, types de baux, exonérations fiscales, contrats d'assurances spécifiques etc etc il y a des tas de leviers qui pourraient être mis en place qui seraient plus efficaces et qui, au final, coûteraient moins cher à l'Etat ou à la ville, sans parler bien sûr du confort des individus ou familles concernés. Sauf que, ça doit obliger à réfléchir sans à priori et volonté de main mise systématique. Et, là ...

Heureusement tous les habitants du Marais ne sont pas aussi condescendant.

Désolé de vous décevoir, mais il existe à Paris des habitants pauvres, des familles démunies, des travailleurs précaires, des personnes qui malheureusrment ont tous pour point commun de ne pas avoir le choix que de dormir par intermitence dans la rue (lire le rapport annuel Samu social, le reportage de Capital sur l'explosion des travailleurs précaires à Paris...)

Heureusement qu'en 2020 des habitants et des associations se mobilisent toujours pour tenter de protéger même sur la courte période hivernale les concitoyens en difficulté

Imaginer qu'un complot limite anarcho-gaucho-ecolo a été orchestré relève du délire.

Lorsque je lis cet article, je ne peux que me dire qu'en cette période pré-électorale tous les délires semblent permis ! Il n'y a décidément plus de limite aux extrêmes

Un nouvel exemple de l'accélération de la dérive de "préemption" négation, accaparement de la propriété privée par l'Etat. L'évolution de la main mise administrative sur tout y compris les cachets d'aspirine et j'en passe, laisse à penser que l'heure de la retraite des libertés individuelles a déjà sonné. On pourrait à la limite se réjouir que l'Etat et ses fonctionnaires soient désormais investis de toutes les obligations, limitations etc qu'ils imposent aux pauvres "Pékins". MËME PAS! Vive les appartements de la Ville de Paris à loyers très, très modérés préemptés pour ... "ses aficionados". Les migrants au commissariat : Charité bien ordonnée commence par soi-même.

La réponse d’Ariel Veil réussit à me faire sourire dans ces temps difficiles: “ A sa manière, le DAL a le mérite depuis des décennies d’alerter sur ce sujet important ” dit-il.
C’un un peu comme si le président Macron se félicitait des grévistes d’alerter sur le “sujet important” des retraites ...
et si ces élus faisaient le travail et anticipaient un peu les problèmes pour lesquels ils ont réclamé d’être élus, au lieu d’être à la traîne d’organisations de protestation précisément contre leur inertie.

Par ailleurs, il n’a pas répondu au sujet précis de cet article à part “se vendre” sur des vagues actions sans lendemain et des vœux pieux qu’il qualifie modestement de “grande avancée”: très Insuffisant, copie à refaire !

@dominique sabourdin-perrin. Merci de vos lignes et je partage votre analyse.
Et pour compléter la liste relative aux dérives des squats,......En mars 1998, après avoir abandonné, pour raison de sécurité, l'ex-lycée Diderot 25 artistes animent un "raz de marais" alternatif, baptisé Socapi ( Picasso en verlan)narguant ainsi Pablo ! Virés en novembre 98, ils investissent ensuite la rue Charlot et la rue Pastourelle. Expulsés en en avril 1999, ils rebondissent rue du Quatre septembre où ils occupent l'immeuble vide de la compagnie Axa. Actuellement, la ramification de Yabon'Arts squatte toujours le centre de Paris.

@Mary. Je crains que le sort des personnes sans-abri ne soit pas le vrai motif de cette occupation illégale. Vu l'étiquette politique des organisateurs, ce sont les alliances politiques en vue des municipales qui se préparent.

La protection des personnes et des biens est le rôle de l'Etat. Il ne peut faire l'un en spoliant les autres. De même pour la ville, qui ferait mieux d'utiliser l'argent public pour s'occuper du problème des SDF avant de le gaspiller en fêtes diverses et variées, dont les festivités nocturnes. En occupant des locaux privés, il s'agit de vol pour se donner bonne conscience, et tout le monde peut être en danger, SDF et riverains. Il vaudrait mieux imposer les spéculations immobilières, ce qui serait légal et permettrait de construire et d'aménager des locaux, plutôt que de trouver normal l'occupation de locaux privés, ce qui est du vol, en outre les propriétaires sont responsables de tout ce qui peut arriver. sans l'avoir provoqué. La ville, en cas d'incendie, explosion, n'aura aucune responsabilité, alors que le propriétaire se retrouvera en justice !

Habitant du 2ème arrondissement, je remercie Vivre le Marais pour sa sollicitude.
De nombreuses études interrogent l'excessive concentration hotelière dans le coeur de Paris. Comme voisin direct d'un hôtel récent, je subis la noria bruyante des VTC, sa terrasse de restaurant débordant de groupes alcoolisées j'usqu'au coeur de la nuit.
Par ailleurs le deuxième arrondissement compte une proportion de logements sociaux inférieure à celle du 16ème (et la moitié de celle du ... 4ème), alors même qu'il regroupe un grand nombre d'emplois.
Pour toutes ces raisons je soutiens pleinement cette "réquisition", sachant que la présence du DAL est un gage d'organisation et de sérénité contrairement aux exemples donnés.
Quand à l'équilibre entre le droit à la propriété et le droit au logement, c'est clairement un choix politique, mais aussi moral.

“... Elle met en cause Jacques Boutault, Maire du IIe, qui aurait aidé des squatters, le DAL (Droit au Logement) et La France Insoumise à prendre possession des lieux sans autorisation. ... “

Pourquoi cette mise en cause? Dans quel but le maire aiderait des squatters? Pousser des pauvres gens au délit par pure bonté d’âme? La ville ne pouvait-elle pas plutôt payer légalement un loyer au propriétaire pour installer un centre d’accueil propre, sécurisé et légal? “Depuis tant d’années”.
(Et puis, Il y a tant de bâtiments en meilleur état qui appartiennent à la Mairie de Paris et qui sont vides de toute occupation). .
Ou bien est-ce une manœuvre pour “soumettre” un propriétaire récalcitrant ou un spéculateur privé qui n’entretient pas son bien?
Beaucoup de questions autours de ces sans-abris qui semblent au centre d’une “affaire immobilière” qui manifestement ne les concerne pas.

Bonjour à tous,
C'est tout de même incroyable que les lois ne soient pas respectées. Cette occupation illégale d'un bâtiment en est la preuve, mais le plus incompréhensible, ce sont nos élus qui cautionnent ces actions illégales et enfreignent les lois de la République.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)