Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Rue du Temple (IIIe) : les services de Propreté de Paris montrent leur savoir-faire et réhabilitent une portion de la rue défigurée par les tags | Accueil | Rencontre avec Europe Écologie les Verts de Paris-centre »

18 février 2020

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Hier le prestataire (privé) envoyé par la Mairie de paris et financé par l'argent des contribuables est intervenu rue Quincampoix est a fait un bon et long travail... Demain, les tags reviendront et seront déclarés après-demain sur "DansMaRue"... Un mois plus tard le prestataire reviendra nettoyer ...La Mairie actuelle n'a aucune réponse concrète à apporter en préventif et l'appel lancé le 9 février sur ce sujet par Vivre Le Marais pour que les candidats aux élections de mars se positionnent en termes de moyens est resté sans réponse au-delà des positions de principe... Le problème est "macro" mais très concrètement y a t -il eu au niveau du magasin qui vend des aérosols rue Quincampoix une action "ferme" de sensibilisation des pouvoirs publics pour rappeler cet acteur à ses obligations "citoyennes" vis à vis de sa clientèle ?

Il me semble important de sensibiliser notre jeunesse sur l'impact écologique de ces bombes aérosols.
Je pense notamment :
- A la fabrication des bombes aérosols: De nombreux aérosols libéreraient des composés organiques volatils (COV). Or, ces substances peuvent former de l'ozone troposphérique en présence de lumière et donc être à la base de troubles respiratoires, tels que l'asthme, chez des personnes sensibles.
- Au nettoyage : Pour se débarrasser de la peinture présente sur les murs, des solvants peuvent être utilisés comme l’acétone et des solvants chlorés.Tous ces produits ainsi que la peinture se retrouvent ensuite dans les égouts.
Il faudrait dès le primaire sensibiliser les jeunes à l'écologie; peut-être que des responsables du nettoyage pourraient intervenir dans les classes au sujet des mégots, des graffitis ....

La spirale infernale dans laquelle nous sommes aujourd'hui est: plus c'est sale moins on a de scrupules à salir. C'est tagué à droite donc je tague à gauche, c'est rempli d'immondices donc le mien n'a pas vraiment d'importance et se rajoutera au tas existant etc...Je reviens d'une (petite certes) ville de Sicile (Italie Oui!), qui est absolument "nickel". Il ne vous viendrait même pas à l'idée de vous délester d'un moindre confetti sur la voie publique ou de .....Donc, une des solutions me semble- t-il n'est pas de mettre un flic par rue + des caméras + ...+ c'est de mener de réelles opérations commandos propreté et de couper ainsi l'envie de rompre l'Harmonie. Et déjà, on verra de réels progrès.

J'ai croisé ce matin l'équipe de M. Weil qui tractait devant la crèche située 6 rue Rambuteau.
Je leur ai naturellement demandé si ils étaient satisfaits de la propreté du centre de Paris.
Je vous laisse imaginer la réponse.
Mais plus intéressant: une personne de l'équipe m'a demandé si je connaissais le site DansMaRue, parce que rue du Temple,les services sont intervenus après que quelqu'un ait utilisé DansMaRue!
J'en souris encore: l'intervention rue du Temple, c'est comme l'appartement témoin!
Moi, mes demandes sur ce site ne sont pas traitées depuis plus de 6 semaines...

Merci encore à notre Président Gérard Simonet pour ce nouvel article.
L'état de dégradation dans lequel se trouve notre quartier historique est consternant.
Un plan d'action qui traite ce problème dans son ensemble doit être mis en place dès que possible par nos élus.
Quelques propositions :
1) la surveillance : Renforcement d'un dispositif de surveillance notamment du vendredi soir au lundi matin (80% des graffitis se font en fin semaine.)
2) Sanctions : Elles doivent être à la hauteur des préjudices et des dommages causés.
3) Education : Informer notre jeunesse que les bombes de peinture sont un risque pour l'environnement atmosphérique, puisqu'elles contiennent des chlorofluorocarbures (C.F.C.) destructeurs de la couche d'ozone.
4) Fournisseurs : Il faudrait prendre des mesures visant à réglementer plus sévèrement la vente de ces produits.
Et surtout, il faut impérativement effacer les tags le jour même !


Cher Gérard,

Comme vous avez pu le constater de visu, lors d'une de nos rencontres, je n'hésite pas à contacter directement les entreprises responsables de nombres d'affichages sauvages et, si je suis élue, je poursuivrai une politique volontariste sur ce sujet comme, en général, sur le sujet des incivilités.

Je vous invite à aller voir tout ce que nous avons prévu avec Cédric Villani sur ce sujet dans notre programme https://www.cedricvillani.paris/cedric-villani-paris-programme/

Bien amicalement,

Anne Lebreton
Candidate de Cédric Villani pour Paris Centre

Résidente de la rue Quincampoix, je confirme que les tags se sont plus que multipliés depuis l'ouverture de cette boutique. On voit d'ailleurs qu'ils en sont la source, bien plus nombreux et dense à sa proximité et j'ai déjà signalé à la mairie que le responsable des lieux faisait la causette avec ses clients pendant qu'ils taguent les commerces voisins de sa boutique !
Il n'est pas acceptable que le nettoyage se fasse aux frais du contribuable quand les tags sont aussi clairement liés à un commerce.
Plus préoccupant encore, l'activité d'un seul nourrisseur de pigeons bien connu, génère dans notre quartier d'incroyables nuisances. Le nombre de pigeons installés en permanence a explosé.
Il faut régulièrement nettoyer, remettre en état l'atelier brancuzzi. De nombreux immeubles voisins de la piazza Beaubourg où il sévit chaque jour sont dégradés, avec de réels problèmes d'hygiène.
La mairie le sait, mais aucune action n'est entamée pour mettre un terme à son action, ou à tout le moins réduire le nombre de pigeons devenus une nuisance d'ampleur à cause nourrissage permanent.

Pourquoi ne taguerait-on pas les tagueurs ? On en attraperait quelques uns que l'on taguerait en place publique pour servir d'exemple... Il y en a qui paient pour se faire tatouer. Là, ce serait gratuit...

Ils marquent un territoire en taguant, comme les chiens le font, en pissant.

Le pan de mur de La Poste des Archives côté rue Pastoutelle : graffitis recouverts par les services de la ville le 16 février, même pan de mur plus de nouveaux bâtiments entièrement recouverts de graffitis le 18 février au matin et visiblement par le même "individu".

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)