Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Musée Picasso : début virtuel lundi 23 mars de deux expositions simultanées "Picasso et la bande dessinée" et "Picasso Poète" | Accueil | Coronavirus : Cri d'alarme du Dr Bertrand Lukacs et témoignages de parisiens.... »

25 mars 2020

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Bonjour Elisabeth, TMH, Anais,

Merci pour vos commentaires.

Je vous apporte quelques précisions :

Anais, je n'étais pas le propriétaire quand cet immeuble a été classé de typologie A, je ne pouvais donc me manifester à cette époque. De plus, les anciens propriétaires, selon ce que j'ai pu rassembler comme informations, n'ont jamais pris part à la mise à jour du PSMVM de 2013.

Cependant, toute éventuelle erreur, même révélée tardivement, se doit d'être corrigée et devrait entraîner, me semble-t-il, une réévaluation au jour des nouveaux éléments et des preuves présentées. Il n'y a pas, a priori, de révision du PSMV prévue avant de nombreuses années, et des études au cas par cas devraient donc être possible pour éviter une « mise sous cloche » du Marais.


TMH, l'immeuble a été classé de Type A parce qu'il a été confondu avec un ancien immeuble qui était à cet emplacement et qui a été détruit dans la première moitié du XVIIème siècle. Je l'affirme avec certitude car j'ai vu la fiche de l'immeuble (qui explique son classement) présente à l'urbanisme et auprès de l'ABF, et la confusion est bien la raison de cette typologie A. Cela n'est pas du tout lié au fait que des photographes célèbres comme Paul Nadar ou encore Robert Doisneau aient pu utiliser ce local.

Ceci étant, c'est justement pour faire perdurer une activité de photographie dans ces locaux que nous demandons cette extension (qui se ferait sans modification de la hauteur maximale de l'édifice). Cela permettrait de faire survivre une activité artisanale dans un quartier central, réputé jadis sa forte concentration d'artistes et d'artisans. Comme vous le dites dans votre commentaire, ces activités artisanales disparaissent de plus en plus, d'ailleurs souvent au profit d'un pullulement d'airbnb dont seuls les immeubles commerciaux/ateliers permettent des locations saisonnières tout le long de l'année.


Le PSMV du Marais a été promulgué après de très très longues études, faites par des experts du patrimoine, avec visites sur place et examens des dossiers. Il a été en outre l'objet d'une révision en 2013, avec une enquête publique où tout le monde a été invité à s'exprimer et à signaler d'éventuelles erreurs. Où va-t-on, si maintenant les propriétaires se mettent à invoquer "le bon sens" pour contester le classement ? Dans son acte d'achat, ce copropriétaire demandeur a été bien informé du classement en A, c'est obligatoirement indiqué dans l'acte notarié. Donc il est mal venu à demander maintenant une rectification. Il lui faudra attendre la prochaine révision du PSMV, ce qui lui donne le temps de préparer un dossier, si ses arguments sont solides.

EPSV à remplacer par PSMVM

merci

L'article ne dit rien de la position des co-propriétaires de l'immeuble dans son ensemble

Il est clair que l'ABF est dans son rôle comme le rappelle l'article et que cet ancien atelier de R. Doisneau est une explication suffisante du classement en cat A au sein du PSMV du Marais. Le fait d'être passé en Site "SPR" ne doit pas faire penser que ce n'est qu'une question de "point de vue"; ce qui a conduit à ce statut spécial des centres historiques" de Lyon et de Paris, c'est pour éviter de se trouver transformé en quartier Ang Mo Kio de Singapour ... et faire tabula rasa du Vieux Paris (déjà largement consommé)

Dans notre quartier, la fringuerie de luxe (pas péjoratif juste descriptif) a quasiment tout dévoré et un luthier historique a du quitter ses murs pour Montrouge ; on nous assaille d'affiches sauvages sur le mode "ramène ton petit cul" pour promouvoir une marque "bananière" adepte de locaux éphémères, marque que je préfère ne pas citer. Petit à petit la marchandise et l'esprit de lucre dévorent les vestiges passéistes et inutiles, inutiles comme la poésie...

Une piste à trouver côté R. Doisneau ?

Pour information, "L'Atelier Robert Doisneau" est la structure créée par Annette Doisneau et Francine Deroudille, les deux filles du photographe pour assurer la conservation et la représentation de son œuvre. L'Atelier n'est pas ouvert aux visiteurs.

C'est à Montrouge, dans l'appartement où Robert Doisneau avait lui-même travaillé pendant PLUS DE 50 ans que l'Atelier a installé ses locaux. 450 000 négatifs y sont archivés, numérotés et classés, permettant ainsi de poursuivre la création d'expositions et d'ouvrages d'édition et offrant parfois le bonheur de la découverte d'un reportage inédit.

https://www.robert-doisneau.com/fr/atelier/

Le "après" me semble bien mieux que "avant". Il est vrai que Paris est fait aussi d'éléments "disruptifs" comme diraient nos administrativos etc.etc. Mais, bon inutile de sauvegarder ce qui est moche, moche.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)