Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Prochaine visite guidée : l'église Notre-Dame des Blancs Manteaux (IVe) ! | Accueil | Fermeture du Dark Store Temple/Montmorency (IIIe). Raisons conjoncturelles ou échec du concept ? »

08 janvier 2023

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Le 2 avril, consultation des Parisiens et Parisiennes sur l'avenir des trottinettes en libre-service à Paris.Il va falloir aller voter pour que ces engins disparaissent de notre paysage urbain :)

Bravo pour cette juxtaposition éloquente de photographies

Aujourd’hui la médiocrité s’affiche sur les murs et sur les réseaux sociaux. Les pseudos artistes qui pensent exister en se répandant sur des supports qui ne leur appartiennent pas. Mise à part quelques rares fresques autorisées, ces destructions nous coûtent une fortune, argent qui serait plus utile ailleurs. Je ne connais pas une autre capitale dans cet état. Une répression forte, la seule solution comme je l’ai constaté dans d’autres pays,des centaines d’heures de T.I.G, si non exécutés ponctionner les comptes bancaires etc..c’est ce qui arrive lorsque vous ne payez pas vos P.V.

Quelle tristesse !

Oui, on ne peut que constater l'évolution descendante de l'art pictural (les tags ayant été baptisés "art noble" par un ministre de la Culture -avec un K en l'espèce-). Il faut croire que la mairie de Paris n'a en la matière qu'un sens esthétique égal aux travaux qu'elle nous inflige !

On ne peut qu'approuver le commentaire d'Alain Genel. A ceci près que la frontière n'est pas nette entre tags et street art. Que dire de tous ces rideaux métalliques et autres supports chargés de signatures ésotériques ?

il faut sans doute distinguer graffiti et street-art. Les gribouillis pris en photos ne sont pas du street-art
l'un doit être interdit, l'autre régulé et réservé à des sites choisis qui ne sont d'ailleurs pas forcément les friches industrielles.
Exemple : le mur Ouest de la place Igor Stravinsky et le mur de l'immeuble de la rue Aubry le Boucher qui donne sur la place Michelet : on aime ou on n'aime pas, mais c'est du street-art

On sait bien que la Mairie de Paris n'en n'a que faire, sinon il y aurait eu depuis longtemps des pressions législatives pour l'imposition de sanctions plus dissuasives et l'éradication de ce fléau. Mais la volonté politique en la matière est insuffisante.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)