Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Rappel à l'ordre des terrasses et refus d'obtempérer | Accueil | Elections régionales Paris centre : résultats fortement corrélés aux aspirations des habitants à un meilleur niveau de qualité de vie »

11 mars 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Une fois encore, serait-il possible de savoir dans quelle arrondissement / quartier Madame Chantal Jouanno réside ? Je propose que cette dernière mette en œuvre sa suggestion de "Domaine réservé à la Fête" directement dans son propre quartier. Ainsi pourra-t-elle tester 'en direct' l'effet de ses propositions et également rendre pls facilement compte de ses initiatives à ses voisins ? Car ce serait un peu trop facile de proposer ce genre d'idées farfelues mais de vouloir les appliquer chez les autres... N'est ce pas ?

Je suis assez surpris de l'interprétation de ma pensée dans votre article. Je le suis d'autant plus que je crois depuis que je suis élu avoir été assez attentif à votre association. Je pense notamment à la composition de la commission ad hoc liée au plan de Sauvegarde du Marais ou dernièrement à la lutte contre l'ouverture d'une boite de nuit dans le quartier Saint-Merri. J'ai dit effectivement qu'il fallait faire de la lutte contre le bruit une priorité régionale pour des raisons de sécurité, de lutte contre le stress et de santé publique. Au passage pour votre information le Président sortant de la région a diminué de 50% les crédits alloués à la lutte contre le bruit. Je vous ai rappelé, mardi dernier, comme je le dis depuis toujours que le devoir de l'élu c'est de garantir l'intérêt général en assurant sur ce sujet le droit au repos et à la tranquillité pour tous tout en permettant le droit à la fête dans le respect de la loi. C'est pourquoi si je ne suis pas le défenseur des boites de nuit, je considère qu'il est démagogique de dire que l'on ne peut avoir de ville sans ce type d'établissements. Je préfère donc que ceux qui sont ouverts dans le respect de la loi soient encouragés à renforcer leur système d'insonorisation. Enfin si vous me le permettez, il me semble que l'enjeu des régionales dépasse ce sujet même si comme vous il me préoccupe. Je me permets de rappeler que la région doit être une entité pour investir. Investir pour nos lycées, investir pour la formation de nos jeunes, investir pour avoir des transports sécurisés, confortables et ponctuels. Alors qu'en 2005 la part de l'investissement dans le budget régional était de 57%, elle est en 2009 de 43%. Sur toutes ses compétences, la région n'investit plus assez malgré une augmentation des impôts de 46%. Et pendant ce temps là les charges locatives de la région ont augmenté de 125%, les frais de réception ont été multiplié par 3,la dette régionale a augmenté de 37%,les frais de fonctionnement explosent, le nombre d'agents a été multiplié par 2 alors que les régions doivent être selon l'esprit des lois Deffere de 1983 des administrations de mission et non de gestion. Restant à votre écoute. Très cordialement. Vincent Roger (conseiller de Paris, élu du 4ème)

On se demande comment des professionnels de la politique peuvent tomber ainsi dans le panneau tendu par un lobby. Aller dans le sens de ses électeurs et ne pas en tout cas les prendre à rebrousse poil parait élémentaire.
Ils ont le temps comme vous dites de redresser le tir. On va voir s'ils le font et comment.
Jennifer

Je suis tout à fait de l'avis de Christophe Girard.
La vraie question pour Paris est de tenir son rang de capitale de la créativité littéraire et artistique. Elle en a eu le leadership dans la 1ere moitié du 20è siècle. Aujourd'hui, les intellectuels et les artistes sont aussi ailleurs, à Berlin, à Londres... Il faut donc rester en éveil. Mais l'offensive des industriels de la nuit est la plus mauvaise réponse qui soit à une vraie question.
Leur agitation m'a donné envie de relire ce qu'écrivait Hemingway dans son livre " Paris est une fête" ou encore ce qu'écrivait dans "passage de l'Odeon" la libraire Sylvia Beach.
"Metropole internationale constituée de villages, Paris offre la liberté anonyme des grandes cités et l'intimité des vies de quartier. cette "élasticité" de la ville convient tout naturellement aux artistes et aux écrivains, soucieux de participer à la vie intellectuelle comme de préserver le calme nécessaire à l'activité créatrice".
Mais il est vrai que les rois du bling bling de la nuit seront aussi peu concernés par ce type de réflexion qu'ils le sont par l'épanouissement des habitants de Paris.

Panorama effectivement très intéressant, quand on sait que la pollution sonore vient en premier dans toutes critiques sur la vie en ville. Et encore, on ne prend pas en compte le bruit, parfois assourdissant, causé par les fêtards dans leur habitation privée, qui ne se soucient guère des dommages aux voisins. Ceux-ci n'ont d'autre recours que de faire une main courante ou de déposer plainte au commissariat, qui intervient sur appel téléphonique, mais qui a, dans une nation civilisée, mieux à faire. Michel Baillon

Consternant. Les mêmes osent ensuite s'interroger sur le niveau record d'abstention...
Qui osera un jour faire de la politique d'une autre manière ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)