Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Le COX consent à ouvrir un couloir humanitaire sur le trottoir de la rue des Archives | Accueil | La Maire du IVe, Dominique Bertinotti, répond à notre lettre ouverte sur la gestion du PSMV du Marais »

22 novembre 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Je n'ai pas pu venir et le regrette bien.

Tout le monde pressent bien les avancées qui pourraient être réalisées dans ce quartier pour rendre celui-ci convivial et apaisé... un secteur dont l'entrée serait protégée par des plots (comme à Montorgueil), des commerces enfin un peu plus variés et répondant aux besoins des habitants, des devantures attrayantes et conformes à l'architecture du Marais, des rues propres avec des vrais trottoirs, des grands axes pacifiés (au lieu des terribles et dangereux boulevards Turbigo, Réaumur, Sébastopol), un peu plus d'arbres. Or les solutions proposées par le Maire, même si elles vont vraiment dans le bon sens, sont tout à fait insuffisantes compte tenu de l'ampleur actuelle des problèmes à résoudre. Il faudrait créer plus qu'une simple tendance. Ainsi les zones 15 km/h ne suffiront pas à régler les nuisances. Elles s'avèrent même le plus souvent une catastrophe. Ainsi, l'hebdomadaire Le Point de cette semaine répertorie ces zones 15 km/h parmi les flops de Paris. Je cite : "Ce "meilleur partage de l'espace public" (dixit la mairie du 4eme) donne ainsi lieu à des minidrames et gros sursauts quand le bus klaxonne (118 décibels) à 20 centimètres d'une mamie à Caddie (prioritaire) marchant au milieu de la voie pavée ou quand un taxi pile devant une poussette. Les automobilistes empruntent aussi cette voie "à priorité piétonne". A quand le drame ?"... On pourrait aussi citer la catastrophique rue des Rosiers où voitures et piétons cohabitent si mal.
Aussi, il est vraisemblable qu'on ne pourra se satisfaire de ces demi-mesures et qu'il faudra s'orienter vers des solutions plus efficaces telles que celles que proposent les Verts ou l'UMP...

Pour ne pas susciter de vaines espérances, il convient de préciser que le stockage n'est pas interdit. Il faut seulement en faire la déclaration à la Préfecture, sachant que les normes de protection-incendie s'appliquent désormais à tout local et pas seulement à ceux qui excèdent 50 m² de surface.

Merci pour ce très vivant compte-rendu. A partir du moment où il est interdit de stocker dans des immeubles d'habitation -quelle que soit la taille du lieu de stockage- et qu'une amende conséquente est réellement perçue, sauf mise en conformité, le problème est résolu, car, l'activité d'importation nécessitant un stockage important, donc des lieux de stockage, les commerçants stockeurs ne peuvent que payer ou s'éclipser. Ce serait en connaissance de cause que de nombreux commerçants grossistes envisagent de partir.

En tous les cas, cela va dans le bon sens. Ce serait une solution raisonnable. Si une perche nous est tendue, je pense qu'il faut savoir la saisir. L'essentiel est que tout le monde puisse y trouver son compte, commerçants et habitants. La SEMAEST pourrait également être asssocié à cette démarche.

Cher Monsieur,
OK pour y voir clair, mais appuyons cette démarche. Ne laissons pas le champ libre à ceux des commerçant qui veulent surtout que rien ne change. Donc, s'il vous plait, creusez la question avec cette personne sans attendre que la lumière vienne du grand prêtre Aidenbaum.
Bien cordialement.

M. Coret,
Si j'en crois l'intervenante, ces 150 commerçants ne demandent aucune indemnité mais seulement un soutien du Maire auprès du bailleur de l'espace où ils envisageraient de s'installer. Il semblerait que ce bailleur ait des réticences à leur égard.
Tout ceci n'est pas d'une clarté limpide. Avant de nous prononcer, nous aimerions y voir clair. Il nous paraît peu plausible, par exemple, que le Maire ait pu oublier la pétition dont on nous parle.
G. Simonet

Je regrette de ne pas avoir été à Paris lors de cette réunion. J'aurais pu rencontrer la commerçante qui dit représenter 150 commerçants prêts à partir si on les aide. J'ai déjà dit dans ce blog que cela me semblait la seule solution efficace. J'aurais aimé que l'association lui apporte un franc soutien. Il ne faut pas se cacher que cela aura un prix. En période de campagne électorale il est sans doute périlleux de militer pour une mesure qui, d'une façon ou d'une autre, sera à la charge des contribuables locaux. Mais il faut savoir ce que l'on veut et notre association n'a pas d'ambition électorale que je sache.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)