Amelot bisseuil cour int et fronton

liens utiles

Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Ras le bol de la fête, à Berlin : "hipsters go home !". Bertrand Delanoë vient, lui, nous parler de "la nuit à Paris" .... | Accueil | Aménagement des berges de la Seine rive droite : accueil mitigé des riverains qui apprécient la promenade mais redoutent les nuisances des barges prévues sur le fleuve »

21 septembre 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

J'en ai lu des bêtises dans ma vie, mais là c'est bien beaucoup de stupidités pour une seule dame.
Les pigeons ne sont pas plus porteur de maladies que d'autres animaux et que nous. De plus les herbicides et insecticides sont bien plus nocifs et dangereux pour la santé que les pigeons.
Vous voulez quoi exterminés des animaux sans défense ?
C'est ça votre solution? Et vos serviette hygiénique elles ne polluent pas elles ? Vos excréments sont sains peut être ?
Et la prochaine vous demanderez l'extermination de quoi , des chats, des chiens ? Si vous ne supportez pas la nature, allez dans une maison de retraite.

Avant de vouloir supprimer les pigeons des villes,
rappelez-vous ou renseignez-vous sur "La Campagne des Quatre Nuisibles" lorsque Mao Tsé-Tung à fait exterminé tous les moineaux de Chine,
Les conséquences ont étées catastrophiques...

Tout être vivant, est nécessaire à notre éco-système.

guy75003, si ce monsieur n'aie plus sa tête, alors la mairie a commis un crime en jetant à la rue une personne malade qui a toujours payé ses loyers.
Et de surcroit, cette personne paye, toujours et encore, ses amendes (plus de 20 000 € car cette activité est officiellement interdite)qui sont prélevées mensuellement sur sa petite retraite.

"Il est banal d'affirmer que la vie disparaît des cités modernes, dépourvues de Nature, d'animaux libres, de diversité.

C'est que le béton, l'acier et le verre sont peu accueillant aux formes de vies.

Très rares sont les espèces qui parviennent à survivre dans cet univers artificialisé; même le moineau domestique, naguère hôte sympathique des milieux urbains, n'y trouve plus de gîtes pour s'y reproduire faute de cavités dans les murs des immeubles.

Les pigeons font figures d'exceptions. Ils se maintiennent localement rappelant aux hommes qu'autrefois il y avait des oiseaux.

Certains hygiénistes farfelus les accusent de véhiculer des maladies purement imaginaires.
D'autres leurs reprochent de souiller les bâtiments.
qui veut noyer son chien ....
Or, le pigeon est un animal, c'est-à-dire un être sensible." - Gérard CHAROLLOIS

http://www.vegactu.com/actualite/le-pigeon-bouc-emissaire-de-lhomme-19209/

Il faudrait relâcher des faucons pélerins , mais çà ne risque pas, le Parigot n' aime que les pigeons et les toutous, les animaux les plus sales et les plus proliférants...

Ce nourrisseur de pigeons n’est, hélas, pas du tout l’aimable poète ami des bêtes pour lequel certains le tiennent (et il n’est pas particulièrement vieux non plus). Il se montre régulièrement d’une grande agressivité, autant envers les touristes qui s’approchent un peu trop près et font fuir SES pigeons qu’envers les personnes qui essayent de le raisonner. Il invective, pousse de grands cris pour faire peur, ce qu’il réussit très bien (on a vu des enfants fondre en larmes, interloqués), et pour ameuter les passants sur son sort. Le matin, il défend SON territoire contre les tentatives de nettoyage en se plantant au milieu de la placette jusqu’à ce que la mini-balayeuse du Centre Pompidou renonce, de guerre lasse, à faire son travail. Pourtant cet endroit, bien qu’il soit depuis quelques mois lavé à grande eau, est un cloaque et par temps de pluie, une super patinoire qui mériterait d’être vigoureusement nettoyée tous les jours.
Il est à craindre que personne parmi les riverains et les vigiles du Centre Pompidou, contre lesquels il est allé porter plainte ( !) le jour où ils ont essayé, peut-être un peu vivement, de le faire partir, que personne donc ne le trouve attendrissant.
Il est incompréhensible que cette effroyable prolifération de pigeons persistae à ne pas être prise au sérieux par les autorités qui semblent n’y voir qu’un petit conflit de voisinage style Clochemerle. Il est incompréhensible que rien ne semble être entrepris pour faire cesser cette nuisance sous prétexte que cette personne n’est pas solvable et serait hermétique à toute écoute et toute aide.

La ville n'organise-t-elle pas des captures de ces pigeons ?

Que se passe-t-il ? Car trop c'est trop.

Bonsoir,

le nourrisseur de pigeons vit dans une voiture épave abandonnée devant le 42 rue des Blancs Manteaux derrière Beaubourg depuis des années sans que les autorités municipales ou préfectorales s’en soucient.
Pourquoi la préfecture de police autorise ce véhicule sur la voie publique depuis plusieurs années dangereux pour les enfants et les personnes qui s’en approchent.
Si la voiture était retirée, le nourrisseur serait bien obligé de quitter le quartier et serait enfin pris en main par des organismes sociaux car ce monsieur n’a vraiment plus sa tête.

C’est vraiment incompréhensible ...

Les pigeons de Paris et l’Ornithose Psittacose humaine

Environ 50 % des pigeons dans les grandes villes du monde sont porteurs sains de la bactérie chlamydophila pisttaci susceptible d’entraîner une maladie chez l’oiseau et chez l’homme. La fréquence de cette maladie dans la population générale est aujourd’hui sous-estimée car la forme en est sans doute le plus souvent bénigne et ignorée. L’ornithose psittacose est aussi reconnue dans notre pays comme maladie professionnelle. Lorsqu’elle est identifiée ou suspectée, elle exige cependant un traitement antibiotique rigoureux en raison de l’existence de certains cas compliqués ou mortels. La prévention s’impose en tout premier lieu pour cette bactérie de classe 3 qui résiste aux basses températures et à la dessiccation mais se montre sensible à la chaleur et aux désinfectants classiques.

La maladie chez l’homme :

L’incubation dure de 5 à 28 jours. La maladie survient de manière sporadique ou par foyers épidémiques. Il n’y a pas de transmission alimentaire ni interhumaine rapportées. L’homme se contamine par inhalation d’aérosols ou de poussières de fientes d’oiseaux contaminées. Ses caractéristiques :

1- elle est inapparente:

C’est sans doute la situation la plus fréquente, ce qui fait sous-estimer la fréquence de la maladie dans la population. La personne s’infecte mais ne présente aucun symptôme suffisamment bruyant pour lui faire consulter un médecin. La guérison biologique a lieu spontanément.

2- elle peut induire une conjonctivite isolée

3- ou bien un syndrome grippal avec fièvre intense (plus de 39°C), maux de têtes, douleurs musculaires, puis toux pénible et crachats. A la radio des poumons : pneumopathie diffuse et bilatérale comme une pneumopathie virale. A ce stade le diagnostic peut être confirmé par les examens biologiques. Ceux-ci ne seront cependant pratiqués que si on pense à cette maladie. Le malade sensibilisé au problème peut de son initiative en parler à son médecin.

Les examens biologiques

Ils servent à la confirmation du diagnostic en présence de symptômes et d’un contexte de contact avec des oiseaux :

- par une recherche directe de la bactérie lors d’une endoscopie bronchique avec mise en culture ou technique de biologie moléculaire (PCR) sur le prélèvement (lavage), acte pénible rarement pratiqué en de telles circonstances.

- par une analyse de sang, lorsqu’on a la chance d’avoir des mesures d’anticorps spécifiques suffisamment élevées et parce qu’on a pensé à cette maladie. Ce diagnostic biologique, facile à mener, est alors d’interprétation simple.

L’évolution

La maladie non diagnostiquée peut tout à fait guérir mais le traitement antibiotique efficace par tétracyclines doit être administré si le diagnostic est certain ou suspecté afin de prévenir les possibles cas de complications (notamment cardiaques, neurologiques, hépatiques et rénales) ou d’évolution mortelle.

On ne peut aujourd’hui estimer la mortalité réelle de la maladie, étant donné que la plupart des formes bénignes ne sont pas diagnostiquées et sont donc sous estimées. La première donnée qui manque est ainsi le nombre de cas total en France chaque année. Le nombre de décès identifiés en France comme faisant suite à cette maladie est de 3 cas entre 1990 et 1999. Des études épidémiologiques sont en cours pour mieux connaître cette maladie humaine encore mal diagnostiquée et transmise par les oiseaux. Comme toujours en ce qui concerne les maladies infectieuses chez l’homme, ce sont les gens atteint de dépression immunitaire qui sont le plus en situation de danger vital et on ne fait le diagnostic que si on y pense.

Les précautions

Dans le cadre du travail, des protections individuelles doivent être mises à disposition et portées par les travailleurs au contact des oiseuax. Les médecins du travail examinent les conditions de travail et conseillent au cas par cas les employeurs et les salariés.

Les personnes privées soucieuses d’entretenir leurs façades et bords de fenêtre souillées par des fientes d’oiseaux dans les grandes villes, peuvent s’inspirer des conseils donnés aux travailleurs pour toute opération de nettoyage :

-port de masques jetables particulaires de type FFP2

-port de gants et de vêtements appropriés (éventuellement jetables)

-nettoyage à l’humide (pas de grattage de fientes à sec)

-application éventuelle de produit décontaminant sur les surfaces souillées (“liste des désinfectants autorisés” et “usages” sur http://e-phy.agriculture.gouv.fr

Références : Cet article a puisé principalement ses sources dans un protocole très récent de l’Institut de veille sanitaire (INVS), institution d’état ayant pour mission la réalisation d’études épidémiologiques concernant la veille sanitaire en France: Etude descriptive sur la psittacose humaine dans le sud-ouest de la France 2008-2009. http://www.invs.sante.fr Voir aussi le document “Ornithose Psittacose – Chlamydophilose aviaire” préparé par l’INRS, la MSA et différents ministères.

Docteur Isabelle Lagny

certes cet homme ne vit que pour ces oiseaux sa passion .cependant je l' ai vu à plusieurs reprises en occire, mon fils aussi l'a vu faire ces gestes très brutaux , à coups de bâtons ,tout aussi bien que d' autres jours en soigner d' autres blessés .il est très démuni mais on ne peut oublier qu' il nuit à l' environnement ( fientes partout ) et à la santé des personnes fra- giles .Il est connu et les pouvoirs publics laissent faire .d' accord pour soutenir une action d' hébergement en foyer pour cet homme et d' empêchement de ce nourrissage compulsif .

Depuis la campagne de dépigeonnisation prêtée au Général de Gaulle, je pensais naïvement que la municipalité avait un service spécialisé dans ce domaine,compris dans l'action de propreté de la voirie.
Ceci dit, nous voyons d'après l'article fort documenté de notre correspondant vétérinaire que les pigeons ne sont pas si dangereux que ça...
Et pourquoi ne pas fournir ce vieux monsieur en graines contraceptives?
Ou alors il faudrait des pigeons nettoyeurs et mangeurs de mégots...

Je cherche à signer cette pétition, mais il me semble que l'association "ASSACTIVE du quartier de l'Horloge" n'a pas de site Internet.

Dès lors, c'est un peu difficile.

je vous donne mon accord pour signer une pétition et empêcher cet homme de donner à manger aux pigeons. L'hôtel de ville s'est dépéché d'installer des auto-lib en catimini cet été, des panneaux Decaux également dénaturant notre patrimoine, les auto-collants sur les panneaux indicateurs ne sont jamais enlevés (malgré mes mails, appels téléph. nous ne faisons pas partie de la clientèle du Maire, alors...


Ceux qui nourrissent les pigeons ne sont pas inquiétés.

Ceux qui urinent dans nos rues (alors qu'ils existe plein de sanisettes Decaux gratuites) ne sont jamais arrêtés et punis.

Ceux qui inondent nos voitures et nos chaussées de flyers jamais poursuivis.

C'est l'impunité totale.

Quel laxisme. Assez !

Je suis 100% d'accord.
La prolifération des pigeons a dépassé le seuil de ce qui est acceptable.

Ces rats volants sont partout et se nourrissent de la saleté de la ville.

Qu'attendent les pouvoirs publics pour nous débarrasser de ces nids à microbes et sanctionner lourdement ceux qui les nourrissent ?

Dr Bernard Lefebvre
Vétérinaire Maladies des pigeons
Quelles sont les maladies susceptibles d’être transmises à l’homme par les pigeons ?
Avis d’un vétérinaire praticien
De nombreux microbes (bactéries, levures, virus, …) peuvent être hébergés par les pigeons comme par toute espèce animale. Certains d’entre eux sont susceptibles de transmettre une maladie à l’homme qui les élève ou les héberge. Parmi ceux ci, les plus fréquemment isolés chez les pigeons d’élevage sont des salmonelles (Salmonella tiphymurium var Copenhaguen), des levures (Candida albicans). Par contre, les chlamydies de l’ornithose sont rarement isolées. Quant aux Campilobacter, on ne les isole jamais car,…. on ne les recherche pas puisque qu’il ne sont pas responsables de maladie chez le pigeon. Le virus de West Nile qui sévit aux Etats Unis ne semble pas avoir fait son apparition en France sur la population de pigeons sauvages ou domestiques. Il faut ajouter à cette liste une maladie non infectieuse : « la maladie du poumon des éleveurs d’oiseaux » qui est une maladie d’origine allergique.

Campilobacter jejuni est très fréquemment retrouvé dans le tractus digestif des volailles (jusqu’à 80% dans les élevages de poules pondeuses avec jusqu’à 25% des œufs contaminés par les fientes à la surface de la coquille). Cette bactérie est responsable d’une zoonose (= maladie d’origine animale et transmissible à l’homme) : la consommation de viande de volailles représente un risque très significatif dans l’apparition des diarrhées humaines dues à Campylobacter jejuni. La maladie peut se transmettre également lors de la manipulation des carcasses par les employés des abattoirs.

Dans une étude datant de 1999 sur des pigeons parisiens, Candida albicans a été isolé dans 68% des jabots mais seulement 20% des intestins. Si la maladie candidose existe chez l’homme, on ne peut pas dire que celle ci soit transmise par des contaminants extérieurs. C’est plus un terrain immunodéprimé (SIDA) ou des facteurs locaux qui favorisent l’implantation des levures sur la peau ou, plus souvent, sur les muqueuses digestives, génitales,….

Salmonella tiphymurium var Copenhaguen est très régulièrement isolés dans des élevages dans lesquels sévit la paratyphose. C’est même une « dominante pathologique » et la maladie est un motif de consultation extrêmement fréquent. Des salmonelles sont régulièrement responsables de Toxi Infection Alimentaire Collective chez l’homme suite à la consommation de mayonnaise, glaces,….. dans lesquelles des œufs non cuits sont incorporés. La maladie chez l’homme apparaît toujours après ingestion d’aliments contaminés et non pas par simple contact. Pour cette raison, et bien que la maladie soit très fréquente dans les élevages de pigeons, je n’ai jamais observé de transmission de la maladie aux éleveurs de pigeons. Il faut ajouter que les œufs de pigeons ne sont généralement pas consommés, en tous cas, s’ils le sont, ils sont cuits; que la viande de pigeon se mange bien cuite (par rapport au bœuf) et enfin que la salmonellose du pigeon est assez spécifique et est probablement peu pathogène pour les autres espèces animales.

Chlamydia psitacci est responsable de l’ornithose chez le pigeon (psittacose chez les perroquets et…. chlamydiose chez l’homme). Attention cependant à ne pas confondre l’ornithose avec d’autres chlamydioses humaines (Chlamydia trachomatis) ou animales (Chlamydia felis chez le chat). Bien que certaines enquêtes sérologiques semblent montrer une large diffusion de la bactérie parmi les populations sauvages de pigeons, quand j’utilise des techniques modernes de recherche de la bactérie (PCR) je n’en trouve que très rarement dans les pigeons d’élevage. Pour des raisons budgétaires, cette technique de recherche n’a pas été utilisée dans les études concernant les populations de pigeons sauvages. Chez le pigeon, la bactérie donne des signes de coryza (inflammation des voies respiratoires) mais aussi des troubles de la reproduction (mortalité en coquille, mortalité au nid) et des arthrites. Chez l’homme, la bactérie est responsable d’un syndrome grippal voire d’une grave pneumonie. Cependant, le traitement adapté (Doxycycline) permet de guérir rapidement les personnes atteintes. La maladie se transmet par voie aérienne essentiellement lors du nettoyage des colombiers, dans des colombiers mal ventilés ou encore lors de la manipulation de carcasses en abattoir. Mais, je n’ai eu connaissance que de très peu de cas de cette maladie chez les éleveurs de pigeons. Cependant, lors de syndrome grippal ne guérissant pas spontanément (ou après traitement antibiotique non spécifique de la chlamydiose) en quelques jours, il faut envisager l’hypothèse de la chlamydiose chez les éleveurs d’oiseaux.

Enfin, et c’est probablement la maladie la plus fréquemment rencontrée chez les éleveurs d’oiseaux et de volailles, la « maladie du poumon des éleveurs d’oiseaux » mérite une attention toute particulière. Il s’agit d’une maladie d’origine immunitaire; c’est une allergie aux poussières et autres particules véhiculées par les oiseaux (tous comme certains individus sont allergiques au poil de chat). La maladie évolue sous une forme aiguë ou chronique. Dans la forme aiguë, l’ éleveur ressent une gêne respiratoire dans les 10’ qui suivent son entrée dans le colombier. Cette gêne est aggravée lors du nettoyage des installations. Il suffit de quitter le colombier pour recouvrer la bonne santé en quelques heures. Cette forme de la maladie est donc facile à diagnostiquer. La forme chronique est plus sournoise car les signes n’apparaissent qu’après une longue période d’exposition et entraîne petit à petit des lésions irréversibles du poumon qui perd progressivement ses fonctions d’oxygénation du sang. Le meilleur conseil que l’on puisse donner à des éleveurs atteints de cette maladie et de ne plus entrer du tout dans les colombiers, les poulaillers,… Il est également possible de porter systématiquement un masque respiratoire adapté à cette maladie. Mais, la « corvée » de nettoyage doit obligatoirement être confiée à une personne non sensible à ces allergènes.

Si des personnes devaient craindre la transmission de maladies par les oiseaux, ce seraient d’abord ceux qui sont en contact étroit et quotidiens avec ceux-ci et donc, tout particulièrement, les éleveurs d’oiseaux. Dans ma pratique quotidienne je rencontre assez souvent des éleveurs allergique et atteints de « la maladie du poumon des éleveurs d’oiseaux », je n’ai rencontré que très rarement des éleveurs atteints de la chlamydiose. Par contre, je n’ai jamais rencontré de personnes ayant eu une affection digestive à Campilobacter, à salmonelles ou à Candida en rapport avec la possession de pigeons. Le risque d’attraper des maladies d’origine aviaire pour de simple passants en ville est donc négligeable.

D'autres (ou les mêmes?) ont élu domicile à l'intérieur de l'orgue de l'église St Merry...
Les mânes de Saint Saëns, et de quelques autres grands organistes s'en émeuvent...en vain.

oui, cette "raison d'être" peut "distraire" les visiteurs de passage le temps d'une photographie anecdotique si typique, les touristes en particulier ; et les édiles ne veulent pas s'en prendre à un vieux bonhomme sympathique, ami des bêtes, qui a tant d'amis de passage et fait partie du paysage urbain...
Quant aux volatiles ils pourraient figurer dans les oiseaux d' Hitchkok plutôt que dans un film écologique.
Il serait utile avec les scientifiques concernés de citer avec précision les risques pour la santé en relation avec la pétition...
Il y a oiseau et oiseau, ne pas confondre le moineau-poulbot et l'aigle souverain
ne pas prendre les parisiens pour des pigeons ...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)